HomepageOpinion

Réchauffement Climatique: Pourquoi Nous Utilisons la Mauvaise Stratégie

By October 10, 2019 No Comments

Ilo Rakotonavahy

 

A en croire les revendications des principaux militants de la lutte contre les changements climatiques, l’apocalypse est proche. Sans nier l’urgence du problème, il faudrait revoir la manière dont nous présentons les enjeux du réchauffement climatiques pour gagner en efficacité. 

Du 20 au 27 septembre 2019 se sont déroulées de nombreuses manifestations concernant la question du réchauffement climatique et la protection globale de l’environnement. Plus que jamais, le problème n’est plus qu’une théorie, maintenant tangible et observable entre les canicules de l’été 2019 et l’augmentation du nombre de catastrophes naturelles dont le nombre a doublé ces quarante dernières années. Pourtant, la cause écologique peine encore à se concrétiser tant sur un plan personnel à l’échelle de l’individu que sur un plan politique à l’échelle gouvernementale. 

Pour comprendre cette passivité, il faut faire appel à la psychologie humaine. De cette analyse se dégage deux raisons principales. La première est que la surmédiatisation négative du réchauffement climatique pousse à une désensibilisation de la question environnementale par les spectateurs. Ainsi, parce que le public est habitué à écouter les mêmes alertes, il tend à se détacher de cette réalité, lassé, comme l’a théorisé le psychologue et homme politique norvégien Per Espen Stoknes. Ce « collapse porn » normalise les risques que l’on encourt à l’échelle mondiale. 

Quant à la deuxième raison, elle peut se résumer tel un « syndrome de l’autruche », concept né des observations faites par le sociologue et écologiste George Marshall. La question du climat, telle qu’elle est présentée, ne permet pas la justification de sacrifices à courts termes pour un bonheur distant. Or, sans gain à court terme, l’image hautement négative que l’on donne du réchauffement climatique est vite niée, ignorée et oubliée. Si l’on veut être efficace, il faut changer de stratégie. 

Quelle est donc la bonne stratégie ? En vérité, une stratégie plus efficace repose sur une meilleure communication, une publicité plus positive, un rêve plus accessible. Ainsi, il faut donner une image plus tendance de la lutte contre le climat à l’aide notamment des outils numériques. Il faut donner le droit aux consommateurs de simplement vouloir s’acheter une conscience, suivre le mouvement de mode et flatter son égo. Toute action, même minime, est à prendre. Par exemple, l’hashtag #SaveTheTurtle permît la démocratisation de l’usage d’alternatives aux pailles en plastique aux Etats-Unis : l’on devient écolo parce que c’est bien vu, et alors ? 

De surcroît, cette stratégie fonctionne à l’échelle des gouvernements. Soyons pragmatiques : de nos jours, les Etats ont pour priorité leur croissance économique. Culpabiliser les gouvernants n’est plus efficace. Quitte à mettre de côté sa fierté personnelle, il faut à présent caresser les dirigeants par le sens du poil en démontrant qu’un commerce équitable et respectueux de l’environnement équivaut à un commerce profitable. 

Enfin, c’est en acceptant la nature égoïste des hommes que nous pouvons agir en conséquence.

Similar posts by this author:

The Sundial Press

The Sundial Press

The Sundial Press is the student-directed media outlet of Sciences Po Campus of Reims. It publishes editions in print and online. Originally started as a group project when the campus of Reims was founded in 2011, it has become a newspaper covering all aspects of student life at Sciences Po and in Reims as well as the global issues that impact the university’s international student body.

Leave a Reply