Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An interview with Down To Earth

Listing to become the 2021/22 SPE: Down to Earth

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION 

Why is your list running? 

Liubov NAZARENKO: We’re running just to bring SPE down to earth, finally, in all senses; we’re trying to engage more people, and make it accessible and appealing to everybody. Our list this year is all about tackling problems from different perspectives and angles, starting from a big range of institutional change such as the carbon emissions on campus, following with small things with the Sciences Puces project, which engages basically people and their small habits in everyday life. When we buy fast fashion we don’t think about polluting, we don’t think about harming the planet because it’s just a thing we do culturally, but with the Sciences Puces project you can go to the Instagram platform and buy this already manufactured white t-shirt from somebody who just doesn’t need it anymore. This creates a circle of helping each other, first and foremost, and also not using but reusing and just being in all of the senses down to earth.

Victoire PROVOST: We’re really trying to make sure that SPE isn’t just the members of the list but really the entirety of the campus. 

Clara STAUBER: This is why we are going to launch a Friends of SPE project, we would like it to be something that impacts everyone, and not something specific to the list. We are pretty diverse, we have different approaches and experiences with the environment, we have pretty heterogeneous points of view, and this allows us to have projects that are pretty open to students and, as such, not only specific to the list. 

Liubov: As Clara mentioned, this year we’re launching, as a list, a project Friends of SPE. If you think about it, why hasn’t this been in place before? Because it just makes sense to engage more people, not limit the impact and environmentalist action to 16 people on the list, but to make it as widespread as possible. At Sciences Po, we’re all studying social sciences, so we can agree on the fact that there will be no society if there’s no environment. We all need to do everything possible, not only 16 people, but everybody, to make efforts to sustain this society and to actually not fail our small environmentalist mission.

Clara: We want to make it so that everyone is able to integrate this environmental reflexion in their daily lives, so that it’s not something excluded from our actions or something that’s set aside. We have to include this in campus life. 

Meja RAMANANJOELINA: We would really like for Science Pistes to feel touched and really into the projects that we’re going to put in place, and for them not to feel like spectators but truly be actors. 

 

What would be your propositions to enable making the campus a more environmentally-friendly place? 

Meja: So I’m in the lifestyle pole and with Kilian, we really thought about trying to put in place easy things that will last a long time. For example ways to recycle paper, make vegetarian foods more accessible, make alternatives easier to use, by for example doing markets every two months or once a semester to make the students really feel involved, continuing the organic baskets that the second years have already done since last year. Really let students see that they can do it, and that these are things they can do on their own level. 

Victoire: To add, I’m in the action pole, and what we’re going to try to do is take more concrete actions to try to involve the campus and really link it to the city of Reims, whether it be local associations or others. For example, we’re going to try to primarily work with the recycling center and with the association that handles the installation of composters. Also we don’t necessarily want to restrict ourselves to our own pôle, we really want to try to ensure that this year – and the years that follow – they really work together and do common actions, for example focusing on vegetable dishes and the crous.  We would really like to work with the head of sustainable development on campus, I think the position currently vacant. In any case it would still be good to be a team, and ensure that these projects which are presently just drafts really come to life next year and we really engage the campus in long-term maneuvers. Not just the people in our year, but try to kickstart the first step of sustainable action, and have  the people that’ll take over be able to continue, relaunch and ensure that these projects don’t disappear and continue in the long run.

Liubov: As Victoire mentioned, we have some exact project. For example,  negotiation with CROUS, in terms of what they serve, in terms of the way they serve it, sometimes being not environmentally sustainable. But all of our projects are in some sense connected to making the campus more sustainable. It’s all about Friends of SPE when you engage more people who then therefore make others become more sustainable. It’s about Sciences Pistes, it’s about compost for example and making it enter the culture, because until then there was a certain stigma about this whole phenomena of compost being a bit uh, not accepted in society.

 

What elements make you, as a team, special and ideal for the future running of SPE? 

