Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An interview with DreamBDE

Listing to become the 2021/2022 BDE: DreamBDE

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION 

Why is your list running? 

Emma LANG: Our list came together gradually, but it started off with a couple people just discussing everything that we’ve experienced so far and the issues that we’ve come across with covid, the dual campus, confinement, curfew…. And we just really noticed that this campus life and this community is not as connected as we wanted it to be, everybody is separated into different groups, especially across euram/eurafs and internationals and french people. So our biggest aim is to connect everybody and create a space where everyone feels at home. Another big concern is issues with mental health and extra hours on screen. We  realized that teachers and admin don’t really understand the extent that has on students’ mental health. We also just wanted to make the most of what we can for this year, and even though it’s online trying to find different events that would work and create a fun and lively campus atmosphere for everyone.

Oscar PILLIRONE: I’d like to complete that by saying that there’s one other consideration that really pushed us to start this list. It’s that although we know that the babies of this year have been affected by the sanitary situation, we have the impression that they did not follow up enough on what their task was supposed to be and they kind of gave up too fast. That’s something that we don’t want to do and we don’t think the BDE should do. And that’s something else that pushed us to run. We have the impression that we can be way more representative of the student body than the actual BDE babies’ list.

Emma: And on diversity, I think a lot of people applied to Sciences Po because it’s so international. Everybody you talk to is from somewhere different and has a new culture, a new language and so much they can teach you. I feel like people tend to forget that and tend to stick in groups with people from where you’re from, because you have that connection. So one of our main focuses is to create a space where you can learn from each other much more and spread more of your culture, nationality… 

Lina LANDEGREN: When you talk with people, they want to meet new people, but they are stuck – or not stuck – but contained to your friendship group. That is why the BDE is so important: creating this place where you can meet new people, because it doesn’t always happen naturally. That is really something we want to work on, to kind of integrate the campus more. 

Emma: The last thing I think was just communication between students and the admin. I feel like it’s something that a lot of students feel very strongly about here, even just simple information about exams like we never know until last minute. Communication and access to resources really needs to be improved. 

 

According to you, what is the main shortcoming of the current BDE?

Oscar: I have the impression that many things are tied into it, certain ones for which they don’t have full responsibility, others for which they do. They did inherit a quite complicated situation, that’s granted. And I have the impression that however you put in a “Bureau Permanent” during covid has a hard time. However, I would say like communication. They weren’t present enough in my opinion in this first semester and when you’re a baby team you do have to be, and prove yourself. You need to create ties with the community, you can’t just rely on 2As. When you look at the AS babies, they had more visibility. The BDE did less of that and I think that’s too bad because they could have proved themselves way more, because they seem kind of far away from the student body. I would say the second shortcoming  is a lack of cohesion and of coherence in their babies. Honestly, I would have liked to see a more open and welcoming babies’ team.

Thibaud ZREIN: This list was created around when curfew was implemented, because when you get home at 6pm and you’re just stuck, you would want new BDE events, you would want someone to talk to. It’s this that made us think, this is not enough for students, we need to provide them with a place where they can truly have fun and they can think about something else than the readings. They haven’t been present and available enough.

Emma: Regarding mental health, there have been so many students struggling with that recently and I feel like there hasn’t been enough support, enough outreach. Small things like organizing zoom calls to integrate students that aren’t in Reims right now, who are at home doing constant online school just staring at their screen all day, and just creating a safe space and making sure that students feel like they can talk to people and know how to get help through this hard time.

 

Given the uncertainty related to the ongoing sanitary crisis, how do you plan to ensure student life stays vivid and (re-)integrate the students to campus life? 

Emma: I think what we’ve seen so far this year is some associations being dedicated to overcome this challenge and to think of new and creative ideas. For example the SPK debates still got a lot of attraction. So I think finding events that students actually want to do after so many hours in front of a screen, making it more interactive and coming up with new creative events. And online tools and social media can be so useful to create a community and links, and people often forget that. 

Oscar: It’s all about doing as much as we can for the student body within the boundaries set in place by the government. And that can be online of course, and it’s mostly online, but there’s also a lot that can be done in Reims under a curfew or even a lockdown. For example, putting in place walks for people with playlists associated with them. These are not social events, but they can be tied into the student community. We also have different businesses in Reims we can partner with to encourage people to go out and be a part of something, instead of just staying at home and not being connected to Sciences Po at all. 

