HomepageTravel

Prague, la ville captive

Par Amandine Hess

Forteresse du Pont Charles et pavés du quartier de Malá Stradna © Amandine Hess

« Prague ne nous lâchera pas. La petite mère a des griffes ! » écrit l’écrivain Franz Kafka dans une lettre à son ami Oskak Pollak. La ville captive. Tour à tour « ville dorée », « ville aux cent tours », ou « mère des villes », elle attire les marchands de foire du Moyen Âge et désormais les touristes. « L’avantage du communisme, c’est que la ville historique a été préservée puisque le gouvernement n’avait pas les moyens de financer des projets de construction » s’exclame ironiquement notre guide. Exceptionnellement bien conservée, la capitale vous fera voyager dans le temps depuis les pavés des rues médiévales. Vous avez les commandes en main, le voyage peut commencer. Encore mieux que The Time Machine de Simon Wells ou que Retour vers le Futur de Robert Zemeckis. Gothique, Renaissance, Art baroque : à vous de choisir votre époque.

A défaut d’une machine à remonter le temps, le tramway est un bon moyen de découvrir la ville. © Amandine Hess

« Pont-Charles ! Premier Arrêt ». Vous arrêtez la machine. Nous sommes en 1357, encore dans l’âge d’or du gothique. Le Pont Judith en bois sur le fleuve Vltava a été détruit il y a plusieurs années par une violente fonte des glaces. Charles IV, roi de Bohême et empereur du Saint-Empire romain germanique, lance alors la construction d’un pont en pierre à son nom. Très superstitieux, fan d’astrologie et de numérologie, le roi n’a pas choisi la date de début des travaux au hasard. La première pierre est posée en 1357, le 9 Juillet à 5h31 précisément. Place à l’impair, la suite des chiffres donne 1 3 5 7 9 7 5 3 1.  Autre superstition : le Roi fit appel à toutes les provinces pour livrer le vin, le lait et les œufs à ajouter au mortier, ingrédients censés renforcer les fondations du pont. C’était sans compter sur un malentendu. La ville de Velvary ramena des œufs durs pour ne pas les abîmer pendant le voyage. D’où l’adage tchèque “bête comme un habitant de Velvary” . Quant aux habitants d’Unhost, ils crurent judicieux de livrer du fromage blanc plutôt que du lait, plus résistant pendant le voyage. Devenu l’attraction principale de la ville, les touristes se pressent sur le pont au milieu des musiciens et magiciens ambulants, pour toucher les trente statues en bronze de Saints, censées porter chance. Vous le reconnaîtrez peut-être pour d’autre références culturelles … c’est de ce pont que se jette Jon Voight au début de Mission Impossible réalisé par Brian De Palma! Il relie le quartier baroque de Malá Stradna à la vieille-ville gothique, notre prochain arrêt.

« Place de la Vieille-ville ! Deuxième arrêt ! ». Le voyage s’est bien passé. Nous sommes en 1410. Vous vous pressez parmi les marchands de foire, les seigneurs et petites gens venus de toute l’Europe pour assister à l’inauguration de l’horloge astronomique, grande attraction à l’époque. Un cadran astronomique indique l’heure ainsi que la position du Soleil et de la Lune, accompagné d’un cadran à médaillons représentant les mois. La foule s’exclame : à chaque heure pleine défilent les automates des douze apôtres. Encore mieux que l’Apple Watch !

L’Église de Notre-Dame de Tyn se dresse à l’autre bout de la place. A l’origine romane puis tour à tour gothique et baroque, elle symbolise à elle seule l’éclectisme architectural de Prague. Elle est parée de deux tours inégales, une plus imposante que l’autre, appelées la tour femelle et la tour mâle. Cette église est inscrite dans l’histoire pour le mouvement hussite. Hussite ? Jan Hus, aujourd’hui héros national tchèque, était l’un des premiers à s’être opposé au catholicisme au début du XVe siècle. Il déclenche la création de l’Eglise hussite et est considéré comme un précurseur du protestantisme. Josefov, l’ancien ghetto Juif de Prague, est également situé dans le quartier de la vieille-ville. Le cimetière est tristement impressionnant : pendant une certaine période, la population juive forcée de résider à Josefov, ne pouvait se faire enterrer que dans celui-ci. Ainsi, de multiples couches de tombes se superposent. Le Klementinum, situé non loin, vaut également le détour : c’est l’une des plus belles bibliothèques au monde.

Klementinum © Antonio Badrov

“Lesser town and beyond” © Krystof Stupka

Nous remontons en voiture, direction le IXe siècle, époque de la fondation du château de Prague, un incontournable de votre visite. Ce château, à la superficie de 10 hectares, est composé de palais royaux, de la cathédrale Saint-Guy – la résidence présidentielle actuelle – de pavillons … L’ensemble mérite d’y consacrer une journée de votre séjour. Parmi les immanquables, la ruelle d’or, constituée de petites maisons colorées, où ont habité successivement le personnel du château, des alchimistes puis des écrivains de renom tels Franz Kafka. L’immense salle Vladislav du château correspond à un caprice d’un des Rois de Bohème qui souhaitait pouvoir assister à des joutes équestres toute l’année. Pour l’anecdote, on doit l’illumination du château aux Rolling Stones. Ils ont été parmi les premiers à organiser un concert international à Prague après la révolution de Velours de 1989 (Velvet Revolution). Alors qu’il buvait une bière avec Václav Havel, président de la République fédérale tchèque et slovaque de l’époque, le groupe regrette que le château ne soit pas éclairé la nuit. Le président ne pouvait se permettre ce genre de dépenses juste après l’indépendance. Le groupe décide alors de le financer.

“Lesser town and beyond” © Krystof Stupka

Pour rester dans le thème des groupes de rock britanniques, notre machine à remonter le temps fait escale en 1980 en bas de Malá Strana. Suite à la mort de John Lennon en 1980, les habitants lui ont spontanément rendu hommage sur un mur devenu le John Lennon Wall. Celui-ci évolue au fur et à mesure des nouvelles inscriptions. Mais détrompez-vous : John Lennon ne s’est jamais rendu dans la capitale !

Gastronomie :

  • La rumeur selon lequel la bière est moins chère que l’eau est … vraie dans certains bars. Remords et crise existentielle ne suivront pas vos barathons.
  • La gastronomie tchèque régale. Testez le Gulasch et le Pork Knuckle si vous cherchez des plats nourrissants. Côté dessert, essayez les trdelnik vendus à chaque coin de rue ou les Livanec.

Vie nocturne :  

  • Régalez-vous de bière tchèque dans les nombreux pubs de Prague !
  • En alternative, rendez-vous au Cross-Club, boîte de nuit industrielle.

Infos pratiques :

  • Pas d’euros ! Faites attention aux taux de change. La monnaie locale est la couronne tchèque.
  • La température atteint les -20°C en hiver. La meilleure période pour le tourisme se situe de mai à août.
  • Si vous êtes prêts à braver le froid, le marché de Noël de Prague vous émerveillera.

Transport :

Privilégiez un bus de nuit Paris-Prague (13 heures de route), dont le prix du billet débute à 39 euros.

 

Voilà, votre programme est prêt. Il ne vous reste plus qu’à vous ruer dans le prochain Flixbus … En route !

Leave a Reply