Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An Interview with Generations BDE

Listing to become the 2021/2022 BDE: Generations BDE

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION 

Why is your list running? 

Issa DIAMBO: We wanted to run for the student office because we want to commit ourselves to the entire Sciences Po student community, whether it be Euram, Euraf, BASC or exchange students. We want to make the campus as lively and inclusive as possible and ensure that everyone can flourish on campus. We also think of all those who have remained abroad because of the health crisis, and we want to integrate them into student life and community and ensure that they can flourish despite the distance within the campus.

César ALMEIDA: What we wanted to do is that, in these times where we don’t feel like we’re united physically because we’re lacking a campus, we wanted to be a catalyzer of activities, of integration, of moments that we can share. We’re not only gonna try to integrate everyone, but ensure everyone has this passion that online takes away. But as BDE we just want everyone to feel like they’re represented and they belong to this place.

Colas GALLAUD: So we chose a theme, “Generations BDE”, which is related to the exploration of past generations, in order to get away from the health crisis that is taking up all the space at the moment, to be able to tell the students that other things exist and that the times of the past were good. To allow the students of Sciences Po, whether they are online or on campus, to see that it is also possible to think that the world was good and that in the future, after this crisis, and with our BDE, we will be able to make them forget this whole situation, to get them out of this health bubble and to make them simply have fun and discover many aspects of student life that they do not necessarily know.

Jessica SOULE: We have a really big focus on wellness. So given confinement, given a lot of individuals who are struggling with mental health before and during the sanitary crisis we really want to make sure we have lots of events that students are able to participate in and that have a focus on mental health. So we are in the process of developing, different educational events, like how to better take care of yourself, destigmatizing sexual and mental health. 

Nina MAGENTIES: We also decided to work a little bit on the diversity of our list, to try to have people who come from a little bit everywhere, who have different experiences to be able to be hyper accessible and to answer what the students expect from us, propose them things which are adapted and especially to try to be available for them because we know that it is a little bit complicated times. They should not be afraid to come and see us if things are not going well, to come and tell us what they need on campus in terms of events but also in terms of listening. That will also be a job that will be done with the administration of course. The diversity of our list is very important, especially in terms of accessibility.

Issa: So in short, we want to be a BDE that is active, accessible, committed, as close as possible to the students to make their two years in Reims an exceptional moment in their lives.

 

According to you, what is the main shortcoming of the current BDE? 

Nina: This is not a reproach at all, the situation is very complicated, but we would really want to, if the health situation persists and next year is still complicated, be very active even if it’s on the social networks, not to forget the students. Even if the situation improves there will probably still be students abroad who won’t be able to be on the campus. We also want to be available for them. In fact, during campaign week, we have events planned for students who are abroad and potentially have different time zones. We really want to be present, even when it’s complicated, even if it requires us to be very adaptable very quickly. We don’t want to leave people behind in these difficult moments. 

Issa: Another weak point is to focus on communication. There are different social networks, there are different platforms, and we also want to go on all of them to reach the maximum of students. Right now, the BDE is present on Facebook, a little on Instagram. We want to exploit all possible platforms to reach all students on campus, whether in English or in French. We really want to make sure that the BDE is not the BDE of a program but that of the whole campus and that everyone feels represented wants us to be their representative. For that we also have in our program a point that we call the “BDE family”. As BDE, we are elected, but we also want to include the students in our project. The BDE family will be a group in which the students will be able to propose us ideas, give us their remarks, and why not one day help us carry out a project which is dear to their heart.

Colas: The whole project of the “BDE family” will facilitate communication between the students which, as we said, was difficult this year. And it will allow us to bring the BDE closer to the students, to make it a much more accessible, real and palpable entity, and thus to be able to have free and uninhibited exchanges between us and students, because finally even if we are part of a BDE next year we remain students like them and thus we think that it is important to have this type of project which allows to communicate.

Jessica: Some parts from our program are about connecting students from Sciences Po to the rest of the community, whether that’s in terms of english speaking psychiatrists, or in other languages. We really wanna make sure that everyone feels supported in whatever they need, whether that needs to be communicating, working with the administration to have many more events on campus that are hybrid for international students, whatever it is. We wanna make sure that we’re listening to the students.

