Campaign Week 2021Campus LifeHomepage

Campaign Week: An Interview with BDA Wonderland

Listing to become the 2021/2022 BDA: BDA Wonderland

All campaign list interviews were conducted on Zoom by writers of the Sundial Press. To ensure uniformity across interviews, interviewees were given the same amount of time to answer questions, and lists for the same permanent bureau (ex. the two BDA lists) received the same questions. The interviewees had not seen the questions they would be asked, and a member of the campaign committee also assisted and supervised all interviews. Although the interviews have been edited for clarity and concision, everything written was said by the list members.

En français ci-dessous

ENGLISH VERSION 

Why is your list running? 

Eva BODY LAWSON: Our list is made up of the BDA babies from this year, and we decided to all list together. We are really willing to do as much as possible next year for the bureau, and to make up for lost time for everything we couldn’t do this year, events open to everyone and that bring all of the arts together. To complete our list, we decided to recruit people involved in all kinds of arts, and that enjoy working in a group setting. 

Nina BERT: I’m not a baby personally, so I was recruited, I was very motivated to join the BDA and I think the main reason the list was created, because of dissatisfaction regarding what the BDA did this year. Obviously, they did with what they could do, but we were all frustrated as first year students to see that there were not as many events as we would have liked – a lot of associations didn’t manage to adapt themselves to the circumstances. So we’re really motivated, really ambitious, and we’ve got a big vision for the BDA next year. We want to mix the asso atmosphere with students with the professional and artistic worlds, so we want to have huge projects that were never seen before on campus. And we want to make them accessible to both students on campus, obviously, and also students abroad who don’t necessarily have access to the student life. So we’re very motivated and we think that this BDA will be remembered because we’ve got tons of ideas and tons of people who are really bound to make them real.

Lea ALDA COPAT: A big project we have is also including people that are not artistic per se, but would be interested in arts. You don’t have to be skilled in any kind of art to participate in our events. It’s all about promoting artists that we have on campus and reaching out to people, so including everyone and not being only an elitist association for people that do arts. I think we send this message in our list, and how we run this campaign, we have some people who don’t have any specific artistic skill but are just appreciative of art. 

Nina: We really want the BDA to not only be an artistic association. I think as a bureau we’re going to have a responsibility that maybe we didn’t have before, which is to federate students around similar events, and similar activities. Just like  theAS and the BDE, our goal is really to make sure that all students are actually integrated, which was not the case this year for sure, and to be welcoming but also show that we’re not just a student association; we’ve got big projects, bit ambitions. You know how some people sign up for RIMUN because it’s great on a CV, we want it to be the same for the BDA. We want to have ambitious goals and projects and we’re going to make them come alive.

 

According to you, what is the main shortcoming of the current BDA? 

Nikolaus HOLZER: As a baby, I think that something the current BDA should do a lot more is to get students to make art and not just to bring art to students. But that’s something that we will definitely be taking as our main priority, we will not only be the association that kind of organizes music events and brings art to the campus, but we’re really going to do, what we think has never really been done before, is that we’re gonna bring the students to make art, those that wouldn’t usually, those that are trying to and don’t have the facilities, and really make it as accessible to everyone on campus, off campus. Our main mission, that’s something we’ve already tried to do with the current BDA but has been made difficult by the pandemic, but would definitely be bringing the students to make more art.

Nina: I think Nikolaus is right, in the sense that making art on campus has been something that was maybe limited. I feel like a lot of students censor themselves by not making art, they think that it’s reserved for some people, that they’re not good enough, and we definitely want to make art workshops and a lot of things that make sure that everyone can make art, obviously. But not only that, but also help students be able to take part in cultural, or musical, or artistic projects that don’t necessarily involve creativity in the strictest sense. For example, organizing projects – we have the big project of creating a festival next year, creating some content for online platforms–we really want to make more on social media, on Youtube. We want to push the projects further. The BDA has a vocation to help people make projects, but we also want to make our own projects and invite students on campus who are not necessarily in the BDA to join us and help us make them. One of the essential things in our list, is that we also created, or took two poles that already existed but were not already exploited in the greatest sense, in our belief, and so we’re gonna take the labels further. The idea is to create huge artistic projects on campus and invite all students on campus to take part in them. The democratization pole is going to be about creating partnerships with tons of artistic structures in Reims to mix the professional aspect and the student aspect, we call it the Partnerships and Brand Pole.

