OpinionPrésidentielle 2017

Benoît Hamon : du candidat des jeunes au candidat des français

By February 2, 2017 No Comments

By Luka De Silva

« Quand un lion imite un lion, c’est un singe » : rien ne résumerait mieux la personnalité de Benoît Hamon que cette phrase, prononcée par le candidat socialiste le vendredi 27 janvier à Lille, lors du dernier meeting avant le second tour.

Tout au long de ce court meeting, seulement 1h, Hamon a tenté de faire la jonction entre la Primaire socialiste et la vraie élection, taclant ses nouveaux adversaires : François Fillon d’abord, qu’il accuse d’être irresponsable lorsqu’il veut supprimer 500 000 emplois, ainsi que d’être « chrétien quand ça l’arrange », de refuser le message du pape François en rejetant les migrants. Il se vantera alors, sûrement à raison, d’être le premier candidat à faire applaudir un pape. Emmanuel Macron ensuite, qui est pour lui un « candidat de droite », l’instigateur des réformes économiques tant décriées durant le quinquennat. Marine Le Pen enfin, de manière plus succincte cependant, le Front national s’adressant sans doute à un public différent.

Peu de références, durant ce discours, à ses propositions les plus polémiques, mais aussi les plus prisées par ses militants, à savoir la légalisation du cannabis et le revenu universel. On pourrait penser que Benoît Hamon, le candidat des jeunes, s’est mué en candidat présidentiable, qu’il a arrêté de revendiquer son originalité. Il serait toutefois un peu prématuré de le ranger parmi les « singes » qu’il vilipende tant : pas de Marseillaise dans ce discours, ni de déification du candidat. Benoît Hamon a plus emprunté au one-man show qu’à l’art oratoire. Dès le début de son discours, il se détache de son pupitre, multiplie les jeux de mots et les allusions au « costard trop serré » de son concurrent du soir, Manuel Valls.

Serait-ce assez pour renverser tous les pronostics, détrôner les 4 autres présidentiables classés devant lui dans les sondages (Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon) et faire oublier les 5 dernières années de gouvernance socialiste ? Même parmi les 3000 hamonistes présents à Lille, certains en doutent : « je ne suis pas persuadé qu’il va réussir à séduire au-delà de sa famille politique » avoue un sympathisant venu en famille. Mais comme nous confie Serge Janquin, vieux routard de la politique (député du Pas-de-Calais depuis 1993), « la dynamique en politique c’est quelque chose d’assez ingouvernable, on la sent ici […] tout ça rentre dans la marmite, et même si je ne suis pas le druide Panoramix, je parie que ce sera lui qui en sortira ».

Other posts that may interest you:

Leave a Reply