Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An interview with Sciences Phome

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION

Why is your list running? 

Luca MARIA: We decided to start a BDE list because we realized that first of all, not all populations were represented in the BDE. There is Eurams, eurafs, but BASc were missing. BASc is a new program, but we thought it might be good to really include everyone, knowing as BASc we are often mixed with Eurafs, and we wanted to put that forward. The other point, and of course there was the covid crisis, but we thought the BDE was too distant. We are a list of people who were involved in student committees in their highschools and other bodies and we wanted to continue that and put our experience forward, and once again include everyone and make student life more fun on an everyday basis. 

Quentin MINALDO: That is why we chose our name – Sciences Phome – which reflects our values and ideals well, meaning a BDE that supports its students, makes them feel at home on campus and allows for a channel to be opened. It’s what we felt was missing this year, because after integration week we no longer saw the BDE, we barely heard anything about it. Our objective is therefore to be more present with students, listen to them and organize events despite the sanitary situation, that can fulfill this need of meeting others. This is something we really care about and we think we can accomplish next year, regardless of the sanitary context. 

Solene GOATA: One of the strengths of our list is that we’re many, we have diverse profiles, and we are often available, and that allows us to be able to listen to students constantly and really organize things on a regular basis. We demonstrate inventiveness and discipline. 

Quentin: Obviously we are all very motivated to make this campus as pleasant as possible, and that is why we created our list. Especially because there was already a good cohesion within the list despite not knowing each other previously, and I think it is very interesting to have a tight knit BDE, that allows everyone to feel included. 

Luca: Unlike other BDE lists – obviously it is important to have a large reach – who recruited people from a lot of different friend groups, we thought that to have common basis and values, and to deliver on projects we had all thought of and agreed upon, it would be good to have the core of the group be a small friend group. So we are a list that actually knows each other. Obviously we have people that we didn’t know before and that we added because we thought it was interesting and it could only be beneficial. 

Quentin: To conclude, we are a very tight knit list, very motivated and our main objective is to create links between students on campus regardless of the sanitary situation. 

 

According to you, what is the main shortcoming of the current BDE? 

Luca: I think the main shortcoming of this year’s BDE is they didn’t properly adapt to the sanitary crisis. Obviously we have been confined for a while, but we have seen even outside of the BDE, a lot of associations weren’t really invested in getting students out of their loneliness. What we would want to do if we are elected and the sanitary crisis continues  is – without replacing the student reps – being close to students. We wouldn’t be a BDE that is just in its office during lunch breaks, but a BDE that is actually in contact with students, we would go talk to them, we would “take the temperature” of student life at Sciences Po, and without going into psychological factors, help and support. Obviously supporting students goes through going to see people and talking to them, but also through projects that unite people and allow them to meet. 

Quentin: The BDE, this year on their instagram account, there were only three or four stories, and one or two events during the whole of confinement. Without throwing them under the bus, obviously they did their best because we were in an unpredictable situation, they could have organized more. We didn’t know the BDE, we saw them twice during intro week and after that we barely heard from them. And that is a shame, more efforts could have been made to integrate both 1As and 2As to events and to BDE communication. Once again, this isn’t to throw them under the bus, they are our potential predecessors, and they did their best, but we felt they could have done more. 

Solene: There was a lack of inventiveness and adaptation. Obviously it’s hard to face such a sanitary crisis, especially for an association like the BDE whose main role is supposed to organize in person events. I think there are ways to do many things online. We have to find good in every situation and demonstrate inventiveness. 

Quentin: I think there was a lack of communication and of digital coverage during the confinement periods where we couldn’t be on campus. 

 

Given the uncertainty related to the ongoing sanitary crisis, how do you plan to ensure student life stays vivid and (re-)integrate the students to campus life? 

Solene: First of all, we need to prioritize digital. Obviously given our president is speaking tonight, we can tell this situation is not over and is not close to ending. We are going to have to be present on social media and make sure events can still happen. We also will  have to be inventive, so when we have the chance to come back to campus we can put in place events respecting distancing measures and sanitary measures. 