Liubov: I can start with the fact that we are honestly diverse. Everybody says that every year, but look at us, all coming from different continents, and from different cultures. Absolutely  different backgrounds which make it an experience of building this year’s SPE list unique in terms of bringing things from different parts of the map into one place on the Reims campus , in SPE. What’s really important this year on our list is that inter-pole communication, because beforehand the poles were really separated. This year we’re trying to change this and make communication the key in our campaign.

Clara: We all have different approaches to the environment and different expectations towards SPE. Some of us are involved with local associations on a city-wide scale, which allows us to have much more communication with that level. There are some who want more institutional changes and others who are more focused on working with students. 

Liubov: In our list, our intention is to tackle the problem from different perspectives, with a big, wide range of solutions. We have people from different perspectives and opinions, which, of course, isn’t easy sometimes. But the idea of discussion, of actually trying to find a compromise and trying to fight the problem from different angles, I believe, creates the best solutions.

Victoire: What is really fulfilling about all of these perspectives and different points of view, is they always allow us to continue to learn about parts of climate action that we didn’t necessarily know about. Some people are more informed about different subjects, or involved in different associations. Or just discovering the perspective of their respective countries. This really makes cultural diversity enriching for all members of the list. 

 

What would you say are the three biggest environmental concerns on campus that your list would like to address? 

Clara: The crous, for example, lacks in vegan alternatives, and if there are any, they are limited. There are even eggs in the vegetarian sandwiches, so vegans can’t eat at the crous, and this needs to be changed. So this would be our first approach. Another way would be more communication with students, from the school and from us, to avoid any kind of distance that exists in the communication of events and the environment in general. This is something we would like to address, as well as increasing communication with the city of Reims. 

Victoire: If I may add, we’d also like to focus on how we sort waste. So really on a campus level, and we’d like to include it in a reflexion on a city-level in Reims. We’d like to make access much easier and fairly “systematic” for as many students as possible. This is why, for example, we would like to set up composters in student residences, which would benefit not only Sciences Po students but all students who come to these residences because there are many, and not all if them go to Sciences Po, so if in addition we can allow more people to benefit from and learn about this situation, it’ll be win-win. 

Meja: Regarding the way people consume, we really wanted to change this, for example democratising local consumption, organic consumption, and it’s also one of the goals we would like to reach next year.

Liubov: As you see we’re trying to tackle the problem, again, from different angles, from different ranges of solutions, but we can honestly go from the small solutions to show that this inevitable transition is not hard. It can actually bring you genuine benefits like vintage clothes. But we’re also trying to tackle the problem from an institutional perspective. Our objective at some point is to work hard in hand with the administration of Sciences Po Reims campus to make it a zero emissions, zero-waste campus, which is not easy, but we’ll hope to get to achieve this with the Sciences Po Tomorrow project, which was already launched by this year’s SPE. 

 

One last thing? 

Clara: To come back to the role of the culture pole that I represent, when we talked about turning the campus more green, this is also through students and their ways of thinking. Our role is to inform students and to initiate conversations. There will be regular debates on current environmental events, etc. We are also going to launch something called Project Technique, which involves everyone discussing concrete political solutions to help change things. This would be our role, brainstorming with students abound these environmental reflections, because we can’t exclude any conversation or political decisions, especially. 

Victoire: We really hope that by the end of this year and next year we’ll be able to organize concrete actions, create and host cool events that are vibrant, and that we’ll be able to enact change through these. The current situation makes this a bit burdensome, considering the fact that it’s been a year since we’ve really been able to hold events on campus and interact with students, so we’d really like to set up events, markets, to be able to involve as many people as possible. Our main goal would be to educate as many people as possible, and we really hope to do this all in person and see everyone again next year. 

Liubov: As Victoire said, the past year has not been easy for anybody.  COVID has damaged lots of joy and lots of interactional parts of the Associational life. But this year, given the circumstances, given the uncertainty about what’s going to happen next, what’s gonna come next for the pandemic situation, we’ve transformed most of our projects into online equivalents, Sciences Puse will be a totally online Instagram platform. So all of the students of the Reims campus can actually be part of the solution, and, as cheesy as it sounds, not part of the pollution.