Lina: Going off with Oscar said as well, dividing students into smaller groups kind of creates this buddy system which is much more personal. Big events are good but we’re gonna have to adapt, we’re gonna have to work within those limits. By offering different types of events that are smaller scale, it will allow people to create more personal connections and that’s also what we’re aiming for.

Emma: A concrete example of that is systems such as going on walks with buddies or small groups, organizing google forms so you actually meet new people, organizing group workouts. Small things like that to keep active and take your mind off the studies and stress of Sciences Po.

Oscar: We can actually make the best of the situation, as Emma said. We can do small group activities, and use online to create challenges for example. It just creates a general event involving the whole student body. And of course if we can do more than that we will do bigger evening events, which is what people think of as the classic role of the BDE.

Emma: And to also just make sure that BDE events are seen as events for everyone, not just for us.

 

Do you have specific projects (events, trips, others) in mind that you plan to set up next year?

Emma: That is one thing we are really really excited about. 1As haven’t had the ability to have any chance to experience that. We of course want to continue the legacy of galas and specific festivals, and we also wanted to integrate music festivals and art festivals by creating different themes that include a lot of people. Apart from that, parties at night obviously. One thing we wanted to really work on is integrating all the permanent bureaux to make the events even more inclusive and accessible to everyone. 

Oscar: Of course, we’re a counter list so we have a lot to prove. And we want to keep on within the tradition of events as Emma said, but we also have a lot of new things to bring in terms of events but also of vision, and the two are complementary.  If you guys want a concrete example, we had come up with the idea of a bohemian coachella party. Again, we want interconnectedness with everybody on the campus, all of the associations, and the student body in its whole. So if we want to do an event like this we would cooperate with the BDA. This ties into our values in the sense that it’s all about inclusion and diversity, 

Emma: And also ideas such as sports events, which we’ve not been able to do this year. Both competitive, but also events for people that are intimidated by too much competition, so more fun friendly challenges. 

Oscar: And also about these alternative events, it’s also about creating links that don’t always involve us. We’re here to be medium of course, and so creating – we would maybe find a better name – but maybe “speed dating” or “speed meet people” not always with us, could create friendships, and that is something that could strengthen the student body. 

Thibaud: What really matters for us as BDE is we are not going to hang out only with our friends. We will propose activities to mix. For example, I bike, and we could organize bike trips, and I’m sure many people would be interested. In the list we have people with different interests and passions, and we want to propose and create And we want to propose them and create events based on that. 

 

In the wake of the SciencesPorcs movement and the coming out of testimonies of sexual assault endured by Sciences Po students, what will you do to guarantee the events you will host will be safe for all attending students?

Emma: That is something that a lot of us were really cautious about. First of all we want to address that our list is going to try to make this topic, sexual assault and sexual health much more present throught things such as workshops, about how to protect yourself or also just sexual health and contraception, to make that much more accesible to students, not just through specific associations, we want it to come directly from the school. 

Lina: I think that as for events, of course we’re going to try and do our best to create a safe space, but the issue goes far beyond that. And what we have done as a list is we’ve created a new executive position, human resources communication position. The idea behind it is to link students closer to our list and our list closer to the admin, and opening up communication.

Oscar: Creating this new position in the executive shows the whole spirit of our list, the fact that we want to be alternative in a good way. We want to reinforce wellbeing and mental health under these circumstances, which is of course more serious than just events.  But since you asked about how we would ensure the events are safe, all that goes through communication and awareness.  Everyone heard about the #SciencesPorcs movement, but sometimes it stops there and it doesn’t go far enough. We want to do as many partnerships as we can with associations who are passionate and who have a lot of interesting takes on these issues. And what we can do as a BDE is reach more people. It’s also using everybody’s vision. I believe that would already make a huge change in changing everybody’s vision of these issues. 

Thibaud: What really matters for us is, as we said, protecting people. But we don’t want to just protect girls, we also want to educate people. I think you have all heard “protect the girls, no educate the boys”. That is going to be one of our focuses: challenging this culture that allows something that shouldn’t happen. 

Emma: And that is the primary aim of the workshops, it would be educating everyone, not just men, but everyone, and making that clear difference between we don’t just need to protect our women and our girls, we need to change the cause of why it actually happens, which is education and changing social norms. But also in events, an idea that came up was having specific people who are assigned to look out for this to make sure that everyone is protected. For example, through TShirts there will be helpers that people can come to if something happens to report it straight away. Their primary role would be to take care of that during events. 

 

One last thing? 