 

Given the uncertainty related to the ongoing sanitary crisis, how do you plan to ensure student life stays vivid and (re-)integrate the students to campus life?

Cesar: As Issa said, it’s not only about being more active, more engaged to the people and attentive to what they wanna see. But also pluralizing the ways we can contact people. There’s many, many mediums through which we can communicate that will attract students. One thing that is very important is that we don’t only wanna make students have fun but we want really establish dialogues and conversations that are worth having. In the past year at Sciences Po we had a lot of problems from the sanitary crisis to what happened with Mion and with Sciences Porcs, and we want to address these things. We want to make people feel like they participate in the dialogue that happens in the university and that it’s not happening to us but it’s happening with us. And that’s why representation is so important for us. 

Issa: During the whole campaign we thought about partnerships that would allow us to organize events despite the health situation. We are in partnership with the company Wei and Go, with whom we have thought about solutions for integration weekends, integration weeks and disintegration weekends, while respecting health regulations.

Colas: So while respecting the sanitary rules and in case of evolution of the sanitary measures, we already have plans thanks to this partnership. And this will be seen in the campaigns because we already have the possibility to give away free places. We think that the affordability of the campaign is important, and so we have decided to give away free places for integration and disintegration weekends, or the equivalent project depending on sanitary measures.  

Jessica: We already have a focus on mental health, and want to make sure that students whether on or off campus always feel supported. We want to work with the Pôle Santé, with the administration to ensure that everyone is able to access the resources that they need. And in terms of integration on campus and with campus life in general, we have a Elektra who’s on well-being pole working with student life, and she has lots of amazing ideas on how really focus on the intersection between health and safety and campus life; whether that’s in the cadre of crise sanitaire or whether that’s with mental health. Just making sure that we have prevention in place to make sure that everyone is safe at our events and to make sure that everyone feels supported before, during and after events.

Issa: In short, we are aware that the health crisis will not allow us to hold events as they have been known in the past. But we have thought about alternatives and we will be in constant adaptation to allow every student who is on campus or abroad to enjoy all our activities.

Colas: Our project is to balance integration, fun, but also well-being, mental health, which have been challenged during this health crisis.

 

Do you have specific projects (events, trips, others) in mind that you plan to set up next year?

Cesar: Yes, of course. As Issa already mentioned we have the integration and disintegration weekends that will evolve depending on what the measures are, we’re trying to bring people together through any medium. To address issues, to have fun, we will try to use platforms other than zoom or instagram, like special chat and other video chat programs and applications that can enhance engagement. One of our main point is have an intercampus project where we can approach BDE’s in other campuses within Sciences Po Paris, but we also already have contact with universities in Reims like Neoma and Université de Reims Champagne-Ardenne. So within the best probabilities we are going to try to burst the bubble of Sciences Po a bit more and try to partake in a wider community. How is that gonna develop? In intercampus associations or events, shared conferences between two universities, that’s gonna depend on the measures but for sure our approach is to be as open as possible, within Sciences Po Reims but also with Sciences Po Paris as a whole and the city of Reims.

Nina: We also work a lot on menstrual precarity, we are in contact with brands. There will already be partnerships which are long term. We will already have some deliveries for campaign week. We are in contact with the brand Fempo but also with other brands of cups and period underwear, there will be contests next week. These are partnerships that will continue next year if we are elected to allow students who have their period to have access to protection since the brands are already offering to distribute free protection, period underwear in particular.

Issa: Also in our team we have Blanche who is in charge of travel. So we know that this year has been complicated, many students have been locked up at home during the health crisis, so again in connection with our partner Wei and Go but also with other solutions, we have already tried to think of trips that we could make in the context of the health crisis, but also in case measures are to be relaxed as time goes by. We really want to put students at the heart of our project. We know that there are students who prefer to go on trips, there are students who prefer to participate in workshops, there are students who prefer to have small zooms, so we really want to offer a wide range of activities to allow each student on campus to be proposed by the BDE an activity that he or she likes.

