HomepageOpinion

Séparatisme islamiste : l’échec français ?

By March 3, 2021 No Comments

“Séparatisme : la ‘communauté’ à contrecœur, illustration de Fodz pour Charlie Hebdo.

Depuis le discours du 2 octobre 2020 il est clair que la lutte contre le séparatisme est l’un des chevaux de bataille du gouvernement français. A été abandonnée la stratégie du dialogue et de la compréhension, qui bien que lente et éreintante avait le mérite de tenter de faire appliquer les idéaux républicains d’égalité pour tous, sorte d’humanisme qui nous distinguait des élans fanatiques religieux. Or, ayant donc abandonné cette stratégie, notre gouvernement pointe d’un doigt accusateur le séparatisme islamiste (puisqu’il semble capable de donner à cette dénomination théorique une application réelle qui n’est selon eux pas marginale), principale menace de notre république que je pensais pourtant si forte.

Force est de constater que dans l’idéalisme propre à ma jeunesse, je me suis trompée et c’est bien désillusionnée que j’écoute en boucle le discours du président du 2 octobre 2020, me disant que le problème ne peut venir que de moi. Qui d’autre pourrait comprendre les musulmans de France qui de toute évidence ne croient plus en les bienfaits de la République ? Personne. Et puisque notre République est « une et indivisible » et doit le rester, elle doit également s’abstenir de plier, de faire preuve de souplesse face aux 57% de jeunes musulmans qui selon l’IFOP estiment que les lois de la République passent après la charia. Il est bien connu que la douceur et l’écoute n’arrivent à aucun résultat probant, la meilleur solution reste à imposer par la force !

Mais plus que du séparatisme islamiste, puisque “le mot et son contenu sont loin de pouvoir nommer la réalité” (Rachid Benzine, islamologue), c’est l’islam non-officiel que j’évoquerai ici. Celui qui ne prône pas dans les faits une séparation avec la société, mais qui malgré tout est là avec ses principes anti-démocratiques et son embrigadement radical. Il sévit dans la société en tant que telle. Son objectif n’est pas tant un projet politico-religieux radical qui viserait à « prendre le contrôle » comme l’a évoqué le Président Macron dans le même discours, mais rallier à sa cause tous les musulmans que la République française aurait déçu. Que ce soit dans les écoles privées hors contrat, souvent véritable terreaux du radicalisme et de la diffusion d’idées anti-républicaines ou même dans certaines mosquées, dont des Imams français vont se former en Arabie Saoudite ou au Yémen et dont, finalement, on ne sait rien de la formation.

Mais plus que de citer les finalités, soient les conséquences qui nous ont frappé de plein fouet avec l’ouverture des procès Charlie, il faut s’interroger sur la cause de ce séparatisme qui de toute évidence n’est pas apparu seul. Ne serait-il pas le constat d’échec de gouvernements successifs, dont la volonté de « passer les banlieues au Karcher » permet de s’interroger sur la réussite de l’intégration (mot qui ne veut plus rien dire j’en suis consciente mais qui malgré tout traduit une certaine volonté d’entrer dans un ensemble en tant que partie entière et intégrante) qui entre communautarisme et ghettoïsation, a bien malmenée la barque de la république laïque garantissant la liberté de culte pour tous.

Dans ce cercle vicieux de radicalisation où celle d’un groupe d’islamistes au projet politique douteux a réussi à convaincre un grand nombre de musulmans qu’ils étaient honnêtes, et où cette même radicalisation entraîne par le sentiment d’urgence qu’elle provoque une radicalisation du personnel politique (de Fillon à Dupont-Aignan sans oublier Darmanin, le clan Le Pen étant exclus puisqu’ils ont les mêmes idées sur ces sujet depuis 30ans), il faut sans aucun doute rappeler que ce séparatisme tel que le nomme le Président, cet islam radical non-officiel, a pris sa source dans le clientélisme de certains élus français comme le souligne Erwan Seznec dans les premières pages de son livre « Nos élus et l’islam ». Si ce portrait dressé paraît alarmant, certaines réactions de notre personnel politique, pour certains dans les plus hautes strates des pouvoirs publiques, font froid dans le dos. Dissolutions de comités, allégation – non fondées et démenties — de soutien du terrorisme et bien d’autres, certains membres du gouvernement s’enfoncent dans le sensationnel en prétextant une volonté de victimisation qui n’a pas lieu d’être de la part de ces comités. Au stade où nous en sommes, est-ce vraiment la seule solution à notre portée ? La réponse par la force envers des organismes qui souvent n’ont pas de lien avec les faits dont ils sont accusés ,puisque nous rappellerons encore une fois ici que les infographies publiées par le CCIF à la suite des attentats de 2015 avait pour but « d’aider » comme ils le soulignent eux-mêmes et non pas de permettre à des terroristes d’échapper « aux rouages du système ».