Quentin: Even with online campaign events we have ideas that would still allow for links between students. I don’t know if you’re familiar with Discord, but that allows for a way to create community servers. We are looking at creating a BDE server to allow for students to talk to each other and the BDE. For now the BDE has an instagram account and messenger, but that is not enough to communicate with them. We  would want to put in place more engaging tools. 

Luca: Unlike this year’s BDE, we gave the change to put in place an actual campaign. We will see if what we have put in place works, and if we see it does and people like it, we can continue them next year. 

 

Do you have specific projects (events, trips, others) in mind that you plan to set up next year?

Luca: We would want to put in place several events to entertain as many people as possible. Firstly we would like for intro week to go better than this year. We all saw that during the first integration week, it was a bit of a mess, no one respected rules, no one had a mask, there were groupings of 400 people in the middle of Reims. We would like to avoid that and reinvent intro week, so why not do events both online and in person, and if the situation allows events with other associations, reserve bars, etc. On top of that and as we said, campaign week is really going to allow us to put certain events in place and see if they work and whether or not they should be implemented next year. We had planned several events, and we had made sure – and I think this is a characteristic a BDE has to have – that we would not have events only online or only in person. We came up with events that were hybrid to make sure that regardless of the evolution of the situation, we could still have them. For example, we are organizing an anecdote contest. Obviously it would have been better in person, but we have to do it online. Next year, we would like to partner with SPK to do something fun, and throw something along those lines. When it comes to trips, we are obviously restrained because the sanitary conditions aren’t in our favor. We won’t take the AS’s place for the winter break, but we could eventually partner with them. But we could imagine, during the weeks between the end of classes and the beginning of exams, take four or five days to visit someplace in Europe or France. 

Carla MUNNIERWe could organize visits to national parks and open natural environments to allow a maximum amount of people to participate given it would be outside and security distances would be respected, because I don’t think we’ll be out of this pandemic. 

Quentin: If I could add, in the group we have a few people that have done this sort of “camping sauvage” and it could be organized in regions and spaces meant for that, that could host a lot of students while still respecting sanitary restrictions. This would all be for events outside of Reims. In Reims, our main objective would be to be as present as possible on campus, for example through monthly stands to have contact with students and allow them to come talk to us if they have something to say, and to let them know what we are doing in the clearest way possible. We are also thinking about putting in place our program that would be available to all so there is this clarity around what the BDE is doing. The issue with the BDE this year was also that it was a bit opaque, we weren’t aware of what they were doing. Our objective would be therefore to be as clear as possible on that. 

Luca: If I could add something, in the same spirit as these nature trips, why not organize this sort of canoe trip. I know I personally did a trip down the Ardéche that lasted a week. We were on the canoes all day with monitors, it’s very nice and very uniting. At night we would settle on campaign sites and we had awesome nights. It could be something we could put in place. 

Carla: I wanted to just add something about next year. We wanted to put in place a hotline to help students in distress, because we know this is a particular situation and it’s not easy. We would put in place times of course, because we can’t be available all the time, we need to sleep too, but it could be a good idea. 

Quentin: To conclude, communication, presence and clarity are our three main points. 

 

In the wake of the SciencesPorcs movement and the coming out of testimonies of sexual assault endured by Sciences Po students, what will you do to guarantee the events you will host will be safe for all attending students?

Solene: It’s difficult to guarantee to all students they will be safe knowing sexual harassers are everywhere, all the time. What we can say is that our list will be intransigent when it comes to this sort of behavior and as soon as it is detected – we would of course do prevention – but as soon as it is detected, it would be notified and action will be taken. Aggressors would be warned and we would listen and be available to victims. Beyond that, it might be the role of feminist associations and the pole sante, but the BDE will be an engaged one. It is not because this isn’t our main topic that we wouldn’t be present in terms of the issues it presents. 

Luca: There are people that are engaged in this in associations at Sciences Po and outside of it, so why not organize a day during next year’s intro week where we partner with feminist associations of the campus, and we explain things as they are, for prevention and senibilisation purposes. 