 

How will you make the visual and performing arts more accessible to students at Sciences Po who aren’t already engaged in the arts? 

Nina: Well, as I said before, I think the new two poles will be essential to doing that. First off, we have two main projects with the label. First off creating a festival in Reims, and second off creating a platform to create showcases in the performing arts. The idea is we’re gonna need big teams with us, more than the BDA babies, so we’ll probably  interact with lots of associations on the campus and invite lots of different students to give their input, their insights, and also help us out with the logistics of creating these projects. The idea is to mix hosting professional musicians and artists on campus, and also students, regular students, who want to try out something. So the idea is that we will probably make sure that musicians, singers, even amateurs, can meet up and create musical projects together, and these can be showcased, the students can be interviewed, talked about. The idea is to create a whole community around the events we host and the online content that we are going to create. So it will not only be made by BDA students, it will be made by all students. The BDA will take care of the administrative aspect, the logistical aspect, the relationship with the campus administration. But it will be a project of the campus as a whole, and that’s what we are really excited about. 

Lea: If I can add something about pole partenariats, it’s an upgrade of a pole that already existed but this time it’s really creating some form of professionality in what we do and having guests, showcases,  resources for people and artists on campus. Sometimes they’re missing material, places to film, or do anything and create anything they would want to create, this school has a limit, so it’s giving an importance to how the BDA is supposed to take care of artists on campus and do it professionally. We hope to not just be an arts association on campus but really be something that can help and look good on a CV, if you’re promoted by the BDA on campus for example.

Nina: I think it all comes down to two aspects, that may seem opposite, but actually go together well. It’s making art more accessible, and at the same time making the art we create more professional. If your personal ambition professionally is to work in the arts industry, you can join the BDA, gain some experience and some networks, make some contacts in the artistic scene in Paris and Reims. And the students who are not interested in this aspect professionally will still enjoy the quality that will come with professionals helping us out, but can also learn about art and not think that it is an isolated part of campus life. Just like sports and just like the BDE, the BDA should be something that everybody gets to interact with, whether at a small or a huge event, but it’s not restricted to artistic kids. 

 

How do you plan to make our campus an even more “artistically” lively place, especially given the uncertainty related to the ongoing sanitary crisis? 

Eva: Obviously, we are planning to adapt in accordance to the sanitary measures that will be announced for next year, as of right now we are really keeping up to date for the campaigns, and we are going to have to keep planning all events in a hybrid format. We are planning, if the situation remains as it is, to have limited spots at our events, but to do them several times. We don’t want to give a limited access to our events only to some students, we want to multiply the number of events we host so everyone can do them without cramming the campus with too many people, but at least allow everyone to have access with these hybrid adaptations, which we have thought a lot about already. 

Nina: For example, the label I’m a part of, it will of course concern all the events we’ll organize. The advantage to already being ready for this sanitary crisis is that we know what’s at stake, we’ve been in this for a year so we know what to expect, so all our events are already imagined in a hybrid format. We know that for a lot of students, it’s hard to come to France, and some choose to follow everything online and we completely respect that choice. So for example, if we take the showcase we mentioned earlier, our goal would be to bet on content that would be online first, so for example video content that would be on youtube or social media, but also having a live audience for those that want to be there, obviously respecting all sanitary measures, but basically bring this to life both for people on campus and those that are abroad. In a general sense, it’s not exactly the question but I think that it comes back to it, the BDA and many of the bureaux in my opinion didn’t base themselves enough around web content, not just on zoom, because conferences aren’t necessarily something we want to rely on that much, but more this sort of content on instagram, youtube, tik tok even, but something that can be fun and allows students to know who is at the BDA, what it’s all about and especially have them realize that they can be a part of the BDA and it’s not just us versus the rest of the campus. We took this responsibility, and we are ready to completely dedicate ourselves to it. We want to be an accessible bureau, we want to bridge the gap between the image students might have of the BDA and what we really do to make sure everyone feels included and can give their opinion on what we’re doing. We’re all very ambitious, there’s a ton of stuff we want to do but what really counts is the opinion of students and what they want to see on campus. 

Eva: We are looking for more interactive ways than just zooms, we’re looking for something simple that allows people to intervene, for there to be a real contact. We’ve already started thinking about that as this year’s babies, but here we directly started thinking about these hybrid formats with the new recruits as well. 

