Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An Interview with Atlas

Listing to become the 2021/20222 AS: Atlas

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION 

Why is your list running? 

Mickaël TOPIOL: We felt like seeing the AS list in January and February, the list was not fully representative of the campus. EURAM has a very diverse range of students. We felt that the list had more French people who were outgoing and we felt like we had to represent more people from both programs, who haven’t had the opportunity to be in Reims, who weren’t really included in these projects. So from the beginning we were really thinking about online events, to at least we are able to include those who have not been immersed in our university.

Amaia RIFAI: We also know listing is a very unique experience and we really wanted to list. We saw it as a competition and an opportunity to involve ourselves in associative life and to build a project of our own and we thought it would be really fun to start from the ground up, to build things as we go, to discover things as we go. It was really a new and hard challenge for all of us because we didn’t have external help 

Mickaël: On my part, I got into this not really knowing what I was doing so a week ago I was writing scripts, drawing out some comm-related things, things I wouldn’t even have done before, so I really feel that it has been a fulfilling experience either way, no matter what happens. 

Amaia: It was a great way for us to make new friends – by recruiting people, I met people whom I would have otherwise never have talked to. Of course with Covid it’s harder to make friends. This was a way for us to combine having fun with things you like to do, which for us is sports. You share things through sports, and meeting new people was something we really enjoyed 

Charlotte MARACCANI: And everyone had a common passion so that’s what brings us together

Mickael; It was really nice to see, about a week ago we went to Leo Lagrange park here in Reims and played a team football and it was really nice to see people within the team from different groups (like EURAF and EURAM, or people from different countries) that come together. Sports is about real team building and we think we can do that on a campus level or just within our list. 

Amaia: It’s truly enriching because people have really different backgrounds. I thought my background was special in its own way and of course every background is special in its own way. Meeting new people and sharing our experiences is very eye opening to how much people have worked to be here and how involved they are going to be in the list since they are already very involved in school here.

 

According to you, what is the main shortcoming of the current AS? 

Amadou DIALLO: From my perspective, when I came, I was kind of left outside what was happening, I didn’t even know the AS existed, Amia had to create this list for me to be told what it was. I felt excluded, exactly because it was supposed to be something for everyone, but we understood it was limited to a small number of people. When I was contacted I very quickly accepted because I already felt included. In terms of shortcomings, since I came to campus there have been very little events, either online or in person, we know it’s complicated online. But those are two things to look at. 

Amaia: To reinforce Amadou’s point, a lack of frequent and regular communication on social media because we’re in confinement, and a lack of inclusivity not just in their events but in how they reach out to people, you know if you’re within that group of people that are friends with the people in the bureau. Also, it has made a big fuss within the bureau, but impartiality in the bureau. 

Charlotte: They are very exclusive and we saw this since the beginning of the year – from selections and admissions.

Amaia: It’s something we really want to change within our administration. It’s within our promises. Inclusivity and impartiality are things we really want to stress. 

Mickaël: The whole exclusion thing is obviously an issue. Because of Covid it’s obviously different. On the ski trip there were scandals where people selected their friends for the rooms. People weren’t given a fair chance. So even though people knew about the AS, there was still a hierarchy, which we think shouldn’t sit in a bureau. There should be full access to school, access to trips, there shouldn’t be any hierarchy in that sense. 

 

How will you make sports more accessible to students who are not involved in a sport already at Sciences Po, and how will you incentivize them to participate in your events? 

Amaia: The first main thing is that we want to build an audience. Even if people don’t participate from the start, they know who we are, know what we are doing, and can be incentivised to join through their friends. They know that we have resources for them and things to share with them if they are interested. That’s the first part: knowing who we are and knowing that we are here if they want to get involved. The second part is pushing them to get involved. 

Mickaël: With Covid during campaign week, we really prioritized social media. Post-campaign if we were to be elected, we would already have a much more practical and dynamic social media page to reach people. The second thing is the AS budget from last year since wasn’t fully used because it was in Covid times. Next year we have possibly more money to invest on trips to make them even more accessible to as many people as possible. It’s definitely one of our promises in the campaign.

Amaia: Of course sports is about practicing sports as well but it has a lot of things related to it, for example, conferences, sensibilisation

Mickaël: It’s a really social activity, even watching sports together during the campaign week, as you know we are going to have two football games televised and commenting. It’s really about everyone getting together to support the same team. It’s a cohesive event. 

Amaia: We want to promote the values of sports and sports in itself 

Mickaël: And for those of you who feel that the sports they like aren’t accessible, we are going to run polls at the start of the year to see what the demands are and try to tailor that set-up. For example, if a lot of you want to do swimming we’ll try our best to make it available. 

