Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An Interview with Ad Astra

Listing to become the 2021/2022 AS: Ad Astra

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION 

Why is your list running? 

Chiara-Lou PARRIAUD:  Our list, Ad Astra, which means “to the stars” in Latin, is running because we are aiming for the stars. We really want to bring this new vision of sports on campus. We want to show that sports encompasses a range of dimensions and that it can go through artistic expression, political engagements, environmental activism, mental health. This multifaceted vision of sports is something we really want to bring to campus, we want to include everyone in this vision, so not only athletes, but also people who are just curious or interested in sports. We really feel that we’re the perfect people to bring people on this mission to because we’re not only involved in sports but we’re also very passionate about it and it’s a matter we really take at heart. 

 

According to you, what is the main shortcoming of the current AS?

Chiara-Lou: It’s difficult to say from an outside perspective, and also because of COVID we haven’t seen what they’re really capable of. But maybe their lack of communication on certain issues that could be interesting to raise; and that’s something that we want to bring to campus. So, again, everything being linked to the wellbeing, the political, the social, the economics of sports. We also feel that we’d be able to bring a more transparent image, portrayal of sports, and impression of what we’re doing. I know that there were controversies this year about the ski trip form and some other matters that kind of excluded some people because they weren’t in certain friend groups. This is something that we’d really like to go over next year, and try to include as many individuals on campus as possible, ensuring that athletes and nonathletes and people from all different friend groups are included in the events that we organize, because what we ultimately want is to share our vision of sports on campus, and show that sports are not only about physical exercise but it’s also a fun way to release pressure, it’s about mental health, it’s about balance, and it’s crucial in the student life of  Sciences Po students.

Lauri LÖYTTYNIEMI: I totally agree with Chiara-Lou, especially the absence of representativity, which we don’t have a problem with. We have a diverse group of students, a diverse group of friend groups, a EURAM EURAF balance, so that we are not here, as a selected group favoring our friends. While we are not BDE, while our job on paper is not to represent the students, we still really hope to be as open as possible to new ideas. Especially in the case of the ski trip form, I think that was the main shortcoming of the AS this year, it showcased how selective they were this year. So we try to avoid that and be as open as possible to all friend groups.

 

How will you make sports more accessible to students who are not involved in a sport already at Sciences Po, and how will you incentivize them to participate in your events?

Martin AMROUCHE: For people that don’t practice sports on a regular basis, we have decided to create a sports catalogue, in which we will provide the place, the name, the contacts, prices, a few informative tips, a few informative videos about the many sports you can find in Reims, so that the people who don’t practice sports regularly can always know where to go to play sports maybe once every two months with their friends or something. We also want to organize many events, for example inter-campuses, with other universities in Reims and maybe even some tournaments between Sciences Pistes.

Chiara-Lou: Something that is really important for us was that our campaign promises are not just about theoretical concepts, we tried to link our promises to concrete events and things that we can do to show our seriousness, our responsibility, and our willingness to act in this field, and to include individuals who are not necessarily athletes. This also comes through our wish to collaborate with other associations like Intéragir, and try to organize events that really link these associations with our vision of sports. This all really comes back to our core concept that we want a multifaceted vision of sports.

Lauri: What Chiara-Lou said links to our aspects of representativity. The events pole promised that once a month we’ll do new sports, like pétanque, ice skating, climbing. These are events and opportunities that everyone on our campus, whether they can run a marathon or not, can join. Especially for me, during integration week, the cycling trip that was organized by the AS was such a great opportunity, and many people still say that. So they recognize the value of just trips and what they can bring to the campus, and we’ll focus on that, bringing new sports to different kinds of sporty people.

Martin: I can add a few concrete examples for what Lauri said. We want to notably bring tennis, american football, baseball, waterpolo, and badminton, these are the key five sports we maybe want to bring and we are already in contact with some of the sports clubs to create this partnership for next year. Because we really think it is a shame that some people have to stop practicing their sports when they come to Sciences Po because we do not have the contacts and the partnerships, so we really need to create them.