Emma: Honestly I joined this as something to push me out of my comfort zone and it’s one of the best decisions I’ve ever made. The family that we’ve created with our group is incredible. Most of us didn’t even know each other, and we wouldn’t have until we gave this a shot, and I’m so glad we did, because I honestly think we are one of the most hardworking, driven teams. We genuinely care about each other and about our campus and we are so motivated for next year, to change this community, and make it feel like home for everyone. We’re only here for two years and I think that’s a really great opportunity to make the most of it. I honestly believe our team can do it because I’ve honestly never seen such creative, passionate, dedicated people as those on our list. 

Oscar: Second thing that we maybe didn’t address enough is that DreamBDE is all about the student body. We have a vision, we have projects but we are just dying for people to be able to add on to that. We have had so much fun brainstorming all the sixteen of us, and we believe that everyone has such interesting takes on student life and events, and just living more and better, and we want to be a medium for that 

Emma: One little thing about our dream and our whole name is that we want to listen to everybody’s ideas and everybody’s dreams and visions and we want to make that their reality. “We want to make people’s dreams their reality” is our slogan and is what we want to achieve. Which is corny, but it’s true. 

Matys ANDRIA PARMENTIE: The list is based on inclusion and I really enjoy that, and this is why I joined. The idea to create a community and make a strong link between people – the two programs for instance – it’s a very good thing. 

 

VERSION FRANCAISE

Pourquoi votre liste candidate? 

Emma LANG: Notre liste s’est formée petit à petit. Tout a commencé dans un petit groupe de personnes où nous discutions de tout ce que nous avons vécu à Sciences Po jusqu’à maintenant, de tous les problèmes que nous avons rencontré à cause du Covid, du campus hybride, du confinement, du couvre feu… Et on s’est rendu compte que la vie étudiante et cette communauté n’est pas assez connectée et soudée comme nous voudrions qu’elle le soit. Tout le monde est séparé dans différents groupes, divisés entre les eurams et les eurafs, les français et les internationaux… Donc notre objectif est de rapprocher tout le monde et de créer un environnement dans lequel tout le monde se sentirait chez soi. Un autre de nos soucis est la santé mentale et l’excès de temps passé derrière les écrans. Nous nous sommes rendu compte que les professeurs et l’administration ne comprennent pas vraiment l’impact que tout cela peut avoir sur la santé mentale des étudiants. Nous voulons que chacun puisse tirer le meilleur de cette année malgré qu’elle soit en ligne, à travers des événements adaptés qui pourraient créer une atmosphère plus ludique et dynamique sur le campus.

 

Oscar PILLIRONE: J’aimerais compléter ce qu’Emma a dit et dire qu’un autre facteur nous a poussé à créer cette liste. Nous savons que les babies de cette année ont été affectés par la situation sanitaire, on a l’impression qu’ils ne savaient pas véritablement comment s’adapter à la situation et garder le rythme des tâches qu’ils sont censés accomplir, nous avons l’impression qu’ils ont jeté l’éponge plutôt rapidement. C’est quelque chose que nous ne voulons pas faire et nous pensons que le BDE ne devrait pas agir ainsi. C’est pourquoi cela nous motive encore plus à candidater aux élections. Nous avons l’impression que nous pouvons être beaucoup plus représentatifs du corps étudiant que l’actuelle liste des babies du BDE.

Emma: Et à propos de la diversité, beaucoup de gens sont venus à Sciences Po pour son côté international. N’importe quelle personne à qui tu parles vient d’un endroit différent, a sa propre culture, sa propre langue, et a tellement de choses à t’apprendre. J’ai l’impression que les gens ont tendance à oublier cela et à plutôt rester avec des personnes qui viennent du même endroit qu’eux, car ils ressentent cette connexion avec leur culture. Un de nos objectifs sera de créer un environnement dans lequel on peut davantage apprendre les uns des autre, partager notre culture, notre nationalité… 

Lina LANDEGREN: Quand tu parles avec des gens, ils veulent rencontrer du monde, mais ils sont coincés – ou pas – mais en quelque sorte bloqués dans leur groupe d’amis. C’est pourquoi le BDE est si important: pour créer cet environnement dans lequel on peut rencontrer des nouvelles personnes, parce-que ce n’est pas tout le temps naturel. C’est vraiment un point sur lequel nous aimerions travailler: intégrer plus les élèves dans le campus. 