Lea: There will be a process of making our presence online more professional, thanks to the communications team we have already assembled. We look to create a space that is not just comic sans pictures on a weird webpage, but really a space where people can live through artistic life. Something more professional, more permanent, and lively despite being online. 

Nina: We want to lay the groundwork for a BDA that can be hybrid in the long term. 

Nikolaus: We want to lay the foundation for a professional bureau that will keep going, even after we leave. 

Nina: We want to create stability.  

 

In the wake of the SciencesPorcs movement and the coming out of testimonies of sexual assault endured by Sciences Po students, what will you do to guarantee the events you will host will be safe for all attending students?  

Nikolaus: That is a very good point. I don’t think there is very much that you can do as a group to stop the behavior of certain individuals, but certainly there are common measures that should be taken, especially by those who organize parties. There are some things that are becoming more and more available for student associations like us, for example, those stripes to see if drinks have been tampered with. So that’s something we will definitely be looking for when we host events. The best that we can do is pay attention when we host events, make sure there are people from our side having a look that people are behaving as we expect them to. It is the sad truth that it is very hard to stop this kind of behaviour that happens often between people who think they are friends and outside the public eye, which makes our job extremely hard. 

Lea: I do think that as a bureau we all agree that we take the responsibility to talk about it, not to ignore it, that’s for sure. We had workshops by the administration on how to host parties, but we can also use that same system for us to bring this message to the campus as a bureau. Because we are not just the arts bureau. Even if we are the hosts of events, parties and festivals, we have to show that this is what we are going to do next year.

Nina: And I think also we can take some simple measures. Obviously the first goal is to prevent it, but that’s not really something we can do. But I think it is also to make everyone feel safe. So I think having staff at our parties whose job it is that everybody feels safe, that boundaries are respected, that people who maybe drank too much are safe and not messed with, but also welcoming students to talk if they feel like they have something to say, not ignoring them when they feel like they saw or experienced something that was inappropriate, and just letting everyone know that we are just as invested in the fight against sexual harrassment as all feminist societies on campus. Partnerships with the different feminist societies would be interesting, and of course workshops about this topic, as it is very dear to our hearts. 

Nikolaus: For the events that we do we will do our best to have an absolute zero tolerance policy for any kind of behavior. It’s hard, yes, but if we do come across this kind of behavior in the events that we organize, we will not let it slide in any way, shape or form. We will make people take responsibility as best as we can. 

Nina: And really no matter who it is. Even if it is a member of our list, zero tolerance and of course making people feel safe as much as possible. 

 

One last thing? 

Eva: Honestly for our list this year, we really tried to include people that have this artistic element, because that does remain the base of the BDA, but also people that know how to transmit what they like doing, that like sharing with people that “don’t know about art”. We really wanted the list to be as representative as possible of the campus, for us to have all kinds of art, and it was very important for us to have both eurams and eurafs of all artistic specializations. Concerning our campaign and even our future bureau, we decided we would work as much as possible with other bureaus. Of course the BDA for us is our association, so it’s very important but it’s also important to know how to collaborate with all other specialties on campus and open ourselves up as much as possible, whether that be with associations, bureaux and even outside structures in Reims. We are counting on working for example with the opera, the theatre, everything that is available in terms of artistic offers in Reims, because for us it is very important to invite students to return to cultural sites that have been closed for a year and a half now, so we are really going to base ourselves on that. These are partnerships that already existed, but that we want to maintain. 

Nina: I think that having a program where we make ourselves available to other associations to help them with their projects, not necessarily centered around us, and helping smaller artistic associations when they have more ambitious projects, to put them in place through financial and personal aid, putting them in contact with our own partners. 

VERSION FRANCAISE

Pourquoi votre liste candidate elle?

Eva BODY LAWSON: Notre liste est composée à la base des babies du BDA de l’année dernière, on a décidé de lister tous ensemble. On a vraiment la volonté de faire un maximum d’actions l’année prochaine pour le bureau et de rattraper le temps perdu, et tout ce qu’on a pas pu faire cette année, des événements ouverts à tout le monde et qui regroupent tous les arts. Pour compléter notre liste, on a décidé de sélectionner des gens qui ont tous les arts et surtout qui apprécient de travailler en groupe. 