 

VERSION FRANCAISE

Pourquoi votre liste candidate? 

Liubov NAZARENKO: Nous candidatons simplement pour enfin ramener SPE “down to earth”, dans tous les sens, et nous essayons de motiver plus de monde, de le rendre accessible et attirant à tout le monde. Notre liste cette année est tout à propos de l’attaque au problème à travers des perspectives différentes, les angles différents, en commençant par une gamme de changements institutionnels tels que l’émission de carbone sur le campus, suivi par des projets plus petits tels que Sciences Puces, qui engage les gens et leurs petites habitudes dans la vie quotidienne. Quand nous achetons fast-fashion nous ne pensons pas à la pollution, nous ne pensons pas nuire à la planète puisque c’est simplement une tendance culturelle, mais avec le projet Science Puces vous pouvez aller sur la page Instagram et acheter ce t-shirt blanc déjà fait de quelqu’un qui n’en a simplement plus besoin. Tout d’abord, ceci crée un cercle d’entraide, et puis non seulement un cercle d’utilisation mais de réutilisation, le fait d’avoir dans tous les sens les pieds sur terre. 

Victoire PROVOST: En gros on essaie vraiment de faire en sorte que SPE ne soit pas que les membres de la liste mais vraiment pouvoir impliquer le campus entier. 

Clara STAUBER: C’est pour ça qu’on va lancer un projet Friends de SPE, on voudrait que ça soit quelque chose qui impacte tout le monde, qui ne soit réservé qu’à la liste. On est assez diversifiés, on a des différentes approches et expériences avec l’environnement, on a des points de vues assez mélangés, et ça permet d’avoir des projets qui sont assez ouverts pour les étudiants et donc pas seulement réservés à la liste. 

Liubov: Comme l’a dit Clara, cette année nous lançons, en tant que liste, un projet Friends of SPE. Si vous y pensez, pourquoi ceci n’existait pas avant? Parce que c’est logique de s’engager davantage, comme l’a déjà dit Clara, afin de ne pas limiter l’impact, l’action environnementaliste à 16 personnes sur la liste, mais pour le rendre aussi répandu que possible. À Sciences Po, nous étudions tous les sciences sociales, donc nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il n’y aura pas de société s’il n’y a pas d’environnement. Nous devons tous faire tout notre possible, non seulement 16 personnes, mais tout le monde, pour faire des efforts pour soutenir cette société et ne pas faillir à notre petite mission environnementaliste. 

Clara: On veut faire en sorte que tout le monde arrive à intégrer cette réflexion environnementale dans son quotidien, et que ça ne soit pas quelque chose exclu de nos actions ou quelque chose qui soit mis à part. Il faut inclure ça dans la vie du campus. 

Meja RAMANANJOELINA: On aimerait vraiment que les sciences pistes se sentent touchées et se sentent vraiment dans tous les projets qu’on va mettre en place, et qu’ils ne se sentent pas des spectateurs mais qu’ils soient vraiment des acteurs. 

 

Quelles seraient vos propositions pour rendre le campus un espace plus environnemental? 

Meja: Du coup, je suis au pôle lifestyle, et avec Kilian, on avait pensé vraiment à essayer de mettre en place des choses faciles qui vont durer sur le long terme, comme par exemple des moyens de faire recycler le papier, rendre les aliments végétariens plus accessibles, rendre les alternatives plus faciles à utiliser, comme faire des marchés tous les deux mois ou une fois par semestre pour que les étudiants se sentent vraiment concernés, continuer les paniers bios que les deuxime anne ont déjà fait depuis l’année dernière. Pour vraiment que les étudiants voient qu’ils peuvent le faire et ce sont des choses qu’ils peuvent faire à leur échelle. 