Amaia: We also know some people have difficulties practising sport so we want to adapt sports training to everyone. We want to do conferences on para-sports. We also want to talk about health and mental health in sports, which are closely linked. It’s a whole sphere of elements that we want to incorporate and not just being a bureau for sports 

Charlotte: We also noticed French people are advantaged in practising sports on campus since the coaches are always French, or they don’t speak English properly so we wanted to make it more international 

Mickaël: I come from the UK and in the UK gym is a big part of every campus university. Sciences Po obviously doesn’t have a gym themselves, but I think we can reach out to Reims gyms, and have some partnership to make accessible to students. 

 

In the wake of the SciencesPorcs movement and the coming out of testimonies of sexual assault endured by Sciences Po students, what will you do to guarantee the events you will host will be safe for all attending students?  

Amaia: We had a conference with experts and we have come up with several solutions. The AS is known for sports but also for nightlife, and for that we know that there are buddy programs in Reims. For instance, there are codenames where employees  will stay with you and ensure you are okay. We want to make this more known and make people know that these solutions are available. 

Amadou: I think the main thing we can use is sensibilisation and communication. Trying to sensibilize both men and women, and if they need anything putting in place cellules where people come talk to us. We would hold ourselves responsible for listening to all individuals who have been victims. We are therefore counting on communication and sensibilisation. We really think educating people can help reduce all of this. 

Mickaël: In the realm of making more awareness, one of our members is very active in the Feminist Society. So we’ve talked about doing joint talks or collaboration on events to raise awareness. When we went to the conference that Amaia discussed, they explained the number one rape drug is alcohol, so keeping this in mind, when we throw parties we’ll make sure there are specific rules in place.

Amaia: For example, the use of nail polish that by putting your finger in a drink allows you to see if it has been drugged or not. We can put nail polish on everyone coming into the party. 

Mickaël: We’ll make sure that no one is too drunk so everyone leaves the party safe and they are safe when they leave, for themselves and other people 

Amaia: A party when Covid has ended and we are allowed to have parties. 

 

Given the uncertainty related to the ongoing sanitary crisis, how do you plan on adapting to restrictions and maintaining, and even reviving, sport and team spirit on campus next year? 

Amaia: This is a two case scenario. If covid hasn’t left and we have to adapt to sanitary restrictions, we’ll try to do team building, if possible. In the best case, we would be present, but if not we’ll have to do it online. If everything is back to normal, we’d like to organise team building events in person, and have a lot of competitions to allow people to spend time together, create a sense of unity, for example by going on camping weekends, going away on competition to other campuses, so you really feel included nad part of the group and the team and part of the bonding experience. 

Mickaël: For me this is assuming things go back to normal and we are able to do games again. I am personally part of the UVs and this year we were unable to do much but speaking to the 2as they were telling us the UVs plays a very important part in supporting the sports teams. 

Amaia: Having common elements is really something that unites people and if they have chants and songs that promotes their sports that pushes them and encourages them as a team, that would really help. 

Mickaël: Assuming that next year confinement and curfew are still a thing, we’d be having extensive sports challenges to keep people fit. 

Amaia: Short alternatives for at-home sports, online conferences. 

Mickaël: We have workouts recorded for the week on FB and Instagram pages, we’d be more than happy to do more of this to keep people engaged and set times so that even if there isn’t campus spirit in person, we can at least do it online. We would also do things like running challenges and during the campaign week we’re really trying to do as much as possible to show you how we can keep people engaged in an online scenario 

Amaia: Sports is a good way to preserve mental health and can allow for you to have a break during your days at Sciences Po which can be pretty intense. So having these sports that we can carry out online, we can have zooms so people can meet up. Even better if we can meet up in groups of six, like integration groups. 

Mickaël: A last example would be, like in November, running challenges, or not shaving, which are things that are feasible to do when people arent together. 

 

One last thing? 

Amadou: I would just like to ask people to vote for Atlas. 

Amaia: We can really be a bureau that brings something new to the campus. Counterlists, especially if the babies are not splitting, are not often elected. This year since covid has prevented the bureau from doing many events, we consider having as much chance of getting elected. It would be a renewal or change of only a small group of people in the AS.  

Mickaël: If any of you guys didn’t understand anything we said in the interview, or you feel like AS is not accessible to you, feel free to reach out on any social media platform and ask us any questions and get involved. We want this association to be about people and not just us 

Amaia: We are waiting for you, vote for us 

Amadou: We will the bureau that will be the closest to students. 

