Par Luna Perez

Samedi aura lieu la finale de Destination Eurovision, l’émission visant à sélectionner le prochain représentant de la France au concours de l’Eurovision, qui se tiendra en mai à Tel Aviv. Parmi les 8 artistes encore en lice pour la finale de samedi, Bilal Hassani s’est imposé comme un des favoris. Le jeune homme de 19 ans a en effet remporté les votes du jury international et du public français lors de la demi-finale avec sa chanson « Roi ». Révélé sur The Voice Kids mais surtout sur Youtube, où il partage ses interprétations de chansons et sa vie quotidienne avec pas moins de 750 000 abonnés, le grand public l’a donc découvert sur sa télé il y a quelques jours.

Difficile de passer à côté de lui ses dernières semaines, pour le meilleur selon moi, et voilà pourquoi.

Pour sa chanson d’abord. Libre à chacun d’apprécier ou non la voix de Bilal Hassani. Reste que « Roi » est un titre taillé pour l’Eurovision. Les paroles abordent les normes sociales « You put me in a box want me to be like you  / J’suis pas dans les codes ça dérange beaucoup » et l’acceptation de soi « laisse-moi m’envoler / I’m not rich but I’m shining bright ». Elles font écho à l’histoire personnelle de Bilal Hassani, ce qui les rendent authentiques, plus que le seraient celles d’une énième ballade romantique qui n’apporterait pas grand-chose de nouveau.

Mais que serait le titre sans son interprète ? Bilal Hassani est jeune, dynamique, communicatif et bénéficie de beaucoup de soutien sur Youtube et Twitter. Il ne laisse personne indifférent et les médias se l’arrachent ces derniers jours. Il est audacieux, à l’image de son cover de Copines x Tout Oublier sorti le mois dernier. Et ça change ; enfin on a l’air de pouvoir s’identifier à un artiste français qui se présente à l’Eurovision, enfin on a l’air de pouvoir s’identifier à quelqu’un qui bénéficie d’une visibilité à la télévision, en prime-time de surcroît. Le jeune homme a même l’étoffe d’un modèle car partout depuis trois ans, et ce malgré les commentaires haineux, il s’acharne à transmettre ce message clé : soyez-vous-même et amusez-vous. C’est en tout cas ce qu’il fait et il l’affiche au grand jour sur ses réseaux sociaux. Bilan : Bilal est rafraîchissant.

D’ailleurs, sa présence sur France 2 à une heure de grande écoute ne fait pas de mal ni aux détracteurs qui conspuent les LGBT toute la journée, ni plus généralement à quiconque serait obnubilé par le fait de ranger ses semblables dans des cases bien rigides et hermétiques. Nul doute que lors de sa prestation sur France 2, un certain nombre de concitoyens ont dû manquer de s’étouffer en le voyant apparaître à leur écran. ‘Un homme portant une perruque ? mais où va la France ?’ La France va vers plus d’inclusivité, on l’espère. Eh oui, il est temps que la télévision française soit plus représentative de la société et se fasse violence pour briser les codes, car sinon on va bien finir par ne plus la regarder. Il faut le dire, les français ont encore trop de mal avec les ‘différences’ quelles qu’elles soient et un peu de changement serait appréciable. Bilal Hassani s’habille et se coiffe bien comme il le veut.

Spoiler alert : certains ne comprennent pas le concept. Pour rappel, on peut se maquiller et porter des perruques sans être une femme, ni une personne transgenre ni une drag queen. À l’heure où un individu en société est soumis à d’immenses pressions notamment sur son identité de genre, son orientation sexuelle, son origine et son apparence physique, encore plus lorsque ce dit individu s’expose publiquement, la présence de Bilal Hassani fait du bien.

De là probablement viennent les commentaires négatifs et haineux dont le chanteur est quotidiennement la cible. Loin de critiquer sa musique, Bilal Hassani y est objectivé, réduit à ses cheveux ou sa gestuelle et un grand nombre de commentaires sont clairement homophobes. Valeurs Actuelles n’aura pas fait beaucoup mieux en le réduisant à son orientation sexuelle et ses origines marocaines dès les premiers mots de l’article. Ces réactions ne sont que la preuve que notre société a justement désespérément besoin de personnalités comme pour repousser les normes sociales et imposer leurs propres visions des choses, même si celles-ci sont contraires à ce qui serait normalement attendu. Car n’êtes-vous pas ennuyés vous aussi des carcans et injonctions sociales qui nous étouffent ?

Et pour ceux qui s’étranglent à la vue des perruques de Bilal Hassani et transforment leur manque de goût et d’humanité en remarques homophobes, sachez que l’homophobie sous forme d’agression verbale reste punissable par la loi. En attendant un changement des mentalités, le chanteur trace sa route et laisse ceux qui le critiquent sur le bas-côté. Son single « Roi » a déjà été écouté près de 5 millions de fois sur Youtube.

Leave a Reply