Quentin; If we do become BDE, we will have to of course organize events and in that framework we will make sure all of our members have been trained, are informed and are vigilant on the topic. The BDE always has training regarding the consumption of alcohol or other substances, but we would want to add this, prevention of potential harassment and behaviors we will not tolerate as potential future BDE, and as staff. 

Luca: I think the most touchy thing in this matter is intro week, and we would have made sure to try and set up prevention during the summer if we are elected, so our entire team will be trained and sensibilized on the topic Obviously during intro week, regardless of the event, we will be vigilant, we will be there, and if anything were to happen we would listen. 

Quentin: And we would warn the administration, who are the only ones supposed to make decisions on the subject. 

Solene: And obviously before every event, it will be mentioned that it is important to respect others, and any disrespectful or aggressive behaviour will not be tolerated. We will be intransigeant, transparent and we will have a zero tolerance policy. 

Quentin: It is especially important to note that us as BDE obviously have a preventive and surveillance role, but when it comes to sanctions, goes beyond us. We will therefore closely work with the administration, and we will work to sensitise them on these issues to make sure all cases are treated seriously. 

Luca: We could for example do this through the reposting of instagram posts around these topics. 

Solene: And if an assault does happen, obviously our list will not be blind to it. We will be there, we will listen and we will do the work behind it to support victims. 

Luca: We won’t be a BDE that simply witnesses an act, reports it and basta. We will be a BDE, that if there is an aggression, will of course report it, but will also be close to victims to support them. We will be actors in Sciences Po’s daily life, and if any of these events do happen, we won’t just let it slide. 

Solene: We are an engaged and voluntary list, and we are not afraid to get our hands dirty and just go. 

 

One last thing? 

Carla: We will be up to date on things. We will be actors within student life, we will support the community no matter what. We will try to adapt to sanitary conditions as much as we can. Our main goals are support, transparence and presence. 

Solene: One of the roles we are set on the president having is regularly “taking the temperature” of the student body, and throughout the year, adapt according to their needs. We aren’t here to do what we want to do. It’s them that will be actors of their own BDE, because it will be them that tell us what to do. 

Quentin: Especially, we are a very engaged list, and all of us are motivated, everyone will do as much as they can next year to make sure it is the best possible, and we will therefore be listening to students. We are going to do everything for the year to go as well as possible regardless of the sanitary conditions, and we will make sure Sciences Po is really a second home. 

Solene: And that we have fun also. 

Luca: Once again, we won’t be a BDE that will just be in their office, we will really be actors. Beyond unilaterally organizing events because we came up with them, we will try to see what students want to do and let them build our program as well. Because that’s what a bureau des élèves does. 

Quentin: I think we’ve said everything, vote for us if you want Sciences Po to really be a lively environment where everyone feels good. 

Luca: The BDE is often viewed as an association that only organizes parties, etc. Beyond that, and obviously we are going to continue that, but we will also be a BDE that will always be there, and be active rather than passive when it comes to students demands. Beyond organizing parties we will also organize cultural, sporting events, partnerships with other assos, prevention. 

 

VERSION FRANCAISE

Pourquoi avez-vous décidé de former votre liste?

Luca MARIA: On a décidé de mener une liste BDE parce qu’on s’est aperçu en fait qu’au BDE, le premier point était que tous les peuples n’étaient pas représentés. Il y a des eurams, des eurafs mais il manquait des BAS. C’est un programme qui est nouveau, mais on s’était dit que c’était quand même bien d’inclure vraiment tout le monde, sachant qu’en tant que BAS on est souvent mélangés avec les eurafs, et on a voulu mettre ça en avant. L’autre point c’est que cette année, bien sûr il y a eut la crise du Covid, mais on a trouvé que le BDE n’était pas assez proche, assez présent auprès de ses étudiants. Dans la liste on est tous des gens qui s’étaient impliqués dans des comités d’élèves dans leurs lycées ou d’autres organismes et on voulait essayer de perpétuer ça et de faire parler notre expérience, pour encore une fois inclure tout le monde et rendre la vie étudiante plus divertissante au quotidien. 