Colas: We also think that campus life is very important, so we decided to totally renovate and change the decoration and organization of the Student Lounge, which is below the Glass Hallway and which is not used at all this year. So we want to reinstall the foosball tables, perhaps other collective games if the sanitary measures allow us to do so, and make the decoration much warmer and more welcoming, which will allow us to welcome the students in complete serenity. So this is just one project among many.

César: Something worth mentioning is that we have kept the environment in mind at all times. We also want to change the format in which we organize events in the sense that we’re gonna try to keep reduce waste as much as we can, take care of our carbon footprint in the trips as well. We’re really going to collaborate with SPE and other associations to ensure that our events – and if other associations want to organize events with us and consult us –  is as eco-friendly as we can. That’s really one of our main priorities in event organization.

Colas: Finally, we plan to collaborate with a maximum of associations and if we can and if the conditions allow it, to end up at the end of the year with a project by association of the campus.

 

In the wake of the SciencesPorcs movement and the coming out of testimonies of sexual assault endurend by Sciences Po students, what will you do to guarantee the events you will host will be safe for all attending students?

Jessica: Many members of the list have received specific training on how to deal with that and there are also multiple members that are part of sexual assault prevention task force at Sciences Po with Turpin, Crystal Cordell-Paris and Anne-Charlotte. So we all had a specific training and we all are really passionate about ensuring that every student feels safe on campus, and that includes individuals of all gender and sexual identities. We really want to help establish a conversation around consent and completly changing the way that we think about sexual assault and about preventing it, about having a conversation around campus life that is not based on having women fear men but is rather in a conversation around consent and around ensuring that there is a diminishment of street harassment, diminishing harassment on campus and online, and ensuring that there’s a contact in every single one of our events that individuals know who to go to when they feel unsafe. If it is a bar event, having some sort of code word to get the bartender to assist you and either getting a taxi or having you come to a safe place. We’ll have a public contact before, during and after, and that people can go to if they feel unsafe at an event. If applicable and possible, we also want to have conversations and trainings so individuals know how to approach conversations about sexual assault, how to support your friends or anyone that comes to you if they have experienced seuxal assault and generally we really wanna completly change the conversation around it and make sure that everyone is aware of the legal consequences and consequences on campus if you harass someone, if you sexually asault someone. We really want to make sure that there’s a conversation around consent and about the respect of women and individuals of all gender and sexual identities.

Colas: We also plan to rethink and rebuild a platform that already exists called “Get Home Safe” and we are aware of the account on Instagram called @somethingdidhappen. We want to reestablish this “Get Home Safe” platform that will be able to put students in contact with each other to come back together from a party to avoid situations that are unacceptable and that are currently relayed a lot in the framework of Sciences Porcs.

Nina: We are also aware that there are not necessarily problems after the party, but potentially during the party, that’s why the accessibility point of our program is very important. We really want to be there for people. We are not qualified to solve problems, we are neither policemen nor psychologists but we just want students to know that if they have a problem they can come and talk to us, we can direct them to the Health Center (Pôle Santé), we can help them if they feel the need of a support within the BDE.

Issa: Exactly. And we have already started to work on this subject. All the members of the list are trained on all these questions and we have Jessica who is in charge of this pole, and we will continue these forms of training throughout the year. 

César: We think that the answer here is representation. We know that people are already doing this, for example Pour Nous or @somethingdidhappen. We want to give a voice as well, collaborate with these accounts and give them the platform that the BDE has built throughout Sciences Po to make these much more legitimate, much more widely read and to represent and collaborate because we know we don’t know everything and we know that as BDE we can just be a channel for everyone to voice what they do believe in and the way they think we should approach this.

 

One last thing?

Issa: Generation BDE is a list that is passionate about the campus, that is truly diverse, that is representative of the student community. We want to be a BDE that is there for the students, that listens to them, that makes them want to come and see us and that makes the students want to integrate into the campus, share moments with us that we will keep for a long time. We chose as a theme the return to the past because today, unfortunately, with the health crisis, many things are going wrong, mental health, inclusion, equality between women and men, and we want to show that during this week of campaigning we will take the good moments of the past to bring them to life to show that in the future we will be there with concrete projects to ensure that the campus of Reims is a place of blossoming and a healthy place.

