HomepageOpinion

Notez vous les uns les autres, comme je vous ai noté. Le futur des réseaux sociaux selon Black Mirror

Par Santiago Robledo

La Chine vient de mettre en place un système permettant à ses citoyens de se noter mutuellement. Quels enseignements peut-on tirer de l’épisode de Black Mirror à ce sujet ?

J’ai récemment découvert la série Black Mirror sur Netflix. J’y étais d’abord un peu réticent. Pourquoi passer son temps libre en regardant une série dystopique d’anticipation sur les risques des nouvelles technologies pour ensuite débattre de leur éthique ? Il y a assez de problèmes dans les journaux. Puis, au fil des épisodes, je finis par y prendre goût … Avis aux amateurs de la série, je sais que vous me comprendrez.

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, en voici une brève introduction. Black Mirror est une anthologie. Chaque épisode est indépendant, réalisé d’une certaine manière et dans un environnement différent (dans un futur proche ou présent alternatif), le tout accompagné d’une valse de personnages. L’intrigue ne dure qu’une heure. Chaque histoire est centrée autour d’une technologie particulière amenant le spectateur à réfléchir sur son possible et actuel usage. Le format court tient en haleine et la chute reste toujours spectaculaire.

L’épisode qui m’a particulièrement marqué ? Nosedive. Cette satire d’un monde gouverné par les réseaux sociaux pourrait faire l’objet d’une longue analyse car chaque détail nous rappelle notre quotidien et nous pousse à réfléchir sur nos habitudes et ce qui nous entoure, à travers les publicités ciblées ou encore la marginalisation des personnes non conformes aux normes. Mais au-delà, j’ai été particulièrement intrigué par l’influence des réseaux sociaux sur l’interaction les usagers, sur notre interaction. Le premier épisode de la saison 3 se déroule dans une société où tout le monde utilise une application mobile comme réseau social afin de s’entre-noter, les notes allant de 1 à 5. Une application similaire à Uber où l’on peut noter, en plus du traditionnel contenu posté, toute interaction avec un autre individu. La moyenne des étoiles reçues permet donc de stratifier les utilisateurs, allant des “premiums” et leur score supérieur à 4,5 étoiles,  aux “marginaux”, dont le score est inférieur à une ou deux étoiles.

La plupart des applications mobiles et internet impliquant la prestation d’un service offrent déjà cette fonctionnalité. Uber, Airbnb, Tripadvisor, Yelp, Blablacar – entre autres – proposent au client de noter son expérience et d’être noté en retour. Une manière d’identifier qui sont les conducteurs, les hôtes, les restaurants et les clients les plus fiables et sérieux pour les autres utilisateurs. Il est donc intéressant de voir dans cet épisode une critique de ce système devenu arbitraire.

Ce système a-t-il une influence comportementale ? A l’évidence, oui. Si un conducteur a une note inférieure à 4, je commence à douter de sa fiabilité. Si un hôte sur Airbnb est aussi faiblement noté, je préfère chercher une meilleure option. De la même manière, si un client est faiblement noté, le conducteur ou l’hôte lui préfèreront un autre client. Dans quelle mesure cette note reflète-t-elle vraiment la réalité ? Que se passe-t’il si le client était de mauvaise humeur et n’a pas voulu discuter avec le conducteur et a reçu, en retour, une note de 2 étoiles ? Cela voulait-il dire que le client n’était pas fiable ? Qu’en est-il d’une mauvaise note attribuée par un conducteur à une cliente car elle a refusé ses avances ? Il existe une myriade de possibilités, preuves que cette échelle de notation avec 5 étoiles ne reflète pas la réalité. C’est exactement ce que montre Nosedive : l’injustice du système qui risque, à cause d’un enchaînement de coïncidences, de se refermer comme un piège sur une personne prise dans l’engrenage.

 

Santiago Robledo, born in Colombia (the country – not the dual degree) and raised in sunny southern France, is now in rainy northern France as a first-year student. He enjoys writing and all sorts of outdoor activities, despite social media and French pastries also taking a lot of his time. Thinking Out Loud runs the last Thursday of the month.

Similar posts by this author:

The Sundial Press

The Sundial Press

The Sundial Press is the student-directed media outlet of Sciences Po Campus of Reims. It publishes editions in print and online. Originally started as a group project when the campus of Reims was founded in 2011, it has become a newspaper covering all aspects of student life at Sciences Po and in Reims as well as the global issues that impact the university’s international student body.

Leave a Reply