Quentin MINALDO: C’est pour ça que nous avons choisi le nom sciences phome, qui représente bien les valeurs et les idéaux qu’on porte, c’est à dire un BDE qui soutient ses élèves, qui les fait sentir comme à la maison sur le campus et qui permet un relai BDE-élèves. C’est ce qu’on a  senti qu’il manquait cette année, parce qu’après la semaine d’inté nous n’avons plus vu le BDE, on n’en a quasiment plus entendu parler. Notre objectif c’est être très présents auprès des élèves, être à l’écoute d’eux et pouvoir organiser des événements qu’importe la situation sanitaire, qui peuvent justement répondre à ce besoin de rencontre. C’est quelque chose qui nous tient vraiment à cœur  et qu’on pense pouvoir mener à bien l’année prochaine qu’importe la situation sanitaire. 

Solène GOATA: Une des forces de notre liste, c’est qu’on est nombreux, on est de profils variés, on est souvent disponibles, et ça nous permet d’être à l’écoute tout le temps, d’écouter et vraiment organiser des choses assez régulièrement. On fait preuve d’ingéniosité et de discipline à la fois. On fait preuve de beaucoup d’inventivité. 

Quentin: On est tous évidemment très motivés pour faire du campus un endroit le plus agréable possible, et c’est pour ça que nous avons monté notre liste. Il y avait une grande cohésion de liste malgré le fait que les gens ne se connaissaient pas au préalable, et je trouve très intéressant d’avoir un BDE qui est assez uni, pour permettre à tout le monde de se sentir inclus. 

Luca: Contrairement aux autres listes BDE – évidemment c’est important de toucher plein de personnes – qui on prit du monde dans plusieurs groupes d’amis différents – on s’est dit que pour avoir des bases et des valeurs communes, et mener à bien des projets qu’on avaient tous en tête et sur lesquels on était d’accord, ça serait bien aussi d’avoir le noyau du groupe qui serait un petit groupe d’amis. Donc en fait dans notre liste de BDE, on est vraiment des gens qui se connaissent tous. Il y a quand même quelques personnes qu’on ne connaissait pas et qu’on a rajouté parce qu’on s’est dit que c’était très intéressant et que ça ne pouvait que nous être bénéfique. 

Quentin: Pour conclure, nous sommes une liste très soudée, très motivée et avec pour objectif principal de créer des liens entre les étudiants sur le campus qu’importe la situation sanitaire. 

 

Selon vous, quelle est la principale faillite du présent BDE?

Luca: Le principal bémol du BDE de cette année c’est ne pas s’adapter correctement à la crise sanitaire. Évidemment on a été confinés longtemps, mais on a bien vu même au-delà du BDE, de nombreuses associations ne se sont pas trop investies pour essayer de sortir les étudiants de leur solitude. Ce qu’on voudrait faire si on est élus et la situation sanitaire continue – sans se substituer aux student rep – être tout aussi proches d’eux. On ne serait pas un BDE qui serait simplement dans son bureau pendant les pauses de midi, mais vraiment un BDE en contact avec les étudiants ou on irait parler, on irait prendre le pouls de la vie étudiante à Sciences Po et demander des nouvelles à plein de personnes. Et puis sans rentrer dans des facteurs psychologiques, aider, soutenir. Évidemment soutenir ça passe d’une part par aller voir les gens et leur parler mais aussi par la mise en place de projets qui rassemblent et qui permettent aux gens de se rencontrer. 

Quentin: Le BDE, cette année sur leur compte instagram il y aurait trois ou quatre stories, un ou deux événements pendant tout le confinement. Sans vouloir leur jeter la pierre, ils ont fait de leur mieux parce que c’était vraiment une situation imprévue et imprévisible, ils auraient pu plus organiser. On ne connaissait pas le BDE, on l’a vu deux fois en semaine d’inté et après on n’a pas eu de nouvelles quasiment. Je trouve ça un peu dommage, un effort aurait pu être fait pour intégrer les 1As et les 2As aux événements et à la communication du BDE. Encore une fois on ne va pas les cracher dessus, c’est nos potentiels prédécésseurs et ils ont fait de leur mieux, mais on trouve que c’était un peu léger la dessus. 