Victoire: Pour ajouter, je suis au pôle action, et du coup ce qu’on va essayer de faire c’est faire des actions plus concrètes pour essayer d’impliquer le campus et le lier vraiment à la ville de reims, soit association locales ou autres. Par exemple on va essayer notamment de travailler avec la central de recyclage de reims et avec l’association qui gère la mise en place des composteurs. Aussi on ne veut pas forcément se restreindre a son propre pôle, on veut vraiment essayer de faire en sorte que cette année et les années qui suivent ils travaillent vraiment entre eux et faire des actions en commun, par exemple tout ce qui est assiettes végétales et le crous. On aimerait vraiment essayer de travailler avec notamment avec le chargé de développement durable qu’on a au campus, le poste est actuellement vacant il me semble. En tout cas il serait quand même bien d’être ce genre d’équipe et faire en sorte que ces projets qui sont pour l’instant des ébauches prennent vie et soient vraiment réalisés l’année prochaine, et on engager vraiment le campus sur des manoeuvres sur le long terme, pas juste sur les années à nous mais essayer de lancer la premier étape d’une action durable. Nous à notre échelle à la fin de cette année et la prochaine, mais on espère que les personnes qui reprendront le bureau pourront continuer ça et pourront relancer et faire en sorte que ces projets-là ne disparaissent pas, ne tombent pas à l’eau et continuent sur le long terme. 

Liubov: Comme l’a dit Victoire, nous avons des projets précis. Un peu de négociation avec CROUS, en ce qui concerne comment ce qu’ils servent, la façon dont ils le servent, n’est parfois pas écologiquement durable. Mais tous nos projets sont en quelque sorte liés afin de rendre le campus plus durable. Tout est question de Friends of SPE lorsque vous engagez plus de personnes, ce qui rend les autres plus durables. Il s’agit de Sciences Pistes, il s’agit de compostage par exemple et le faire entrer dans la culture, car jusque-là il y avait une certaine stigmatisation à propos de tout ce phénomène de compostage qui n’était pas accepté dans la société.

 

Quels éléments font de vous une équipe idéale et meilleure pour la future entreprise de SPE?

Liubov: Je peux commencer par le fait qu’honnêtement, nous sommes diversifiés. Ceci est dit tous les ans, mais regardez-nous, nous qui venons de continents différents, et de cultures différentes. Des parcours absolument différents qui en font une expérience de formation de la liste SPE unique en ce qui concerne le regroupement d’objets de différentes parties de la mpa en un seul endroit sur le campus de Reims, à SPE. Le plus important sur notre agenda cette année c’est cette communication inter-pôle, puisqu’avant les pôles étaient très séparés. Donc cette année nous essayons de faire de la communication la clé de notre campagne. 

Clara: On a tous des approches différentes pour l’environnement et des attentes différentes envers SPE. Il y en a certains d’entre nous qui sont engagés auprès d’associations locales au niveau de la ville de  reims, ce qui nous permet d’avoir beaucoup plus de communication à ce niveau. Il y en a certains qui veulent plus un changement institutionnel et d’autres qui sont plus centrés sur une action auprès des étudiants

Liubov: Notre intention est de s’attaquer au problème lui-même sous différents angles, avec une large gamme de solutions. Nous avons des gens de différentes perspectives, et opinions, ce qui, bien sûr, n’est pas toujours facile. Mais l’idée de la discussion, d’essayer vraiment de trouver un compromis et de combattre le problème sous différents angles, je crois, crée les meilleures solutions. 

Victoire: Ce qui est aussi super enrichissant c’est toutes ces perspectives et ces points de vue extrêmement différents, c’est que ça nous permet toujours de continuer à apprendre sur des parties de l’action pour le climat que nous ne connaissons pas forcément. Certaines personnes sont davantage informées sur différents sujets ou présents dans différentes associations. Ou juste découvrir une perspective de leur pays. Ce qui fait vraiment que la diversité culturelle est quelque chose de très enrichissant pour tous les membres de la liste. 

 

Quels sont les trois plus grands soucis environnementaux sur le campus que vous aimeriez adresser? 