 

In the wake of the SciencesPorcs movement and the coming out of testimonies of sexual assault endured by Sciences Po students, what will you do to guarantee the events you will host will be safe for all attending students? 

Chiara-Lou: We’ve discussed it as a team, and one of the main things that we’d like to bring to our events next year would be to designate a person, that would be recognizable and someone that people could basically come up to, that focuses on the dynamics of the event and be as open, as visible as possible for individuals to come up to them if anything ever happens. I think it also comes through raising awareness, so perhaps before the events we could send out informative posts, or set up things like the “call for Angela”, this kind of code word that women can use if they’re in a bar. We’d be setting up these guidelines before the events so people would come knowing they would be in a safe environment and that we’d all be in disposition to help.

Safinaz REFAI: We have also created an online platform and a google form to create this relationship of trust with others, whether or not they are athletes, and by creating this relationship of trust we hope they’ll be able to tell us everything and communicate with us, that’s the key to everything. 

Chiara: So they can tell us how they feel. 

Safinaz: Exactly, how they feel, their opinions, and we can have feedback on our actions and what they concretely expect of us. 

Martin: If I can add, if for example during the organization of a WEIC or Mincirit, or any intercampus sporting event taking place on our campus and therefore organized by ourselves, if we have wind of any incident of this kind in one of the team, I think we will have a very strict policy to automatically disqualify that team and not just the perpetrator of the event. 

Chiara-Lou: And again, I think what is key for our list and for the Sciences Po institution, and that has shown through this year is the need for transparency and I feel that if such events would come up, we wouldn’t be silenced about them and really try to raise awareness and voice people’s concerns and just show that there’s a problem and that we’d be willing to fight against it.

Matin: I think the policy that Sciences Po accepted to stop organizing the intercampus sports tournaments with the Paris campus, is not a solution, because sports is a way to bring people together and I think that suppressing these sorts of events will not resolve the problem, but just resolve one branch of the problem.

 

Given the uncertainty related to the ongoing sanitary crisis, how do you plan on adapting to restrictions and maintaining, and even reviving, sport and team spirit on campus next year? 

Chiara-Lou: Our list is very aware of these problems, and the prime example is that one of the members of our list is not currently in Reims, she’s in Korea. We really understand at face value how important it is to include individuals who are abroad or unable to physically attend events. That has been one the main focuses of our campaign, to really include everyone through online events. This can also go through the google form, creating spaces of discussion, workouts and events linked to the physical activity. But as we said, sports is not simply physical activity, but is related to well being, politics. We really want to take Sciences Po students beyond these preconceptions that sports is just a physical activity, and I feel that this multifaceted 3D vision is something we can bring to students even in the context of a pandemic.

Lauri: The events poll now is planning the kind of events we’ll do, we have had a focus on outside events, so that’s why concrete examples––we’re going to do a running club, hiking trips, cycling trips, and that kind of stuff that are completely safe and COVID friendly, that shows that we are not here and being naive, we have many options depending on the sanitary measures in September when school starts again. 

Safinaz: Lauri was just saying that we can try to organize events, but I would just like to emphasize the fact that in organizing these events we are going to take any necessary precautions and we are for example going to all get tested, we are going to clean the spaces and objects used during the activities, there will be a regular disinfection that will be done. We are going to favor social distancing, we are always going to inform ourselves before we organize these events about the decisions made by the government, and we will also put visible signs to remind people of the importance of the actions to take. Through these events, we are going to take essential measures. 

Chiara-Lou: We try to really adapt the events that we can do to this pandemic, trying to make sure everyone is as involved as possible, but in respect to the sanitary measures.

Martin: Also, in the worst-case scenario, that would be a – this would be horrible of course – but if no sports are possible, or even like running or biking, we have many online things already prepared, for example sports recaps every week, sports culture, we really want to further the knowledge of people about sports, we don’t want just people to exercise but also be knowledgeable about sports, to interest them if they aren’t already.