Solène: Il y eut un manque d’inventivité et d’adaptation. Évidemment c’est complexe de faire face à une crise sanitaire, notamment pour une association comme le BDE qui est censé faire des événements en présentiel. Il y avait moyen de faire plusieurs choses en ligne, il faut tirer aussi du bien de chaque situation et faire preuve d’ingéniosité et d’inventivité.

Quentin: Je pense qu’il y a eu un manque de communication et de couverture digitale pendant les périodes de confinement ou on ne pouvait pas être sur le campus. 

 

Étant donnée l’incertitude liée à la crise sanitaire actuelle, comment comptez-vous vous assurer que la vie étudiante reste vivante et (ré) intégrer les étudiants au campus?

Solène: Tout d’abord, nous devons favoriser le numérique. Évidemment, étant donné que notre président s’exprime ce soir [cet entretien à été réalisé le 31 mars, avant l’allocution du Président Macron], on sent bien que la situation n’est pas toujours terminée, et ce n’est pas près de s’arrêter. Il va falloir être présent sur les réseaux sociaux et faire en sorte que les événements puissent avoir lieu. On devra faire preuve d’inventivité pour que lorsqu’on sera amenés à revenir sur le campus, pouvoir mettre en place des événements qui respectent les gestes barrières et les politiques sanitaires. 

Quentin: Même dans les événements en ligne pour la campagne, nous avons des idées qui permettraient le maintien des liens entre élèves. Je ne sais pas si vous êtes familiers avec tout ce qui est Discord, où il y a moyen de créer des serveurs communautaires. On envisage d’en créer un pour le BDE qui permettrait aux étudiants de discuter entre eux et avec le BDE. Pour l’instant le BDE a un compte instagram et messenger. Ce n’est pas assez pour communiquer avec eux, et ça n’encourage pas les étudiants à communiquer avec eux et entre eux. On voudrait mettre en place des outils plus engageants. 

Luca: Contrairement au BDE de cette année, on a de la chance, on a la chance de mettre en place une campagne. On verra ce qui marche de ce qu’on a mis en place pour faire ou pas perdurer l’année prochaine.

 

Est ce que vous avez des projets spécifiques (événements, voyages, autres) que vous voulez réaliser l’année prochaine? 

Luca: On voudrait mettre en place plusieurs événements pour divertir le plus de monde possible. D’une part, on voudrait que la semaine d’inté se passe un peu mieux qu’en début d’année. On a très bien vu que lors de la première semaine d’intégration cette année c’était un peu le bazar, personne ne respectait les règles, personne n’avait son masque, il y avait des agglutinations de 400 personnes en plein Reims. Donc ça on voudrait éviter et essayer de réinventer la semaine d’inté. Pourquoi pas ne pas faire des événements tant en distanciel que présentiel, et si la situation permet réaliser des événements avec d’autres assos, réserver des bars, etc. Ensuite comme je l’ai dit, la semaine des campagnes va nous permettre justement de mettre en place des événements et voir si ça marche ou pas. On avait prévu plusieurs événements, et on s’était arrangés – et ça je crois que c’est une des qualités que le BDE doit avoir – pour ne pas faire un événement seulement en distanciel ou en présentiel. Nous avons imaginé des événements hybrides pour faire en sorte que quelque soit la situation annoncée on pouvait les faire. Par exemple, on va organiser un concours d’anecdotes. Alors évidemment ça aurait été mieux de faire en présentiel, mais on va être obligé de faire en distanciel. L’année prochaine, ce qu’on aimerait c’est faire un partenariat avec SPK, quelque chose de drôle avec des concours d’anecdotes, ça peut vraiment être très sympa. En termes de voyages, évidemment c’est très restreint parce que les conditions sanitaires ne sont pas en notre faveur. On ne va pas se substituer à l’AS pour les vacances d’hiver, quoiqu’on pourrait faire un partenariat avec eux. Mais on pourrait imaginer que pendant les semaines de révision entre la fin des cours et les examens, prendre quatre cinq jours pour faire visiter un endroit en Europe ou en France. 