Clara: Le crous par exemple, il manque des alternatives véganes et s’ il y en a il y en a très peu. Et même les sandwichs végétariens du crous il y a des œufs, donc les personnes au régime végane ne peuvent pas manger au crous et ce serait quelque chose qu’il faudrait changer. Donc ce serait notre premier angle d’approche. Un autre serait plus de communication envers les étudiants, de notre part et de d’administration, qu’il n’y ait pas cette sorte de distance qui existe en la communication des événements et sur l’environnement en général. Ça c’est un point qu’on aimerait aborder, augmenter également la communication avec la ville de Reims. 

Victoire: Si je pouvais ajouter, on aimerait aussi se focaliser sur comment on tri les déchets. Donc vraiment au niveau de campus, et l’inclure dans une réflexion au niveau de la ville de Reims. On voudrait rendre l’accès beaucoup plus facile et assez systématique aux plus d’étudiants possibles. C’est pour ça qu’on voudrait par exemple mettre en place des composteurs dans les résidences étudiantes, ce qui permettrait de faire bénéficier non seulement les étudiants de Sciences Po mais également tous les étudiants qui viennent dans ces résidences là parce qu’il y en a énormément et tous ne viennent pas de Sciences Po , donc si en plus on peut permettre de faire bénéficier plus de personne et les sensibiliser sur ce point la ça serait tout gagné pour nous. 

Meja: Du coup par rapport au mode de consommation des personnes, on voulait vraiment changer ça, par exemple démocratiser tout ce qui est consommer local, consommer bio, et c’est aussi un des objectifs qu’on aimerait atteindre l’année prochaine. 

Liubov: Comme vous le voyez, nous essayons de nous attaquer au problème, encore une fois, sous différents angles, à partir de différentes gammes de solutions, mais honnêtement nous pouvons passer des petites solutions pour montrer en quelque sorte que cette transition inévitable n’est pas difficile. Elle peut même vous apporter de véritables avantages comme le vintage. Mais nous essayons aussi de nous attaquer au problème d’un point de vue institutionnel. Notre objectif à un moment donné est de travailler avec l’administration de Sciences Po Reims pour en faire un campus zéro émission, zéro déchet, ce qui n’est pas facile, mais nous espérons y arriver avec le Sciences Po Tomorrow project, déjà lancé par SPE cette année. 

 

Une dernière remarque? 

Clara: Pour revenir sur le rôle du pôle culture que je représente, quand on a parlé de rendre le campus plus vert, ça passe aussi par les étudiants et leur façon de réfléchir. Notre rôle est d’informer les étudiants et de mettre en place des discussions. Il y aura régulièrement des débats sur les actualités environnementales, etc. On va aussi lancer quelque chose qui s’appelle projet technique, c’est discuter ensemble des solutions politiques concrètes pour faire changer des choses. Ça sera ça notre rôle, réfléchir ensemble avec les étudiants sur ces réflexions environnementales, parce qu’on ne peut pas l’exclure de décisions et surtout de décisions politiques. 

Victoire: On espère vraiment que la fin de cette année et l’année prochaine on pourra organiser des actions concrètes, on pourra faire des événements sympas, vivants, et on pourra changer dessus. La situation actuelle fait que c’est un peu pesant, que ça fait un an qu’on n’a pas vraiment put tenir d’événements sur le campus, d’échanger avec les étudiants, donc on voudrait vraiment pouvoir mettre en place des événements, des marchés, pour pouvoir impliquer le plus de monde possible. Notre objectif principal, ce serait de sensibiliser le plus de personnes possibles, et on espère vraiment pouvoir faire tout ça en présentiel et revoir tout le monde l’année prochaine. 

Liubov: Comme l’a dit Victoire, cette dernière année a été difficile pour tous. Le COVID a endommagé beaucoup des joies et des aspects interactifs de la vie associative. Mais cette année, étant donné les circonstances, étant donné les incertitudes sur le futur, ce qui va suivre pour cette situation de pandémie, nous avons transformé la plupart de nos projets en équivalents en ligne, Science Puce sera complètement via plateforme Instagram. Donc tous les étudiants sur le campus de Reims pourront faire partie de la solution et, aussi cliché que cela puisse paraître, non pas de la pollution.

 

Other posts that may interest you:

Leave a Reply