Nina: Yeah, in fact, it’s very important to have this link with the campaign week, because we don’t just want to propose a campaign week and then, if we’re elected, to become a little passive. We are already working on partnerships and long term projects and the goal is not just to propose a campaign week to the students which is very good but quite short. The goal is really to continue our projects throughout the next year, to remain dynamic throughout the year.

Issa: Exactly. And we invite all students to come and follow us on social networks and participate in our contests. We’ve tried to offer something that everyone can enjoy and we have a big surprise for all students so don’t hesitate to share our publications to win a weekend for two. Vote Generation BDE!

 

VERSION FRANCAISE

Pourquoi votre liste candidate elle? 

Issa DIAMBO: On a voulu se présenter pour reprendre le bureau des élèves des étudiants parce qu’on a la volonté de s’engager pour l’ensemble de la communauté étudiante de Sciences Po, que ce soit les Euram, les Euraf, les BASC ou les étudiants en échange. On a la volonté de faire du campus un lieu qui soit le plus vivant et inclusif possible, et faire en sorte que chacun puisse s’épanouir sur le campus. On pense également à tous ceux qui sont restés à l’étranger à cause de la crise sanitaire, et on veut eux aussi les intégrer dans la vie et communauté étudiante et faire en sorte qu’ils puissent s’épanouir malgré la distance au sein du campus.

César ALMEIDA: Ce qu’on voulait faire également, étant donné que dans ce contexte on n’est pas unis physiquement parce qu’on n’a pas accès au campus, on veut être une source d’activités, d’intégration, de moments que l’on pourrait partager. On ne va pas seulement essayer d’intégrer tout le monde, mais créer ce sentiment que le en ligne nous enlève. Comme BDE, on veut vraiment que tout le monde se sente représenté et qu’ils font vraiment partie de notre campus. 

Colas GALLAUD: Aussi, on a choisi un thème donc “Generations BDE” qui est en rapport avec l’exploration des générations passées pour en fait s’éloigner, s’échapper plutôt de la situation de la crise sanitaire qui occupe tout l’espace en ce moment pour pouvoir un peu dire aux étudiants que d’autres choses existent et que les moments du passé ont été bons et donc permettre aussi aux élèves de Sciences Po, qu’ils soient en ligne ou sur le campus que c’est aussi possible de penser que le monde était bien et que donc dans le futur, après cette crise là et avec notre BDE on va être capable de leur faire oublier toute cette situation, de les faire sortir de cette bulle sanitaire et de les faire s’amuser tout simplement et découvrir pleins d’aspects de la vie étudiante qu’ils ne connaissent pas forcément.

Jessica SOULE: Nous nous centrons beaucoup sur l’aspect du wellness. Etant donné le confinement, et que beaucoup d’individus ont des difficultés en termes de santé mentale avant et pendant la crise sanitaire, nous voulons vraiment nous assurer que beaucoup d’événements autour de ça soient mis en place permettant aux étudiants de participer. Nous sommes donc en train de développer des projets éducatifs: comment prendre soin de soi, déstigmatiser la santé mentale et sexuelle, etc. 

Nina MAGENTIES: On a aussi décidé de travailler un petit peu sur la diversité de notre liste, d’essayer d’avoir des gens qui viennent d’un petit peu de partout, qui ont des vécus différents pour pouvoir être hyper accessible et répondre à ce que les étudiants attendent de nous, leur proposer des choses qui soient adaptées et surtout essayer d’être disponible pour eux parce qu’on sait que c’est des temps un petit peu compliqué. Qu’ils n’aient pas peur de venir nous voir si ça ne va pas, de venir nous demander ce dont ils ont besoin sur le campus en termes d’événements mais aussi d’écoute. Et ça, ça sera aussi un travail qui sera à faire avec l’administration bien sûr. Et voilà la diversité de notre liste est super importante et surtout l’accessibilité.