 

One last thing? 

Chiara-Lou: I’d like to stress on the fact that I feel that our list is the most coherent as it could be because we selected individuals and the members of our list not only want to belong to the AS next year because they play sports, but more importantly because they are passionate about sports. We really want to stress on our members passion for sports and this vision we want to bring to campus, and I can tell you that every single person in the Ad Astra list is passionate about sports, just through the group discussions that we’ve had and the way people have worked on this campaign and devoted themselves to this, to this common mission. Because belonging to a sports bureau is not only linked to the members capacity to do sports but to being able to organize sporting events that can unite and bring people together which is what we want to do, and is crucial in the difficult times we’re going through. Basically showing to people sports can be a school of life, and I feel like our list really has this potential, this passion, this inherent motivation to let our love for sports transpire even to people who are not necessarily that motivated by sports. 

Martin: Something we really want to do is have a weekly relationship with everyone on campus. So we want every week to be at least something from the AS, so people always have the opportunity to be related to sports, to interest themselves in sports, be it professional sports, the Sciences Po teams, practice sports, everything. We want every week everyone to have the opportunity to do something, contact us. We want tocreate a big relationship between us and the campus. 

Lauri: One last thing, is that we are not a football team of 16 interested in football, we are all interested in football, but people do surf, handball, swimming, it’s a whole range. We are really representative of this campus and we are open to new sports. That’s why we all want to share these activities. 

 

VERSION FRANCAISE

Pour quelles raisons votre liste se présente-t-elle ?

Chiara-Lou PARRIAUD: Notre liste, Ad Astra – c’est une locution latine qui signifie vers les étoiles– cherche à rejoindre les étoiles. Nous voulons apporter une nouvelle vision du sport sur le campus. Le sport possède de multiples dimensions, interagit avec de multiples sphères, et nous voulons le montrer; cela touche à l’expression artistique, à l’engagement politique, à l’activisme environnemental, au bien-être mental; nous avons une vision complexe du sport et nous voulons la faire découvrir au campus.  Nous voulons aussi inclure tout le monde dans cette vision, pas seulement les athlètes, mais les gens qui s’intéressent simplement au sport. C’est notre mission, et nous pensons être les gens parfaits pour la mener à bien, en rassemblant d’autres gens dans cette idée, parce que nous sommes tout simplement passionnés par le sport, c’est un sujet qui nous tient à cœur. 

 

Selon-vous quel est le plus grand défaut de l’AS telle qu’elle est actuellement?

Chiara-Lou: C’est difficile à dire d’un point de vue extérieur, aussi parce qu’à cause de la covid on ne sait pas trop de quoi ils sont capables. Mais, peut-être leur manque de communication concernant certains enjeux dont il aurait été important de parler, et c’est une chose à laquelle nous entendons subvenir sur le campus. Donc, encore une fois, tout est lié au bien-être, au politique, au social, à l’économie du sport. Nous pensons également que nous pourrions améliorer la transparence de l’AS avec une représentation plus transparente du sport et de ce que nous faisons. Je sais qu’il y a eu des controverses cette année à propos du formulaire du voyage au ski qui ont en quelque sorte exclu certaines personnes parce qu’elles ne faisaient pas partie de certains groupes d’amis. C’est quelque chose que nous aimerions vraiment résoudre l’année prochaine, en incluant autant d’individus que possible sur le campus, en veillant à ce que les athlètes et les non-athlètes et les personnes de tous les différents groupes d’amis soient inclus dans les événements que nous organisons, car ce que nous voulons finalement, c’est partager notre vision du sport sur le campus, et montrer que le sport n’est pas seulement une question d’exercice physique mais c’est aussi une façon agréable de relâcher la pression, c’est une question de santé mentale, et d’équilibre, et c’est donc crucial dans la vie des étudiants de Sciences Po. Ce sont des choses que nous pensons vraiment pouvoir apporter et que l’AS a peut-être eu du mal à faire cette année.