Nina BERT: Personnellement je ne suis pas baby, donc j’ai été recruté. J’étais très motivée pour rejoindre le BDA, et je pense que la principale raison derrière la création de la liste venait aussi d’un mécontentement face à ce que le BDA a fait cette année. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient, mais on était tous frustrés en tant que première années de voir qu’il n’y avait pas autant d’évènements en présentiel que nous l’aurions souhaité – beaucoup d’associations n’ont pas parvenu à s’adapter aux circonstances. Donc on est très motivés, très ambitieux, et nous avons beaucoup de projets pour le BDA l’année prochaine. Nous voudrions mélanger l’atmosphère des assos avec les élèves, les mondes professionnel et artistique, nous voudrions donc avoir des grands projets jamais vu auparavant sur le campus. Et nous aimerions les rendre accessibles à d’une part les élèves sur le campus, évidemment, et d’autre part les élèves à l’étranger qui n’ont pas forcément accès à la vie étudiante. Donc nous sommes très motivés et nous pensons que ce BDA sera reconnu car nous avons pleins, pleins d’idées et beaucoup de monde prêt à les concrétiser. 

Lea ALDA COPAT: Un grand projet que nous avons est d’inclure aussi les gens qui ne sont pas artistiques, en soi, mais seraient intéressés par les arts. Vous n’avez pas besoin d’être doué dans un type d’art pour pouvoir participer à nos événements. Il s’agit de promouvoir les artistes que nous avons sur le campus et d’approcher des gens, donc d’inclure tout le monde et de ne pas être uniquement une association élitiste de gens qui font des arts. Je pense que nous transmettons ce message dans notre liste et comment nous menons cette campagne, nous avons également des personnes qui n’ont pas de compétence artistique spécifique mais simplement apprécient les arts. 

Nina: Nous voudrions que le BDA ne soit pas qu’une association artistique. Je pense qu’en tant que bureau nous aurons une responsabilité qu’on avait peut-être pas eu auparavant, celle de fédérer les étudiants autour d’événements communs, et d’activités similaires. Comme l’AS et le BDE, notre objectif est de nous assurer que tous les étudiants sont vraiment intégrés, ce qui n’a pas du tout été le cas cette année, et d’être accueillants mais aussi montrer que nous ne sommes pas qu’une association étudiante; nous avons de gros projets, de grandes ambitions, et que comme pour les gens qui sont listées pour RIMUN puisque c’est bien à mettre dans un CV, nous voulons que ce soit la même chose pour le BDA. Nous voulons avoir des objectifs et des projets ambitieux et nous allons les réaliser. 

 

Selon vous, quel est le principal défaut de l’actuel BDA?

Nikolaus HOLZER: En tant que baby, je pense que quelque chose que le BDA actuel devrait faire est de motiver les étudiants à faire de l’art, et non seulement apporter de l’art aux étudiants. Mais ceci est quelque chose que nous allons prendre comme notre priorité, nous ne serons pas seulement l’association qui organise des événements musicaux et artistiques sur le campus – ce que nous allons vraiment faire, ce que nous pensons n’a jamais été fait, est que nous allons amener les étudiants à faire de l’art, ceux qui ne le feraient pas au quotidien, ceux qui essayent et n’on pas les moyens, et le rendre vraiment accessible à tous sur le campus, hors campus. Notre mission principale, c’est quelque chose que nous avons déjà essayé de faire avec le BDA actuel mais qui a été compliqué par la pandémie, et c’est motiver les étudiants à faire plus d’art. 