Issa: Donc en somme on veut être un BDE qui soit actif, accessible, engagé, au plus près des étudiants pour faire de leurs deux années à Reims un moment exceptionnel dans leur vie.

 

Selon vous, quel est le principal défaut du présent BDE? 

Nina: Ce n’est pas du tout un reproche, la situation elle est hyper compliquée mais on a vraiment envie de, si jamais la situation sanitaire persiste et l’année prochaine est encore compliquée, vraiment être très actifs même si c’est sur les réseaux sociaux pour pas oublier les étudiants. Même si d’ailleurs la situation s’améliore, il y aura sans doute encore des étudiants à l’étranger qui ne pourront pas être sur le campus, et on veut aussi être disponibles pour eux. D’ailleurs pendant la semaine de campagne on a des événements qui sont prévus pour les étudiants qui sont à l’étranger avec potentiellement du décalage horaire. On veut vraiment être présents, même quand c’est compliqué, même si ça nécessite qu’on soit très adaptable très rapidement. On ne veut surtout pas laisser de côté dans ces moments difficiles.

Issa: Aussi, un autre point faible c’est d’axer sur la communication. Aujourd’hui il y a différents réseaux sociaux, différentes plateformes et on veut aussi aller sur toutes les plateformes pour toucher le maximum d’étudiants. Aujourd’hui le BDE est présent sur Facebook, un peu sur Instagram. On a envie d’exploiter toutes les plateformes possibles pour toucher tous les étudiants du campus, que ce soit en anglais ou en français. On veut vraiment faire en sorte que le BDE ce soit pas le BDE d’un programme mais que ce soit vraiment le BDE de tout le campus et que tout le monde se sente représenté, et qu’ils puissent avoir envie qu’il soit leur représentant. Et pour ça on a aussi dans notre programme on a un point qu’il s’appelle la “BDE family”. En tant que BDE, certes nous sommes élus mais on veut aussi inclure les étudiants dans notre projet. Le BDE family va être un groupe dans lequel les étudiants vont pouvoir nous proposer des idées, nous donner leurs remarques, et pourquoi pas un jour nous aider à porter un projet qui leur tient à cœur.

Colas: Tout ce projet de la “BDE family” facilitera la communication entre les élèves qui, comme on l’a dit, a été difficile cette année. Et ça va permettre de rapprocher le BDE des élèves, d’en faire une entité beaucoup plus accessible, réelle et palpable, et donc pouvoir avoir des échanges libres et décomplexés entre les étudiants et nous puisque finalement même si on fait partie d’un BDE l’année prochaine on reste des étudiants comme eux et donc on pense que c’est important d’avoir ce type de projet qui permet de communiquer.

Jessica: Certaines parties de notre programme sont faites autour l’idée de connecter des étudiants de Sciences au reste de la communauté, que ce soit en termes de psychiatres anglophones, ou dans d’autres langues. Nous devons vraiment nous assurer que tout le monde se sente soutenu dans ce qu’ils ont besoin, que cela passe par communiquer, travailler davantage avec l’administration pour avoir un maximum d’événements hybrides sur le campus pour les étudiants internationaux, etc. On veut s’assurer que l’on écoute vraiment les étudiants. 

 

Étant donnée l’incertitude liée à la crise sanitaire actuelle, comment comptez-vous vous assurer que la vie étudiante reste vivante et (ré) intégrer les étudiants au campus?

César: Comme Issa a dit, ce n’est pas seulement une question d’être plus actif, plus engagé avec les gens et plus à l’écoute de ce qu’ils veulent voir. C’est également pluraliser les manières par lesquelles on contacte les gens. Il y a beaucoup de moyens par lesquels on peut communiquer qui attireront les étudiants. Ce qui est également très important, c’est qu’on ne veut pas seulement que les étudiants s’amusent, mais également établir des dialogues et des conversations qui sont nécessaires. Par exemple, à Sciences Po on a eu beaucoup de problèmes cette dernière année avec la crise sanitaire, la démission de Mion, Sciences Porcs, et on veut en parler. On veut faire sentir aux gens qu’ils peuvent participer à un dialogue au sein de l’université, que ce ne sont pas des choses qui nous arrivent mais qui arrivent avec nous. C’est pour ça que la représentativité est tellement importante pour nous. 