Lauri LÖYTTYNIEMI: Je suis absolument d’accord avec Chiara-Lou, surtout quand elle parle du problème de représentation. Nous sommes un groupe d’étudiants très divers, équilibré entre Euram et Euraf, et non pas un groupe d’amis qui se seraient favorisés entre eux. Bien que nous ne concourions pas à la liste du BDE, bien que nous ne soyons pas sommés de représenter tous les étudiants, nous voulons être le plus ouvert possible aux idées nouvelles. Et particulièrement dans l’affaire du formulaire du séjour au ski, que je pense être la faute majeure de l’AS cette année, puisque cela a mis en lumière combien cette association était fermée et sélective. Nous cherchons donc à réduire ces défauts et à nous ouvrir à tous les groupes d’amis possibles. 

 

Comment entendez-vous faire en sorte que le sport soit plus accessible aux étudiants qui n’en font pas déjà à Sciences Po, comment les inciter à prendre part à vos événements?

Martin AMROUCHE: Pour les gens qui ne font pas de sport régulièrement, on a décidé de créer un catalogue des sports, dans lequel on va donner le lieu, le nom, les contacts, les prix, quelques conseils informatifs, quelques vidéos informatives sur les nombreux sports qu’on peut trouver à Reims, pour que les gens qui ne font pas de sport régulièrement puissent toujours savoir où aller pour faire du sport peut-être une fois tous les deux mois avec leurs amis ou autre. Nous voulons aussi organiser beaucoup d’événements, inter-campus par exemple, ou avec d’autres universités de Reims et peut-être même quelques tournois entre Sciences Pistes. Pas seulement pour le football, mais aussi pour l’athlétisme et beaucoup d’autres sports. Nous souhaitons vraiment inclure tout le monde dans le sport, et que même les personnes qui ne le pratiquent pas régulièrement  puissent participer et apprécier.

Chiara-Lou: Quelque chose qui est vraiment important pour nous est que nos promesses de campagne ne restent pas théoriques, mais d’en faire des événements concrets, des choses concrètes pour montrer notre sérieux, notre responsabilité, et notre volonté d’agir. Je crois que notre volonté d’inclure des individus qui ne sont pas nécessairement des athlètes passe aussi par la collaboration avec d’autres associations comme Intéragir, par l’organisation d’ événements qui relient vraiment ces associations à notre vision du sport. Tout cela est lié à notre idée de base, à une vision du sport à multiples facettes, et c’est ce que nous voulons vraiment faire ressortir dans nos événements avec les différentes associations.

Lauri: Ce que dit Chiara-Lou est aussi très lié à l’aspect représentatif de notre projet. Le pôle événements a promis qu’une fois par mois nous ferions de nouveaux sports, comme la pétanque, le patin à glace, l’escalade. Ce sont de ces événements et des opportunités que tout le monde sur le campus de Sciences Po peut rejoindre, qu’ils soient capables de courir un marathon ou non. Personnellement, pendant la semaine d’intégration, le voyage à vélo qui a été organisé par l’AS avait été une grande opportunité. Ils connaissent donc la valeur de ces voyages et ce qu’ils peuvent apporter au campus, et nous nous concentrerons sur cela, en ouvrant chacun à la pratique de nouveaux sports.

Martin: je peux illustrer par quelques exemples concrets ce que Lauri a annoncé. Nous voulons notamment faire venir le tennis, le football américain, le baseball, le waterpolo, et le badminton, ce sont les cinq sports clés que nous voulons apporter et nous sommes déjà en contact avec certains clubs sportifs pour créer des partenariats pour l’année qui vient. Parce que nous pensons vraiment que c’est très dommage que certaines personnes ne soient plus en mesure de pratiquer leur sport quand ils viennent à Sciences Po parce qu’il manque les contacts et les partenariats, donc nous avons vraiment besoin de les créer.

 

En réponse aux révélations d’agressions sexuelles subies par des étudiant.e.s de Sciences Po, qui ont éclaté grâce au mouvement Sciences Porcs, que ferez-vous pour garantir la sécurité des personnes qui participeront à vos événements ? 