Je pourrais encore disserter longtemps sur ce « séparatisme » et les conséquences de long terme qu’il va provoquer dans la société. Cependant, je resterai, sûrement par sentimentalisme, attachée à cette vision de la laïcité qui dans toute sa beauté paradoxale donne la liberté de culte à tous, du moment qu’elle n’est pas visible en politique et dans les lieux publics, à croire finalement que cette loi depuis révisée de 1905 n’était pas prête pour le développement de l’islam en France.

Il y a quelques jours de cela, je débattais avec un ami de ma vision de l’islam en France. «Idiote, tu les surprotèges, tu es aveugle ». J’ai récolté de quoi me remettre en question… Toutefois et malgré les interrogations que m’ont suscitées cette discussion, elle a affermi ma pensée : il existe aujourd’hui une fracture dans la société française qui est difficile à surmonter, à traverser et à combler. Ainsi, avant de nous forger une opinion sur le sujet, il est nécessaire de débattre des différentes visions, de parler au gens de leur quotidien, de leur ressenti, de leur vision d’une république idéale, car c’est ensemble et non les uns contre les autres que nous construisons, tous les jours la République Française.

« La laïcité est un principe fondamental de la France, c’est ainsi, je suis citoyenne française je dois l’accepter, mais plus que cela, je ressens une anti religion aujourd’hui omniprésente. C’est dommage parce que la laïcité doit, à mon sens, être neutre, ni plus ni moins. »

Hadjar, 18 ans, étudiante

 

Sources

La république en acte: discours et conférence de presse du Président Marcon : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/02/la-republique-en-actes-discours-du-president-de-la-republique-sur-le-theme-de-la-lutte-contre-les-separatismes

Protéger les libertés en luttant contre le séparatisme islamiste, conférence de presse du Président Macron à Mulhouse :

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/02/18/proteger-les-libertes-en-luttant-contre-le-separatisme-islamiste-conference-de-presse-du-president-emmanuel-macron-a-mulhouse

“Séparatisme islamiste” : “le mot et son contenu sont loin de pouvoir nommer la réalité”, tribune de l’islamologue Rachid Benzine dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/20/separatisme-islamiste-le-mot-et-son-contenu-sont-loin-de-pouvoir-nommer-toute-la-realite_6030143_3232.html?_ga=2.93494173.1291458979.1604769770-1665737530.1540329385

Pour 57% des jeunes musulmans, la charia plus importante que la république, Le Point : https://www.lepoint.fr/politique/pour-57-des-jeunes-musulmans-la-charia-plus-importante-que-la-republique-05-11-2020-2399511_20.php#

Les imams radicalisé continuent de prêcher la haine en France, Le Figaro : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/les-imams-radicalises-continuent-a-precher-la-haine-en-france-20200119

Imams “détachés”, pourquoi la france veut en finir avec ce système: https://www.la-croix.com/France/imams-detaches-toujours-coeur-debats-2020-02-18-1201079051

La formation des imams en France de nouveau sur la table : https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/02/18/la-formation-des-imams-en-france-a-nouveau-sur-la-table_6029935_3224.html

Ecole privée hors contrat et endoctrinement des enfants, Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/260220/ecoles-privees-hors-contrat-et-endoctrinement-des-enfants

Nos élus et l’islam, Erwan Seznec, Robert Laffont, 2020

“CCIF” : Première fois que Le Monde l’a écrit :

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/10/25/ccif-la-premiere-fois-que-le-monde-l-a-ecrit_6057323_4500055.html

Pour Darmamin, “le collectif contre l’islamophie” en France est une ‘officine islamiste” qui oeuvre contre la République, Le monde  :

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/27/darmamin-le-ccif-une-officine-islamiste-qui-uvre-contre-la-republique_6057466_3224.html

Dissolution d’association: que dit la loi ? Quels sont les précédents ? Le monde :

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/10/20/dissolution-d-associations-que-dit-la-loi-quels-sont-les-precedents_6056709_1653578.html

CCIF communiqué de Presse du 17 octobre 2020 : https://www.islamophobie.net/2020/10/17/communique-du-17-octobre-limpasse/

 

Other posts that may interest you:

    Leave a Reply