Carla MUNNIER: On pourrait organiser des visites à des parcs nationaux, des endroits ouverts, comme ça un maximum de gens pourront participer vu qu’on sera à l’extérieur et les distances de sécurité seront respectées, parce que je pense qu’on ne sera pas sortis de cette pandémie. 

Quentin: Si je pouvais rajouter, dans le groupe on n’est pas mal à faire du camping sauvage, et ça peut s’organiser sur des régions et des espaces prévues pour, qui permettraient d’accueillir pas mal d’étudiants tout en respectant les conditions sanitaires. Tout ça serait pour les événements hors de Reims. Et à Reims notre objectif serait d’être aussi présents que possible sur le campus, par exemple à travers de stands tenus au moins une fois par mois pour avoir un  contact avec les étudiants et qu’ils puissent venir nous parler s’ ils ont des choses à nous dire, et leur annoncer clairement ce qu’on fait. On pense aussi mettre en place potentiellement un programme qui serait disponible à tous pour qu’ils aient justement qu’il y ait de la clarté dans ce que fait le BDE. Ce qu’a fait le BDE cette année était un peu opaque, on n’était pas au courant quand ils réalisent des choses. Notre objectif serait d’être aussi clair que possible la dessus. 

Luca: Si je peux rajouter quelque chose, dans le même esprit que la randonnée, pourquoi ne pas organiser une sorte de sortie canoë. Personnellement j’avais fait une descente de l’Ardèche, on passait, toute la journée sur le canoë encadrés par des moniteurs, c’est hyper sympa et rassembleur. Le soir on se posait sur des campaigns et on passait des super soirées. Ça pourrait être quelque chose qu’on pourrait mettre en place. 

Carla: Je voulais juste rajouter quelque chose par rapport à l’année prochaine. On voudrait mettre en place une ligne téléphonique, justement pour aider les étudiants en détresse. Parce que c’est vrai que ce n’est pas facile avec cette situation plutôt spéciale. On mettrait en place des horaires aussi, parce qu’évidemment on ne pourrait pas être disponibles tout le temps, on a besoin de dormir aussi, mais ça pourrait être une bonne idée. 

Quentin: Pour conclure, communication, présence et clarté sont les trois points principaux. 

 

Dans le contexte du mouvement #SciencesPorcs et des révélation de témoignages d’agressions sexuelles subies par les étudiants de Sciences Po, que ferez-vous pour garantir que les événements que vous organiseriez seront sans danger pour les étudiants présents?

Solène: C’est difficile de garantir à tous les étudiants qu’ils seront en sécurité, sachant que les agresseurs sexuels sont partout et tout le temps. Par contre ce qu’on peut dire c’est que notre liste sera intransigeante en ce qui concerne ce genre de comportement et dès que c’est détecté – on fera déjà de la prévention – ça sera prévenu et il y aura de l’action. Les agresseurs seront prévenus et on sera à l’écoute des victimes, on sera présents. Et au-delà, c’est peut être le rôle des associations féministes et du pôle santé, mais le BDE sera aussi engagé. Ce n’est pas parce que ce n’est pas notre thème principal que l’on ne sera pas présent en ce qui concerne ces enjeux. 

Luca: Il y a des personnes qui sont engagées dans des associations à Sciences Po ou en dehors, donc pourquoi ne pas organiser l’année prochaine pendant la semaine d’inté une journée pendant laquelle on fait un partenariat avec des associations féministes, et on fait vraiment un propos en expliquant les choses telles qu’elles sont, et en faisant de la sensibilisation et de la prévention. 

Quentin: Si on est amenés à être BDE l’année prochaine, on sera amenés à organiser des événements et donc dans ce cadre on va faire en sorte que tous nos membres soient formés, informés et vigilants là dessus. Le BDE a toujours des formations sur tout ce qui est consommation d’alcool et autres substances. On tient à rajouter à ça de la prévention de potentielles agressions et comportements que nous ne tolérons pas en tant que futur potentiel BDE, en tant que staff. 