Chiara-Lou: Nous en avons discuté en équipe, et l’une des principales choses que nous aimerions apporter à nos événements l’année prochaine serait de désigner une personne qui serait reconnaissable et  que les gens pourraient aisément approcher. Il essaierait vraiment de saisir l’ambiance de l’événement et d’être aussi ouvert, aussi visible que possible pour que les personnes puissent venir le voir si quelque chose arrive. Cela passe aussi par la sensibilisation, donc peut-être qu’avant les événements nous pourrions envoyer des messages d’information, ou peut-être mettre en place des choses comme le “call for Angela”, ce genre de code que les femmes peuvent utiliser si elles sont dans un bar. C’est essentiellement essayer de mettre en place ces lignes directrices avant les événements afin que les gens viennent en sachant qu’ils seront dans un environnement sûr et que nous serons tous en mesure de les aider.

Safinaz REFAI: On a aussi créé une plateforme en ligne et un google form pour créer cette relation de confiance avec les autres, que ça soit des sportifs et en créant cette relation de confiance on espère qu’ils puissent nous dire tout et faire la communication avec nous, c’est la clé de voûte et la clé de tous. 

Chiara: Histoire qu’ils nous donnent leur ressenti. 

Safinaz: Exactement, leur ressenti, et leurs opinions, et on est des retours sur nos actions et ce qu’ils attendent de nous concrètement. 

Martin: Et aussi si par exemple pendant l’organisation d’un WEIC ou d’un Minicrit ou d’événement sportif intercampus ou autre sur le campus de Reims donc organisé par nous même, si nous avons vent de tout incident de ce type dans une équipe je pense qu’on aura une very strict policy pour automatiquement disqualifié cette équipe et non pas seulement le perpétrateur de cet événement. 

Chiara-Lou: Et encore une fois, je pense que ce qui est un besoin essentiel pour notre liste et pour Sciences Po, et qui s’est manifesté cette année, c’est le besoin de transparence. Si de tels événements se produisaient, nous ne resterions pas silencieux à leur sujet et nous essaierions vraiment de sensibiliser, d’exprimer les préoccupations qui existent et de montrer qu’il y a un problème et que nous sommes prêts à le combattre.

Matin: Je pense aussi à la politique de Sciences Po, qui a accepté d’arrêter les tournois sportifs inter-campus avec le campus de Paris, n’est une solution parce que le sport est un moyen de rassembler les gens, et supprimer ce genre d’événements ne résoudra pas le problème, mais seulement un aspect du problème.

 

Au vu de la situation sanitaire et de l’incertitude qui y est liée, comment comptez-vous vous adapter aux restrictions et permettre au sport et à l’esprit d’équipe de se maintenir sur le campus voire de renaître l’année prochaine ?

Chiara-Lou: Notre liste est très consciente de ces problèmes, et le meilleur exemple est que l’une des membres de notre liste n’est pas actuellement à Reims, elle est en Corée. Nous comprenons donc très bien à quel point il est important d’inclure des personnes qui sont à l’étranger ou qui ne peuvent pas participer physiquement aux événements. C’est donc l’un des principaux axes de notre campagne, inclure tout le monde par le biais d’événements en ligne, et maintenir cette interaction. Cela peut aussi passer par les formulaires google, en créant des espaces de discussion, et organisant des entraînements et des événements liés à l’activité physique. Mais, comme nous l’avons dit, le sport n’est pas simplement une activité physique, cela concerne aussi le bien-être, la politique. Nous voulons vraiment amener les étudiants de Sciences Po au-delà de ces idées préconçues que le sport est juste une activité physique. Je pense que cette vision multidimensionnelle est quelque chose que nous pouvons apporter aux étudiants, même dans le contexte d’une pandémie.