Emma: Un dernier point sur lequel j’aimerais insister: la communication entre les élèves et l’administration. J’ai l’impression que c’est quelque chose de très important pour les élèves ici. Par exemple, on nous envoie tout le temps le calendrier des examens à la dernière minute… La communication et l’accès aux ressources doivent vraiment être améliorés.

 

À votre avis, quel est le défaut principal du BDE actuel? 

Oscar: J’ai l’impression que beaucoup de choses sont liées à cet enjeu: il y certains défauts pour lesquels ils ne sont pas responsables, d’autres pour lesquels ils le sont. Certes, ils ont hérité d’une situation particulièrement compliquée. Et j’ai l’impression que n’importe qui dans un bureau permanent aurait eu du mal à gérer la situation. Cependant, je pense que la communication par exemple, n’était pas assez présente au premier semestre. Or, quand tu es dans l’équipe des babies, ton rôle est justement de montrer que tu es là et de prouver que tu mérites ta place. Tu dois tisser des liens avec la communauté des étudiants, et pas seulement compter sur les 2As. Quand tu regardes les babies de l’AS, ils avaient plus de visibilité. Le BDE en avait beaucoup moins, et c’est dommage parce qu’ils auraient pu se prouver davantage. Ils ont l’air trop distants du corps étudiant.  Un deuxième défaut de l’équipe actuelle est le manque de cohésion et de cohérence entre les babies. Honnêtement, j’aurais aimé voir une équipe de babies beaucoup plus ouverte et accueillante.

Thibaud ZREiN: Cette liste a été créée à peu près quand le couvre-feu a été établi, parce-que quand tu rentres chez toi à 18h et t’es juste coincé, tu veux des nouveaux événements du BDE, tu veux quelqu’un à qui parler. C’est cela qui nous a fait penser que ce que nous avons actuellement n’est pas suffisant pour les étudiants. Nous avons besoin de leur permettre de vivre dans un environnement où ils peuvent vraiment s’amuser et ils peuvent penser à autre chose que faire des readings. Le BDE actuel n’a pas été assez présent et disponible.

Emma: À propos des soucis de santé mentale, il y a eu tellement d’étudiants qui en ont souffert récemment et je pense qu’ils n’ont pas eu assez de soutien et il n’y a pas eu assez de sensibilisation sur le problème. Il faudrait déjà faire des petites actions, telles des appels zooms pour intégrer les étudiants qui ne sont pas à Reims, qui sont à la maison et passent leur temps en cours à regarder leur écran à longueur de journée, créer un environnement sain et s’assurer que tous les élèves sentent qu’il y a des personnes à qui ils peuvent parler pour obtenir de l’aide dans ces temps si difficiles.

 

Étant donnée l’incertitude liée à la crise sanitaire actuelle, comment comptez-vous vous assurer que la vie étudiante reste vivante et (ré) intégrer les étudiants au campus?

Emma: Je pense qu’on a tous vu cette année que certaines associations se sont engagées à surmonter le challenge et penser à des nouvelles idées d’actions. Par exemple, les débats en ligne de SPK ont attiré un grand nombre de personnes. Donc je pense qu’il faut trouver des événements auxquels les élèves ont envie de participer après tant d’heures derrière les écrans, les rendre plus interactifs et trouver des idées plus créatives. Et les outils numériques ainsi que les réseaux sociaux peuvent être utiles pour créer une communauté, tisser des liens, et je pense que les gens ont tendance à oublier ça. 

Oscar: Tout tourne autour de faire notre maximum pour le corps d’étudiants, tout en respectant les restrictions établies par le gouvernement. Bien sûr, cela peut avoir lieu en ligne. Mais je pense aussi que beaucoup peut être fait à Reims malgré le confinement ou le couvre feu. Par exemple, on pourrait organiser des ballades pour les élèves avec des playlists musicales associées à chaque balade. Ce ne sont pas des événements sociaux, mais ils peuvent être liés à la communauté étudiante.Nous avons aussi pas mal d’entreprises à Reims avec qui nous pouvons faire des partenariats pour encourager les gens à sortir et faire partie de quelque chose, plutôt que de rester à la maison et être carrément déconnecté de Sciences Po.

Lina: Par rapport à ce qu’a dit Oscar, diviser les élèves en petits groupes créer ce genre de système de “buddy” qui est beaucoup plus personnel. Certes les grands événements c’est bien, mais nous avons besoin de nous adapter, de faire avec les restrictions. En offrant différents types d’événements à plus petite échelle, on peut permettre aux gens de tisser des liens plus proches et personnels, c’est l’objectif que nous visons.