Nina: Je pense que Nikolaus a raison, dans le sens où faire de l’art sur le campus a été quelque chose qui peut-être était limité. Je pense que beaucoup d’étudiants se censurent en ne faisant pas d’art, ils pensent que ce n’est disponible qu’à certaines personnes, qu’ils ne sont pas assez doués, et nous voulons vraiment faire des ateliers d’art et beaucoup de choses qui garantissent la possibilité que tout le monde fasse de l’art, évidemment. Non-seulement cela, mais aussi aider les étudiants à participer dans des projets culturels, musicaux ou artistiques qui n’impliquent pas nécessairement de la créativité au sens strict. Par exemple, l’organisation des projets – nous avons le grand projet de créer un festival l’année prochaine, de créer du contenu pour les plateformes en ligne – nous voulons vraiment en faire plus sur les réseaux sociaux, sur Youtube. Nous voulons pousser ces projets plus loin. Le BDA a pour vocation d’aider les gens à faire des projets, mais nous voulons aussi faire nos propres projets et inviter des étudiants sur le campus qui ne sont pas forcément dans le BDA à nous rejoindre et à nous aider à les faire. L’une des choses essentielles de notre liste, c’est que nous avons créé, ou pris deux pôles qui existaient déjà mais qui n’étaient pas tellement utilisés et nous allons davantage améliorer les labels. L’idée est de créer de grands projets artistiques sur le campus et d’inviter tous les étudiants à y participer. Le pôle démocratisation, qui sera responsable de la création de partenariats avec pleins de structures artistiques à Reims pour mélanger l’aspect professionnel et l’aspect étudiant, nous l’appelons le pôle Partenariats et Marque. 

 

Comment rendrez-vous les arts visuels et du spectacle plus accessibles aux étudiants de Sciences Po qui n’y sont pas déjà impliqués?

Nina: Comme nous l’avons dit, les deux nouveaux pôles y seront essentiels. Premièrement, nous avons deux projets principaux avec le label. Le premier s’agit de créer un festival à Reims, et le deuxième vise à créer une plateforme pour des arts du spectacles. L’idée, c’est qu’on aura besoin de grandes équipes avec nous, plus grandes que l’équipe BDA babies, pour pouvoir créer ces projets, et donc nous interagirons probablement avec beaucoup d’associations sur le campus et inviterons également beaucoup d’étudiants différents pour donner leur avis, leur idées, et aussi nous aider avec la logistique de la création de ces projets. L’idée est de mélanger l’accueil de musiciens professionnels et d’artistes sur le campus, mais aussi d’étudiants, d’étudiants réguliers, qui veulent tenter.  On s’assurera que musiciens, chanteurs, même amateurs, peuvent se rejoindre et développer des projets ensemble, et que ces projets soient présentés, qu’ils soient interviewés, qu’on en parle. L’idée est de créer une communauté autour des événements qu’on réalisera et le contenu en ligne qu’on créera. Ce ne sera pas seulement produit par des étudiants au sein du BDA, mais par tous les étudiants. Le BDA s’occupera de l’aspect administratif, logistique, de la relation avec l’administration. Mais ce sera un projet du campus en entier, et on c’est quelque chose qu’on a très envie de faire. 

Lea: Si je peux ajouter quelque chose sur le pôle partenariats, c’est un peu une upgrade d’un pôle qui existait déjà, mais on veut vraiment y créer un certain professionnalisme en ce que l’on fait, et avoir des invités, des présentations et des ressources pour les gens, les artistes du campus. Parfois on manque de matériel, d’endroits ou filmer, ou faire et créer ce qu’ils veulent. Notre université a une limite, ce qui rend le rôle du BDA très important en termes de s’occuper des artistes du campus et le faire de manière professionnelle. On espère ne pas seulement être une association pour les arts, mais vraiment être quelque chose qui peut vous aider, et même bien se voir sur votre CV, par exemple si vous avez été représentés par le BDA sur le campus. 

Nina: Je crois que ça revient à deux aspects, qui peuvent sembler opposés, mais vont en fait très bien ensemble. C’est d’une part rendre l’art plus accessible, et également rendre l’art que nous créons plus professionnel. Si vos aspirations professionnelles sont de travailler dans l’art, vous pouvez rejoindre le BDA, obtenir de l’expérience et un network, faire des contacts dans la scène artistique à Paris et à Reims. Et pour les étudiants qui ne sont pas intéressés par cet aspect professionnel, ils pourront profiter de la qualité qui viendra de cette aide professionnelle, apprendre sur l’art et ne pas le voir comme un partie isolée de la vie sur le campus. Comme les sports, comme le BDA, le BDA est quelque chose auquel tout le monde à le droit de s’intégrer, que ça soit dans des grands ou petits événements, sans se limiter à des étudiants déjà artistiques. 

 

Comment comptez-vous faire de notre campus un lieu encore plus vivant sur le plan “artistique”, notamment au vu de l’incertitude liée à la crise sanitaire actuelle ? 