Lauri: Le pôle événementiel est en train de planifier les événements que nous organiserons l’année prochaine, et nous avons mis l’accent sur les événements extérieurs, pour des exemples concrets : nous allons former un club de course à pied, organiser des randonnées pédestres, des excursions à vélo, et ce genre de choses qui sont complètement sûres et compatibles avec la COVID, ce qui montre que nous ne sommes pas naïfs; nous préparons différentes alternatives en fonction des mesures sanitaires qui seront en vigueur en septembre lorsque l’école reprendra. 

Safinaz: Lauri était juste en train de dire qu’on pourra essayer d’organiser des événements, mais je voulais juste mettre un accent sur le fait que en organisant ces événements on va prendre toutes nos précautions, par exemple on va tous se faire tester, on va nettoyer les lieux et les objets utilisés pendant les activités, il y aura une desinfection reguliere qui sera effectuée. On va favoriser la distance sociale, on va toujours se renseigner avant d’organiser ces événements sur les décisions prises par le gouvernement, et on mettra des panneaux visibles pour rappeler l’importance des gestes à appliquer.

Chiara-Lou: Nous essayons vraiment d’adapter les événements que nous pourrons faire à la pandémie, en essayant de nous assurer que tout le monde pourra être aussi impliqué que possible, dans le respect des mesures sanitaires.

Martin: Aussi, dans le pire des cas, où – ce serait horrible bien sûr – mais si aucun sport n’est possible, y compris la course à pied et le vélo, nous avons beaucoup de choses en ligne déjà préparées, par exemple des récapitulatifs sportifs chaque semaine, car nous voulons vraiment approfondir les connaissances des gens sur le sport, nous ne voulons pas seulement que les gens fassent de l’exercice mais aussi qu’ils soient informés sur le sport, sur la culture sportive, qu’ils s’y intéresser davantage. 

 

Quelque chose à ajouter?

Chiara-Lou: Je voudrais insister sur le fait que notre liste est la plus cohérente possible parce que nous avons sélectionné des individus et que les membres de notre liste ne veulent pas seulement appartenir à l’AS l’année prochaine parce qu’ils font du sport, mais avant tout parce qu’ils sont passionnés de sport. Nous voulons vraiment insister sur la passion de nos membres pour le sport et sur cette vision que nous voulons apporter au campus, et je peux vous dire que chaque personne de la liste Ad Astra vit pour le sport, rien qu’à travers les discussions de groupe que nous avons eues et la façon dont les gens ont travaillé sur cette campagne et se sont consacrés à cette mission commune. Parce que l’appartenance à un bureau des sports n’est pas seulement liée à la capacité des membres à faire du sport, mais à leur capacité à organiser des événements sportifs qui peuvent unir et rassembler les gens, ce que nous voulons faire, et qui est crucial dans les moments difficiles que nous traversons. Montrer aux gens que le sport peut être une école de la vie, et j’ai l’impression que notre liste a vraiment ce potentiel, cette passion, cette motivation inhérente pour faire transparaître notre amour du sport même à des personnes qui ne sont pas nécessairement motivées par le sport. 

Martin: Egalement nous voulons que chaque étudiant du campus soit en rapport au moins une fois par semaine avec nous. Donc on veut que chaque semaine il y ait au moins un événement de l’AS, pour que les gens aient l’opportunité d’être en relation avec le sport, de s’intéresser au sport, que ce soit le sport professionnel, les équipes de Sciences Po, des entraînement sportifs, tout. Nous voulons que chaque semaine, tout le monde ait la possibilité de faire quelque chose, de nous contacter, et oui, nous voulons créer une grande relation entre nous et le campus. 

Lauri: Une dernière chose, c’est que nous ne sommes pas une équipe de football de 16 personnes intéressées par le football, nous sommes tous intéressés par le football, mais nous pratiquons aussi du surf, du handball, de la natation, toute une gamme de sports différents, c’est pourquoi nous sommes vraiment représentatifs de ce campus et nous sommes encore ouverts à de nouveaux sports. C’est notamment la raison pour laquelle nous voulons tous essayer ces différentes activités.

Other posts that may interest you:

Leave a Reply