Emma: Un exemple plus concret de cela est les balades en petits groupes ou avec des “buddies”, lancer des Google Forms pour vraiment rencontrer des nouvelles personnes, organiser des workouts en petits groupes. Les petites actions comme ça permettent aux gens de rester actifs et de se changer les idées pour penser à autre chose que les études et le stress de Sciences Po. 

Oscar: Comme a dit Emma, on peut vraiment tirer le meilleur de cette situation. On peut organiser des activités en petits groupes et utiliser les outils numériques pour créer des nouveaux challenges par exemple ou un événement plus général où tout le monde serait impliqué. Et bien sûr, si on peut faire plus que ça, on fera des plus grands événements, ce à quoi les gens pensent d’habitude quand ils pensent au rôle d’un BDE.

Emma: On veut aussi s’assurer que les événements du BDE sont vus comme ouverts à tous, pas seulement à nous. 

 

Avez-vous des projets en particulier (événements, voyages, autres) en tête que vous avez pour projet d’organiser l’année prochaine?

Emma: Ça, c’est quelque chose dont nous sommes très excités! Les 1As n’ont eu aucune opportunité pour expérimenter de tels événements. On veut bien sûr continuer la tradition des galas et des festivals, et on veut aussi intégrer des festivals d’art, de musique en créant différents thèmes qui inclurait tout le monde. À part cela, on organisera évidemment des soirées. On aimerait aussi beaucoup travailler sur l’intégration de tous les bureaux dans l’organisation des événements, pour les rendre plus inclusifs et accessibles à tous.

Oscar: Bien sûr, nous sommes une contre-liste, donc nous avons beaucoup à prouver. Comme a dit Emma, on veut continuer avec les événements traditionnels, mais nous avons aussi beaucoup de nouvelles choses à apporter en termes d’événements et de vision de la vie étudiante, ces deux choses sont complémentaires. Si vous voulez un exemple concret, on avait eu l’idée d’une soirée à thème bohémien/coachella. Encore une fois, on veut connecter tous les élèves du campus, toutes les associations, et le corps étudiant. Donc si on veut faire un événement comme cela, on inclurait le BDA. Cela se lie à nos valeurs car tout tourne autour de de l’inclusion et la diversité.

Emma: Nous avons aussi des idées comme des événements sportifs (ce qui est quelque chose que nous n’avons pas pu faire cette année). On pourrait faire des événements tant compétitifs, que des événements plutôt “amicaux” car on sait que certaines personnes sont intimidées par l’excès d’esprit de compétition.

Oscar: Aussi par rapport aux événements alternatifs, notre objectif est aussi de tisser des liens dans lesquels nous ne sommes pas nécessairement inclus. Bien sûr nous sommes là pour être l’intermédiaire et le moyen de tisser ces liens, donc on a pensé à créer quelque chose comme du “speed dating” ou “speed meeting people” (on trouvera peut-être un meilleur nom) et pas forcément avec nous, ça pourrait créer des amitiés, et ça c’est quelque chose qui souderait le corps étudiant. 

Thibaud: Ce qui est vraiment important pour nous en tant que BDE, c’est que nous n’allons pas seulement rester avec nos amis. Nous allons proposer des activités mixtes. Par exemple, on pourrait organiser des “bike trips” et je suis sûre que beaucoup de personnes seraient intéressées. Dans notre liste, nous avons des personnes avec différents intérêts et passions, et nous voulons proposer et créer des événements basés sur ça.

 

À l’aube du mouvement Sciences Porcs and de la multiplication de témoignages d’agressions sexuelles subies sur par des élèves de Sciences Po, qu’est-ce que vous ferez pour assurer que les événements que vous organisez soient sûrs pour tous les étudiants. 

Emma: Beaucoup d’entre nous sont très prudents à ce propos. Tout d’abord, nous voudrions dire que notre liste va essayer de rendre ce sujet – les violences sexuelles – beaucoup plus au cœur des événements tels des workshops pour apprendre à se protéger dans de telles situations, ou des workshop sur la santé sexuelle et la contraception, afin de s’assurer que tout cela soit plus accessible aux étudiants. Et pas uniquement à travers des associations, nous voulons que cette type d’action vienne directement de la part de l’université.