Eva: Forcément, on prévoit de s’adapter en fonction des mesures sanitaires qui seront prononcées l’année prochaine, dès maintenant pour les campagnes ont se tient vraiment au courant de ça et on va être obligé dans tous les cas maintenant de réfléchir tous les événements en hybride. Nous avons prévu de toute façon que si la situation sanitaire reste telle qu’elle est, d’avoir des places limitées à chaque événement mais de pouvoir potentiellement les faire plusieurs fois. On n’a pas envie de donner un accès limité à nos événements que à certains étudiants, nous on est plus dans l’optique de multiplier les événements pour que chacun puisse s’y inscrire et y aller sans cramper le campus avec trop de monde mais que au moins tout le monde y est accès avec des adaptations hybrides auxquelles ont réfléchit beaucoup et dès maintenant. 

Nina: L’exemple du label dont je fait partie, ça concerne évidemment tous les événements que l’on va faire. L’avantage d’être déjà prêts face à cette crise sanitaire c’est qu’on connaît les enjeux, on est là depuis un an donc on sait à quoi s’attendre, ça fait que tous nos événements on les imagine déjà en hybride. On sait que pour beaucoup d’étudiants c’est difficile de venir en France, pour certains il y a un choix de suivre des cours en ligne, et on respecte complètement ça. Par exemple, si on prend le showcase dont on a parlé tout à l’heure, notre objectif c’est de miser sur un contenu qui sera web d’abord, donc un contenu vidéo qui serait par exemple sur youtube et les réseaux sociaux mais quand même un public en live pour ce qui le souhaitent, en respectant bien évidemment les mesures sanitaires mais donc de façon de rendre ça vivant à la fois pour les personnes qui sont sur le campus et les personnes qui sont loin.  D’une manière générale, ce n’est pas exactement la question mais je pense que ça rejoint le point, le BDA et énormément de bureaux à mon avis n’ont pas assez misé sur le contenu web pas forcément dans le cote zoom, parce que voilà les conférences ne sont pas quelque chose sur quoi on compte se baser beaucoup, mais produire beaucoup plus de contenu instagram, youtube, tik tok pourquoi pas mais quelque chose qui puisse être à la fois divertissant et qui puisse faire en sorte que tous les étudiants sur le campus puissent savoir qui est au BDA, en quoi ça consiste et surtout avoir l’impression qu’eux mêmes pourraient être au BDA et ce n’est pas nous versus le reste du campus. C’est nous qui avons pris cette responsabilité là, et on est près à s’investir à fond. On veut être un bureau accessible, on veut bridge le gap entre l’image que peut avoir le BDA et ce qu’on fait vraiment, de façon à que tout le monde se sente intégré et l’impression d’avoir son avis à donner sur ce qu’on fait. On est tous très ambitieux, on a plein de choses que l’on veut faire mais ce qui compte avant tout c’est l’avis des étudiants et ce qu’ils ont envie de voir sur le campus. 

Eva: On cherche des formes un peu plus interactives que juste zoom, on cherche quelque chose ou il soit simple pour les gens d’intervenir, et avoir un vrai contact. En tout cas on a déjà essayé de réfléchir à ça en tant que babies cette année, mais là on est partis directement sur des formats hybrides avec les nouveaux recrus. 

Lea: On essayera aussi de rendre notre présence en ligne plus professionnelle, grâce à notre équipe de communication que nous avons déjà. On cherche à créer un espace qui n’est pas seulement des images comic sans sur un site, mais vraiment un espace où tout le monde peut vivre à travers la vie artistique. Quelque chose de plus professionnel, permanent et vivant même si c’est en ligne. 

Nina: On veut créer les bases pour un BDA qui sera hybride en fait à long terme. 

Nikolaus: On veut poser les bases pour un bureau plus professionnel, plus permanent, et plus vivant, même si on est en ligne. 

Nina: On veut créer de la stabilité. 

 

En réponse aux révélations d’agressions sexuelles subies par des étudiant.e.s de Sciences Po, qui ont éclaté grâce au mouvement Sciences Porcs, que ferez-vous pour garantir la sécurité des personnes qui participeront à vos événements ? 