Luca: Je pense que concernant ça, la chose la plus touchy ça sera la semaine d’inté. Si on est élus, on aura essayé de mettre en place de la prévention pendant l’été. Tout notre groupe BDE sera formé à ça et sera sensibilisé. Évidemment pendant la semaine d’inté quelque soit l’événement, on sera vigilant, on sera là, et si jamais il se passe quelque chose on sera à l’écoute. 

Quentin: Et on préviendra l’administration qui sont les seules personnes sensés prendre des décisions la dessus. 

Solène: Et évidemment avant chaque événement il sera mentionné qu’il est important de respecter les autres, et n’importe quel comportement irrespectueux et agressif ne sera pas toléré. On sera intransigeants, transparents, et on aura une tolérance zéro. 

Quentin: Ce qui est important de préciser c’est qu’en tant que BDE on a  évidemment un rôle de prévention et de surveillance, mais  nous ne sommes pas maîtres pour ce qui est des sanctions. Donc on travaillera en proche collaboration avec l’administration, et on fera de la sensibilisation auprès d’eux pour faire en sorte que tous les cas soient traités sérieusement.

Luca: Ça pourrait passer aussi par exemple par de reposts instas sur les thématiques de sensibilisation. 

Solène: Si c’est le cas et que des agressions arrivent, évidemment la liste ne sera pas aveugle face à ça, on ne fermera pas les yeux. On sera là, on sera à l’écoute et on ira faire les démarches derrière pour soutenir les victimes. 

Luca: On ne sera pas un BDE qui va juste constater un acte et fera remonter et basta. On sera un BDE qui, s’ il y a une agression, le fera remonter bien évidemment, mais sera aussi proche des victimes pour les soutenir. On sera des acteurs du quotidien à Sciences Po, et si jamais il y a des événements comme ça qui arrivent, on ne les laissera pas passer. 

Solène: Nous sommes une liste  engagée, volontaire, et on n’a pas peur de se salir les mains et on y va quoi. 

Quelque chose à ajouter?

Carla: On sera très au courant. On sera acteurs au sein de la vie étudiante, on les soutiendra quoi qu’il arrive. On essaiera de s’adapter à toutes les conditions sanitaires actuelles au maximum. Surtout soutien, transparence, présence. 

Solène: Surtout, c’est un des rôle que l’on avait dit que le président aurait c’est prendre la température régulièrement auprès des étudiants, et comme ça s’adapter en fonction de leurs besoins. On n’est pas là pour ce dont on a envie. on adapte. C’est eux qui sont acteurs de leur propre BDE, parce que ce seront eux qui vont nous dicter ce qu’on doit faire. 

Quentin: Et surtout, nous sommes une liste très engagée, tout le monde est très motivé et on fera un maximum l’année prochaine pour faire en sorte qu’elle soit la meilleure possible malgré la situation sanitaire,et donc évidemment on sera à l’écoute des élèves. En sorte que Sciences Po soit vraiment une deuxième maison. 

Solène: Et qu’on s’amuse aussi. 

Luca: Encore une fois, on ne sera pas un BDE qui sera cloîtré dans son bureau, on sera vraiment acteurs. Au-delà d’organiser des événements unilatéralement, on essayera de voir ce que les étudiants ont envie de faire et que eux construisent notre programme. Parce que c’est ça le bureau des élèves. 

Quentin: Je crois qu’on a tout dit, votez pour nous si vous voulez que Sciences po soit vraiment un lieu de vie convivial où tout le monde se sent bien. 

Luca: Un BDE est souvent perçu comme une asso qui s’occupe juste de faire des soirées. Au-delà de ça – évidemment on va perpétuer ça –   mais on sera aussi un BDE qui sera là tout le temps et qui sera acteur et pas passif face aux revendications des étudiants. Et donc au-delà d’organiser des soirées on organisera plein d’événements qui seront tant culturels, que sportifs, en partenariat avec d’autres associations, de prévention. 

 

Other posts that may interest you:

Leave a Reply