Lina: Je pense qu’à propos des événements, bien sûr nous allons faire de notre mieux pour créer un environnement sûr, mais les problèmes vont bien plus loin que ça. Donc en tant que liste, ce que nous avons fait, est de créer de nouvelles positions dans les pôles exécutif, ressources humaines et communication. L’idée derrière cela est que les étudiants se sentent plus proches de notre liste et que notre liste se sente plus proche de l’administration. Notre but est de développer la communication. 

Oscar: Créer cette nouvelle position dans l’exécutif démontre tout l’esprit de notre liste, le fait que nous voulions être une alternative, dans le bon sens. Nous voulons renforcer la santé mentale et le bien-être sous ces circonstances, ce qui est bien sûr, plus sérieux que juste organiser des événements. Mais puisque vous avez demandé comment nous allons assurer la sécurité lors des événements, tout cela marche à travers la communication et la sensibilisation. Tout le monde a entendu parler du mouvement #SciencesPorcs, mais des fois, ça s’arrête là et ça ne va pas assez loin. Nous voulons créer un maximum de partenariats avec des associations qui sont passionnées et qui montrent un grand intérêt pour ces problèmes. Ce que nous pouvons faire en tant que BDE est d’essayer de toucher un maximum de monde. Il faut aussi utiliser la vision de tous sur le campus. Il faut changer la perspective des élèves sur ces problèmes, ça ferait déjà un énorme changement. 

Thibaud: Ce qui est vraiment important pour nous, c’est de protéger les gens. Mais on ne veut pas juste protéger les filles, on veut aussi éduquer les gens. Je pense que vous avez entendu tout ce qu’il y a à entendre “Protéger les filles, éduquer les garçons”. Cela va être une de nos plus grandes préoccupations: challenger cette culture qui autorise des choses qui ne devraient jamais arriver.

Emma: Et cela est l’objectif principal des workshops: éduquer tout le monde, pas juste les hommes, mais tout le monde; faire cette différence entre protéger les femmes et nos filles, et changer l’origine du problème grâce à l’éducation et le changement de nos normes. Mais à propos des événements, nous avons eu l’idée d’avoir certaines personnes désignées pour vérifier, faire attention à ce genre de souci et s’assurer que tout le monde soit protégé. Par exemple, à l’aide de t shirts, les gens pourraient repérer les personnes qui peuvent leur venir en aide et leur rapporter directement si quelque chose leur arrive. 

 

Quelque chose à ajouter?

Emma: Honnêtement, j’ai rejoins cette équipe pour sortir de ma zone de confort, et c’est une des meilleures décisions que j’ai jamais prise. La famille que nous avons créé dans notre groupe est incroyable. La plupart d’entre nous ne nous connaissions pas, et nous ne nous serions jamais connus sans cette expérience, et je suis vraiment contente que nous nous soyons lancés car honnêtement, je pense que nous somme l’équipe la plus travailleuse. On est vraiment très attachés les uns aux autres et à ce campus et on est très motivés pour l’année prochaine, pour changer cette communauté, et faire en sorte que tout le monde se sente chez soi. Nous ne sommes à Reims que pour deux ans et c’est vraiment une opportunité dont nous devons tirer le meilleur. Je pense honnêtement que notre équipe peut le faire car j’ai vraiment jamais vu des personnes aussi créatives, passionnées et engagées que celles de notre liste.

Oscar: Une deuxième chose dont nous n’avons pas encore assez parlé, est que le DreamBDE, c’est tout le corps étudiant. Nous avons une vision, des projets, mais nous avons vraiment envie que tout le monde s’ajoute à cela. Nous avons tellement fait de “brainstorming” entre nous et nous sommes convaincus que tout le monde à aussi des points de vues différents et intéressants sur la vie étudiante et les événements, a envie de “vivre plus et mieux”, et nous voulons être le moyen d’accomplir cela.

Emma: Une chose à propos de notre rêve et de notre nom d’équipe est qu’on veut être à l’écoute des idées de tous et on veut que les rêves et visions de tous devienne réalité. “Nous voulons faire des rêves une réalité” est notre slogan, et c’est ce que nous voulons accomplir. C’est cucul, mais c’est vrai! 

Matys ANDRIA PARMENTIE: La liste est basée sur l’inclusion, et j’apprécie vraiment cela, c’est pourquoi je l’ai rejoint! L’idée de créer une communauté et de tisser des liens forts entre les gens – entre les deux programmes par exemple – c’est vraiment quelque chose de bien.

Other posts that may interest you:

Leave a Reply