Issa: Également durant toute la campagne on a réfléchi à des partenariats qui nous permettraient de, malgré la situation sanitaire, organiser des événements. On est notamment en partenariat avec l’entreprise Wei and Go, avec laquelle on a  réfléchi à des solutions de week-ends d’intégrations, de semaines d’intégrations et de week-ends de désintégration dans le respect des règles sanitaires.

Colas: Donc voilà en respectant les règles sanitaires et en cas d’évolution des mesures sanitaires, on a déjà des projets grâce à ce partenariat. Et d’ailleurs ça se verra dès les campagnes parce qu’on a déjà la possibilité de faire gagner des places gratuites parce qu’on pense que “the affordability” de la campagne est importante et donc on a décidé de faire gagner des places gratuites de week-ends d’intégration et de week-ends de désintégrations, ou du projet équivalent selon les mesures sanitaires.  

Jessica: Nous avons déjà cet aspect de santé mentale, et de s’assurer que les étudiants, qu’ils soient sur le campus ou pas, se sentent soutenus. Nous voulons donc travailler avec le Pôle Santé, avec l’administration pour assurer que tout le monde ait accès aux ressources dont ils ont besoin. En termes d’intégration sur le campus et la vie sur le campus en général, nous avons Elektra au Well Being Pôle qui travaille sur la vie étudiante et a beaucoup de super idées sur comment se pencher sur l’intersection entre la santé et la sécurité et la vie du campus, que ça soit dans le cadre de la crise sanitaire, santé mentale, mettre en place de la prévention pour s’assurer que tout le monde est en sécurité à nos événements, et que tout le monde se sente soutenu avant, pendant et après les événements. 

Issa: En somme, on est conscients que la crise sanitaire ne va pas nous permettre de faire les événements comme ils ont été connus par le passé. Mais on a réfléchi à des alternatives et on va être en constante adaptation, et on espère permettre à chaque étudiant et étudiante qui soit sur le campus ou à l’étranger de profiter de toutes nos activités.

Colas: Notre projet est d’arriver à un équilibre entre intégration, amusement, mais aussi le bien-être, la santé mentale qui ont été mis à rude épreuve pendant cette crise sanitaire.

 

Avez-vous des projets en particulier (événements, voyages, autres) en tête que vous avez pour projet d’organiser l’année prochaine?

César: Bien sûr. Comme l’a dit Issa, nous avons les weekend d’intégration et de désintégration, qui seront adaptés selon les mesures, on essaiera de rapprocher les gens à travers différents médiums. Pour parler de problèmes, pour s’amuser, on va essayer d’utiliser des plateformes autres que zoom ou instagram mais des plateformes comme spécial chat ou d’autres programmes et applications de vidéo chat qui augmentent l’engagement. Notre principal point est d’avoir un campus intercampus ou on pourra se rapprocher aux BDEs dans d’autres campus au sein de Sciences Po, mais aussi d’avoir un dialogue avec des universités dans Reims comme Neoma ou Université de Reims Champagne-Ardenne. Donc on va essayer un peu de rompre cette bulle Sciences Po et s’intégrer dans une communauté plus large. Comment est-ce qu’on va développer tout ça? Dans des événements intercampus, des conférences en collaboration, ça va dépendre de mesures bien sûr mais notre approche est d’être le plus ouvert possible dans Sciences Po Paris, et dans Reims. 

Nina: On travaille aussi pas mal sur la précarité menstruelle, on est en contact avec des marques. Il va déjà y avoir des partenariats qui sont sur le long terme. On va déjà avoir des échéances la semaine prochaine pour la semaine de campagne. On est notamment en contact avec la marque Fempo mais aussi d’autres marques de cups et de culottes menstruelles, il va y avoir des concours la semaine prochaine. Mais en fait c’est des partenariats qui vont se poursuivre l’année prochaine aussi si on est élus pour permettre aux étudiants qui ont leurs règles d’accéder à des protections puisque les marques nous proposent d’ores et déjà de distribuer des protections gratuites, des culottes menstruelles notamment.