Nikolaus: Cela est un point très intéressant. Je ne pense pas qu’il y ai grand chose que nous pouvons faire comme groupe pour stopper ces comportements de la part de certains individus, mais il y a certainement des mesures communes qui doivent être prises, particulièrement lorsque l’on organise des soirées. Il y a certaines ressources qui deviennent de plus en plus disponibles pour les associations étudiantes comme nous, par exemple, des moyens de tester les boissons pour voir si elles ont été altérées. Ce sera donc quelque chose que l’on travaillera quand on organisera des événements. Ce qu’on peut vraiment faire est de vraiment faire attention quand on organise des événements, nous assurer que des personnes de notre équipe qui surveillent. C’est une réalité très triste que c’est très dur d’ arrêter ce genre de comportement, qui arrive souvent entre des gens qui sont supposés être amis, hors de la vue publique, ce qui rend notre travail encore plus difficile. 

Lea: Comme bureau, nous sommes tous d’accord que nous prenons la responsabilité d’en parler, et ne pas l’ignorer, cela est certain. Nous avons eu des workshops avec l’administration sur comment organiser des soirées, mais nous pouvons utiliser ce même système pour apporter le message sur le campus en tant que bureau. parce que nous ne sommes pas qu’ un bureau pour les arts. 

Nina: Et je pense qu’on peut également prendre des mesures simples. évidemment notre premier objectif est la prévention, mais cela n’est pas vraiment quelque chose que l’on peut faire. Mais on doit également faire sentir tout le monde en sécurité. Donc ça serait principalement avoir du staff aux soirées, qui auront pour rôle de faire sentir cette sécurité a tout le monde, que les limites soient respectées, que les personnes qui ont peut être trop but soient en sécurité et ne sont pas embêtées. nous serons aussi ouverts aux étudiants s’ils ont besoin de nous parler, on ne les ignorera pas s’ils sentent avoir vu ou vécu quelque chose qui était inapproprié, et juste faire comprendre à tout le monde que nous sommes investis dans ce combat contre le harcèlement sexuel comme toutes les sociétés féministes du campus. Et je pense que des partenariats avec les différentes associations féministes seraient intéressant, et bien sûr des formations sur ces thématiques qui nous tiennent à cœur. 

Nikolaus: Pour les événements qu’on organise, on fera de notre mieux pour avoir une politique de zéro tolérance pour n’importe quel comportement de ce genre. C’est difficile, oui, mais si nous nous trouvons face à ce genre de comportement dans nos événements, on ne laissera pas ça passer. On fera en sorte que les personnes responsables own up to it, le mieux qu’on pourra. 

Nina: Vraiment qu’importe de qui on parle. Même si c’est un membre de notre liste, on aura zéro tolérance et bien sûr on fera sentir les gens en sécurité le plus possible.

 

Quelque chose à ajouter?

Eva: Franchement pour notre liste de cette année, on a essayé d’inclure des gens qui ont certains fibres artistiques parce que ça reste quand même la base du BDA, mais aussi des gens qui savent transmettre ce qu’ils apprécient faire, des gens qui aiment partager avec des personnes qui “ne s’y connaissent pas en art”. On a vraiment voulu que la liste soit la plus représentative possible du campus qu’on ait de tous les arts, et c’est très important pour nous d’ailleurs d’avoir une bonne représentation, des eurams et des eurafs et de toutes les spécialités artistiques. Pour ce qui est de notre campagne et de même notre futur bureau, on a décidé qu’on travaillerait un maximum avec les autres bureaux parce que pour nous forcément le BDA c’est notre associaiton donc c’est très important mais c’est aussi important de savoir collaborer avec toutes les autres spécialistes du campus et de s’ouvrir un maximum que ce soit avec les associations, avec les bureaux et même avec les structures externes qui sont à Reims. Donc on compte vraiment travailler en collaboration avec l’opéra, avec le théâtre, avec tout ce qui est disponible en termes d’offre artistique à Reims, parce que pour nous c’est important d’inviter les étudiants à se retourner vers les lieux culturels qui ont été fermés pendant un an et demi, donc on va beaucoup baser notre action lá dessus. De toute façon c’est des partenariats que le BDA avait déjà mais que du coup on va prolonger cette année. 

Nina: Je pense que avoir une action ou on se met aussi au service des autres associations pour les aider pour leur projets, pas forcément se centrer que sur nous, et aider les plus petites associations artistiques lorsqu’elles ont des projets qui sont peut être plus ambitieux à les mettre en oeuvre à travers d’aide financière, notre aide personnelle, les mettre en relation avec nos propres partenaires. 

Other posts that may interest you:

Leave a Reply