 

VERSION FRANCAISE

Pourquoi votre liste candidate elle?

Mickaël TOPIOL: Nous avions vu la liste de l’AS en janvier et février, et elle ne nous a pas semblé représentative du campus. Le programme euro-américain regroupe des étudiants très différents. Nous avons eu l’impression que la liste n’était constituée que d’étudiants français, extravertis, et nous pensions qu’il fallait représenter davantage la diversité des programmes, qui n’ont pas toujours eu la chance de venir à Reims, et qui devaient être inclus dans les projets. Donc, dès le départ, l’idée était de développer des événements en ligne auxquels les gens absents du campus puissent participer, pour permettre d’inclure ceux qui qui n’ont pas été intégrés dans notre université. 

Amaia RIFAI: Nous étions aussi conscients que participer à la Campaign week était une expérience unique, donc nous voulions être dans une liste. Nous avons vu les listes comme une compétition, et une opportunité de nous engager plus intensément dans la vie associative en construisant notre propre projet à partir de rien, en le peaufinant au fur et à mesure et en le menant à son terme, tout en découvrant un tas de choses. C’était un défi neuf et ardu pour nous parce que nous avons dû nous débrouiller sans aide extérieure. 

Mickaël: Quant à moi, je regarde ce que je faisais à peine une semaine plus tôt: j’écrivais des textes, je faisais de la communication, ce que je n’avais jamais essayé auparavant, donc je crois sincèrement que cette expérience, quelle que soit sa conclusion, aura été un bienfait.   

Amaia: C’était aussi une bonne façon de se faire de nouveaux amis, en recrutant des gens à qui je n’aurais jamais approché si je ne serais pas dans la liste. Bien sûr, avec la covid il est moins évident de se faire des amis. C’était l’occasion de nous amuser en faisant des choses que l’on aime, en l’occurrence le sport. On partager des choses grâce au sport, et rencontrer des gens que nous ne connaissions pas est quelque chose qu’on a vraiment aimé. 

Charlotte MARACCANI: Tout le monde avait une passion en commun, c’est ce qui nous liait tous ensemble. 

Mickaël: C’était très agréable de voir – il y a à peu près une semaine nous sommes allés au parc Léo Lagrange, à Reims, où nous avons joué au football en équipe – et c’était très agréable de voir se mélanger des gens de différents groupes en une seule équipe (comme Euram, Euraf, ou de divers pays). Le sport cherche avant tout à créer un esprit d’équipe, donc, de la même manière, nous croyons qu’il est possible de concevoir un esprit de campus, ou au moins de la cohésion dans notre liste. 

Amaia: C’est très enrichissant parce que les gens ont des histoires très différentes. Je pensais que la mienne était unique à sa manière, mais, bien sûr, toutes les histoires sont uniques à leur manière. Rencontrer de nouvelles personnes et partager nos expériences permet de comprendre à quel point certaines personnes ont travaillé pour être ici, et combien ils vont s’engager dans la liste si ils sont déjà engagés dans l’école.  

Selon-vous quel est le plus grand défaut de l’AS actuelle ? 

Amadou DIALLO: D’après moi depuis que je suis venu, moi personnellement j’étais un peu largué parce que je ne savais pas que l’as existait, il a fallu que Amaia fasse cette liste  pour me dire personnellement ce qu’était l’AS. Je me sentais exclu, justement c’était quelque chose qui devait être pour tous, on a compris que c’était un truc réservé pour un petit nombre de gens, moi quand on m’a contacté et on m’a parlé de ça j’ai vite accepté la proposition parce que je me sentais inclu. En termes de défaut, depuis que je suis venu sur le campus, il y a eu peu d’événements que ça soit en ligne ou en présentiel on sait que c’est un peu compliqué à faire en présentiel. C’est les deux choses que j’ai pu voir. 

Amaia: Pour prolonger les propos d’Amadou, il y avait un manque de régularité dans la communication sur les réseaux sociaux, parce que nous sommes en confinement , et peut-être un manque d’inclusion et pas simplement dans leurs événements mais aussi dans la manière dont ils s’adressent aux gens, souvent ceux qui sont tenus au courant sont ceux qui sont proches des gens du bureau. Egalement, je sais que ça a fait pas mal de bruit au sein du bureau; un manque d’impartialité.

Charlotte: Ils étaient peu tournés vers l’inclusion: cela s’est vu dès les sélections et les admissions au début de l’année. 

Amaia: Ce sont les choses que l’on veut changer en premier lieu sous notre mandat. Nous souhaitons mettre en avant l’inclusion et l’impartialité.  