Issa: Également dans notre équipe on a Blanche qui est en charge des voyages. Donc on sait que cette année a été compliqué, beaucoup d’étudiants ont été enfermés chez eux pendant la crise sanitaire donc encore en lien avec notre partenaire Wei and Go mais également avec d’autres solutions, on a déjà essayé de réfléchir à des voyages qu’on pourrait faire dans le contexte de la crise sanitaire mais également si les mesures venaient à se relâcher au fur et à mesure. On veut mettre les étudiants au cœur de notre projet. On sait qu’il y a des étudiants qui préfèrent faire des voyages, participer à des workshops, avoir des petits zooms donc nous on veut vraiment proposer un large catalogue d’activités pour permettre à chaque étudiant et chaque étudiante du campus de se voir proposer une activité qui lui plaît par le BDE.

Colas: Et on pense aussi que la vie sur le campus est très importante donc on a décidé de totalement rénover et changer la décoration et l’organisation du Student Lounge qui est en dessous du Glass Hallway et qui n’est pas du tout utilisé cette année. Donc on veut réinstaller les babyfoots, peut-être d’autres jeux en collectivité si les mesures sanitaires nous l’autorisent, faire toute une décoration beaucoup plus chaleureuse et bienveillante qui va permettre d’accueillir en toute sérénité les élèves. Et donc voilà c’est un projet parmi d’autres.

César: Quelque chose qu’il vaut la peine de mentionner est que nous avons essayé de garder l’environnement en tête à tout moment. Nous allons changer le format dans lequel nous organisons des événements dans le sens ou on va essayer de réduire les déchets le plus possible, réduire notre empreinte carbone pendant les voyages. On va vraiment essayer de collaborer avec SPE et d’autres associations pour nous assurer que nos événements – et si d’autres associations peuvent organiser des événements avec nous et nous consulter – soient le plus eco friendly possible. C’est vraiment une de nos priorités au sein de l’organisation d’événements. 

Colas: Finalement, on a pour projet de collaborer avec un maximum d’associations et si on peut et si les conditions nous l’autorisent, aboutir à la fin de l’année avec un projet par association du campus.

 

Dans le contexte du mouvement #SciencesPorcs et des révélation de témoignages d’agressions sexuelles subies par les étudiants de Sciences Po, que ferez-vous pour garantir que les événements que vous organiseriez seront sans danger pour les étudiants présents?

JessicaUne large partie de notre liste a reçu des formations spécifiques sur ces thèmes, et nous avons plusieurs membres qui font partie de la task force pour la prévention d’abus sexuels à Sciences Po avec Turpin, Crystal Cordell-Paris et AC avant qu’elle ne parte en maternité. Nous avons donc tous des formations spécifiques et nous sommes tous dédiés à assurer que chaque étudiant se sente en sécurité sur le campus et cela inclut des individus de tous genres et identités sexuelles. On veut vraiment aider à établir une conversation autour du consentement et changer la manière par laquelle on pense aux abus sexuels et sa prévention, créer une conversation qui n’est pas basée sur les femmes craignant les hommes mais plutôt une conversation autour du consentement et autour de la diminution de l’harcèlement dans la rue, réduire le harcèlement sur le campus et en ligne, et s’assurer qu’il y a un contact dans tous nos événements pour permettre aux étudiants de savoir vers qui se diriger s’ils ne se sentent pas en sécurité. Si c’est un événement dans un bar, avoir une sorte de code, par exemple demander un angel shot au bartender qui vous aidera, vous appellera un taxi ou vous permettra d’accéder à un lieu sûr. Et on aura un contact public avant, pendant et après l’événement. Si c’est possible nous voulons également ouvrir des conversations autour de l’harcèlement sexuel, comment soutenir tes amis ou n’importe qui qui t’approche si ils ont eut ces expériences et en général on veut vraiment complétement changer la conversation autour de ça et nous assurer que tout le monde soit conscient des conséquences légales et sur le campus si vous harcelez quequl’un. On veut vraiment s’assurer que ça soit une conversation autour du consentement et du respect des femmes et des individus de tous genres et identités sexuelles.  