Mickaël: Le sujet de l’exclusion est évidemment un problème. Du fait de la covid c’est évidemment différent. La sélection des gens qui devaient participer au séjour au ski était scandaleuse car des gens favorisaient leurs amis pour les chambres; tout le monde n’était pas logé à la même adresse.   Donc, bien que les gens connaissent l’AS, il existe une hiérarchie que nous pensons injustifiée dans un bureau. Une telle hiérarchie ne devrait pas exister; il devrait y avoir un accès libre à l’école, aux voyages. 

Comment entendez-vous faire en sorte que le sport soit plus accessible aux étudiants qui n’en font pas déjà à Sciences Po, comment les inciter à prendre part à vos événements ? 

Amaia: D’abord, nous voulons avoir une audience. Que les gens participent ou pas, ils doivent savoir qui nous sommes, ce que nous organisons, et éventuellement ils pourront être enrôlés par leurs amis. Ils savent que nous avons des ressources pour eux et des choses à partager avec eux s’ils le souhaitent. Ensuite, une fois qu’ils savent qui nous sommes et que nous sommes-là pour eux, il faut les pousser à participer.

Mickaël: Avec la Covid, pendant la semaine de campagne, nous avons privilégié la communication sur les réseaux sociaux. Après la campagne, si nous sommes élus, nous aurons donc un support média pratique et dynamique qui touchera déjà beaucoup d’étudiants. La deuxième chose, comme il reste une part du budget de l’AS de l’année dernière, par faute du coronavirus, nous aurons la possibilité d’investir plus d’argent dans les voyages, pour les rendre ouverts au plus de monde possible. C’est une de nos promesses de campagne. 

Amaia: Le sport est, bien sûr, en premier lieu une activité physique, mais cela ne se limite pas à cela, il faut aussi, par exemple; organiser des conférences, sensibiliser, etc.  

Mickaël: C’est une activité très sociale, comme quand on regarde des matchs de sport ensemble pendant la Campaign Week, puisque nous allons avoir deux suivis de matchs avec commentaire. Tout le monde se rassemble pour soutenir une même équipe, alors c’est un moment d’union. 

Amaia: Nous voulons défendre les valeurs du sport en plus de la pratique du sport. 

Mickaël: Quant à ceux d’entre vous qui ne trouvent pas le sport qui leur convient, sachez que nous ferons des sondages au début de l’année pour savoir ce que vous voulez pratiquer, et nous ferons de notre mieux pour être en mesure de vous le proposer. Ainsi, s’il se trouve que vous êtes nombreux à nager, nous vous rendrons la natation accessible. 

Amaia: Nous sommes aussi conscients que certaines personnes ont des difficultés à pratiquer du sport, donc nous voulons rendre les entraînements ouverts à tous. On veut organiser des conférences sur les parasports. Il faut également parler de la santé et la santé mentale dans le sport, ce sont des sujets très liés. Tous ces éléments doivent être intégrés à un bureau qui ne se réduira pas qu’au sport en lui-même.

Charlotte: De plus, nous avons observé que les francophones sont avantagés dans la pratique sportive sur le campus puisque les coachs parlent souvent français et peu ou pas anglais, nous voulons ouvrir cela aux internationaux. 

Mickaël: Je viens du Royaume-Uni où le sport est central dans la vie du campus. Sciences po n’a pas sa propre salle de sport, à l’évidence, mais il me semble qu’avoir un accès à un gymnase municipal ne serait pas trop demander, et mettre en place un partenariat pour les étudiants.  

 

A la suite des révélations d’agressions sexuelles subies par des étudiant.e.s de Sciences Po, qui ont éclaté grâce au mouvement Sciences Porcs, que ferez-vous pour garantir la sécurité des personnes qui participeront à vos événements ? 

Amaia: Nous avons participé à une conférence avec des experts, et nous avons trouvé des solutions. L’AS, réputée pour le sport et pour ses activités nocturnes, et pour ces dernières, nous savons qu’il existe des possibilités d’accompagnement (buddy programs) à Reims. Par exemple, il existe des codes dans les bars de façon à ce que quelqu’un qui le souhaite puisse être accompagné, et surveillé. Nous voulons faire connaître ces opportunités.

Amadou: Moi je pense que le truc principal que l’on pourrait utiliser c’est la sensibilisation par la communication. Essayer de sensibiliser et les hommes et les femmes, si ils ont besoin de quelque chose essayer de mettre en place des cellules auxquelles puissent venir se confier à nous, nous nous portons garant d’être à l’écoute de toutes les personnes qui sont victimes. Donc nous on compte plus sur la communication et la sensibilisation. On pense qu’en sensibilisant les gens on peut réduire tout ça. 

Mickaël: Dans ce domaine-là par ailleurs, le domaine de la prise de conscience, un de nos membres est très actif dans the Feminist Society. Nous avons envisagé d’organiser des discussions et de collaborer avec eux pour permettre cette prise de conscience. De plus, pendant la conférence dont a parlé Amaia, on nous a expliqué que la drogue utilisée dans ces contextes est l’alcool; donc quand on fera des soirées on dictera certaines règles claires. 

Amaia: Par exemple, l’utilisation de vernis à ongle qui quand on plonge un doigt dans une boisson permet de savoir si elle contient de la drogue. En entrant dans la soirée on pourrait mettre du vernis à ongle à tout le monde. 

Mickaël: On fera en sorte que personne ne soit complètement ivre, que chacun puisse quitter la soirée en sécurité pour soi et les autres. 

Amaia: Des soirées quand la covid ne sera plus là, et on est autorisés à en faire. 

 

Au vu de la situation sanitaire et de l’incertitude qui y est liée, comment comptez-vous vous adapter aux restrictions et permettre au sport et à l’esprit d’équipe de se maintenir sur le campus et de renaître l’année prochaine ? 

Amaia: C’est un double scénario. Si la covid n’a pas disparu et qu’il faut s’adapter à des restrictions sanitaires, nous essaierons de créer le meilleur esprit d’équipe possible. Dans l’optimum, nous serons présents, mais autrement ce sera en ligne. Si la situation revient à la normale, nous souhaiterions organiser des événements en présentiel, pour s’unir et jouer la compétition. Il y aurait beaucoup d’entraînements pour que les gens passent du temps ensemble, partagent un sentiment d’union, par exemple passent des week-ends ensemble, partent faire de la compétition dans d’autres villes, dans d’autres campus, de manière à ce que tout le monde se sente inclus. 

Mickaël: Pour moi, ceci, si les choses reviennent à la normalité et on peut organiser des parties, je fais personnellement partie des UV et cette année nous n’avons pas pu faire grand chose, mais en parlant aux 2As, ils me disaient que les UVs jouaient un grand rôle dans le soutien des équipes sportives. 

Amaia: Avoir des éléments en commun est quelque chose qui unit vraiment les gens, si on a des chants et des chansons qui soutiennent les sports, ça les poussera à encourager une équipe, et cela aiderait vraiment. 

Mickaël: Si l’année prochaine on a encore le confinement et le couvre feu, on aura des challenges sportifs pour garder les gens en forme. 

Amaia: Des alternatives rapides pour faire du sport à la maison, des conférences en ligne.

Mickaël: Nous avons des routines de sports enregistrées pour la semaine sur Facebook et page Instagram. Nous serions ravis d’en faire plus pour maintenir les gens engagés, et donc permettre un esprit de campus, si non en présentiel, au moins en ligne. On ferait également des choses comme des challenges de course et pendant la semaine de campagne on essaie vraiment de faire le plus possible pour vous montrer comment maintenir les gens engagés dans un contexte en ligne.  

Amaia: Le sport est vraiment une bonne manière de préserver notre santé mentale et peut être une manière d’avoir une pause pendant nos journées à Sciences Po qui peuvent être très intenses. On peut faire ces sports et le faire en ligne, par exemple faire des zooms pour que les gens se rencontrent. Encore mieux si on peut nous rencontrer en groupe de 6, des groupes d’intégration. 

Mickaël: Un dernier exemple serait, comme en novembre, faire des running challenges, ne pas se raser, des choses comme ça qui sont faisables quand les gens ne sont pas ensembles. 

Quelque chose à ajouter?

Amadou: Moi je voudrais juste demander aux gens de voter pour Atlas. 

Amaia: Nous pouvons vraiment être un bureau qui apporte quelque chose de nouveau au campus. Les contres listes, en particulier si les babies ne se divisent pas, ne sont pas souvent élues. Cette année, étant donné que le covid a empêché le bureau de faire beaucoup d’événements, nous pensons avoir autant de chances d’être élus. 

Mickaël: Si vous n’avez pas compris quelque chose que l’on a dit pendant l’entretien, ou vous sentez que l’AS ne vous est pas accessible, n’hésitez pas à nous contacter sur n’importe lequel de nos réseaux sociaux et nous demander vos questions, vous investir. Nous voulons que cette association soit pour vous, pas que pour nous. 

Amaia: On vous attend, votez pour nous!

Amadou: Nous allons être le bureau qui sera le plus proche des étudiants en faites 

Other posts that may interest you:

Leave a Reply