Colas: On a aussi prévu de repenser et refonder une plateforme qui existe déjà qui s’appelle “Get Home Safe” et on est au courant par exemple du compte sur Instagram qui s’appelle @somethingdidhappen. On veut donc remettre en place cette plateforme de “Get Home Safe” qui va pouvoir mettre en relations des étudiants pour rentrer tous ensemble d’une soirée après pour éviter les situations qui sont intolérables et qui sont en ce moment beaucoup relayées dans le cadre de Sciences Porcs. 

Nina: On est aussi conscients que c’est pas forcément après des soirées qu’il y a des problèmes mais potentiellement dans la soirée c’est pour ça que le point d’accessibilité de notre programme est hyper important, on a vraiment envie d’être là pour les gens. Alors forcément on est pas des personnes qualifiées pour régler les problèmes, on est ni policier ni psy mais on veut juste que les étudiants sachent que si y’a un problème ils peuvent venir nous parler, si il y a un problème en soirée ils peuvent venir nous parler, on peut les orienter vers le Pôle Santé, on peut tout à fait les aider s’ ils ressentent le besoin d’un soutien au sein du BDE.

Issa: Exactement. Et on a déjà commencé à travailler sur ce sujet. Tous les membres de la liste sont formés sur toutes ces questions-là et on a Jessica qui est en charge de ce pôle là dans la liste et qui sera la référente pour.. fin on a déjà commencé les formations mais pour continuer tout au long de l’année à nous former pour que quand des situations malheureuses comme celles-ci arrivent on puisse savoir quoi faire.

César: Et juste un dernier point, nous pensons que la réponse ici est la représentation. On sait qu’il y a déjà des gens qui travaillent dessus, par exemple Pour Nous et @somethigndidhappen. On veut leur donner une voix également, collaborer avec ces initiatives et leur donner la plateforme que le BDE a progressivement construit par Sciences Po pour les rendre beaucoup plus légitimes, plus lues, pour représenter et collaborer parce que on sait que nous ne savons pas tout, et on sait que le BDE peut être un médium pour tout le monde de s’exprimer sur ce qu’ils pensent et comment ils pensent qu’on devrait approcher ces sujets. 

 

Quelque chose à ajouter?

Issa: Génération BDE c’est une liste qui est passionnée par le campus, qui est vraiment diverse, qui est représentative de la communauté étudiante. On veut être un BDE qui soit là pour les étudiants, qui soit à leur écoute, qu’ils aient envie de venir nous voir et qu’on donne envie aux étudiants de s’intégrer dans le campus, de partager avec nous des moments qu’on gardera longtemps. On a choisi comme thème le retour vers le passé parce que aujourd’hui malheureusement avec la crise sanitaire beaucoup de choses vont mal, la santé mentale, l’inclusion, l’égalité entre les femmes et les hommes et on a envie de montrer que durant cette semaine de campagne on va prendre les bons moments du passé pour les faire vivre pour montrer que dans le futur on sera là avec des projets concrets pour faire en sorte que le campus de Reims soit un lieu d’épanouissement et un lieu sain.

Nina: Ce lien par rapport à la semaine de campagne, est très important. On n’a pas juste envie de proposer une semaine de campagne et si on est élus après de devenir un petit peu passifs. On travaille déjà sur des partenariats et des projets sur le long terme et le but n’est pas juste de proposer hyper ponctuellement une semaine de campagne aux étudiants qui soit très bien mais assez courte. L’objectif est vraiment de poursuivre nos projets tout au long de l’année prochaine, de rester dynamiques tout au long de l’année.

Issa: Exactement. Et on invite tous les étudiants à venir nous suivre sur les réseaux sociaux et à participer à nos concours. On a essayé de proposer des choses qui fassent plaisir à tout le monde et d’ailleurs on a une grosse surprise pour tous les étudiants donc n’hésitez pas à partager nos publications pour gagner un week-end pour deux. Votez Génération BDE!

Other posts that may interest you:

Leave a Reply