Par Amandine Hess

Jury du premier Hackathon organisé par Hackfrica en Avril 2018.

Sciencespistes, si vous avez consciencieusement suivi les cours de culture numérique de Dominique Cardon, la notion d’innovation ascendante ne vous sera pas étrangère. Selon cette théorie, les innovations prendraient naissance chez des utilisateurs ingénieux dans le but de répondre à leurs propres besoins d’usages. Une sorte de DIY du numérique (Do It Yourself pour les nons adeptes des sigles). Nous devons ainsi IMDb à la passion obsessionnelle d’un étudiant cinéphile Anglais, Col Needham, Wikipedia au passe-temps d’un vendeur de films érotiques, Jimmy Wells, ou encore Facebook au désir de rencontres d’un jeune étudiant de Harvard, Mark Zuckerberg. Vous n’êtes ni geek ni génie du numérique ? À leurs commencements, eux non plus, alors tentez votre chance. Une prochaine innovation sera peut-être développée le weekend du 16 au 17 Novembre 2018 lors du deuxième Hackathon organisé par l’association étudiante Hackfrica. Pourquoi pas vous ? Les inscriptions sont ouvertes.

L’équipe d’Hackfrica recevait le premier prix de la RATP en Novembre 2017.

Hackfrica Saison 1

Selon le mythe, Internet, réseau informatique mondial, aurait été inventé par une communauté d’hippies, dans des garages Californiens au début des années 1960. Selon les faits, Hackfrica, association visant le développement du numérique sur le continent Africain, a été créée par une communauté d’Eurafs en salle H105 des locaux de Sciences Po Reims à la rentrée 2017. Tout est ensuite allé très vite. Élue initiative étudiante et devenue association de loi 1901 en octobre 2017, Hackfrica obtient le prix de la RATP en novembre. Elle développe son réseau et des partenariats avec l’incubateur School Lab, le département Afrique de la société de télécommunications Orange, l’association de développement We Start ou encore l’OHADA, l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires. Dans ce cadre, le campus avait été honoré de la venue de l’ancien ministre du Mali, Maître Alain Fénéon Konaté, pour donner une conférence sur l’OHADA au sein de laquelle il occupe un poste à fortes responsabilités. “Le milieu des entrepreneurs et des startups est assez restreint. Celui du business en Afrique francophone l’est encore plus où tous sont connectés” se réjouit Baptiste Gaultier, co-fondateur de Hackfrica. “C’est une grande chance pour des étudiants de vingt ans de bénéficier de leur expérience”, poursuit-il. L’organisation d’un premier Hackathon en avril 2018 était l’objectif initial de la création d’Hackfrica et représentait la concrétisation d’un projet de longue haleine.

Bien qu’aucun hackathon n’ait (pour l’instant) mis au point de machine à remonter le temps, nous allons nous le permettre pour revenir à ce mois d’avril 2018.  Le premier Hackathon tourné vers le développement africain peut débuter. “La sous-bancarisation en Afrique”, vous avez 24 heures. Tel était le défi à relever pour les 30 participants. Après une journée du marathon du numérique, les équipes présentaient leurs innovations. Application comparative de solutions pour l’accès au crédit en Afrique pour les uns, système de gestion et suivi des stocks entre boutiques pour avertir par SMS les clients de réductions lors de liquidations pour les autres, application de e-commerce permettant à des individus ne disposant pas de compte bancaire d’effectuer un achat en ligne via une tierce personne… “Notre rôle d’organisateur de Hackathons est de favoriser l’émergence d’idées. Nous n’avons ni les compétences, ni l’envie de juger le potentiel des innovations proposées”, précise Baptiste. L’incubation gratuite de leur innovation était offerte aux gagnants mais ceux-ci n’ont pas souhaité mener leur projet plus loin.

Seedstars Summit, élèves de Sciences Po et membres de We Start.

Hackfrica Saison 2

L’expérience est renouvelée, le deuxième Hackathon de l’Histoire d’Hackfrica se tiendra du 16 au 17 Novembre 2018 à l’Ecole Européenne des Métiers de l’Internet à Paris, école fondée par Xavier Niel, inventeur de la Freebox, et Marc Simoncini, fondateur de Meetic. Cette année, les participants devront proposer des solutions numériques novatrices pour développer le e-commerce en Afrique. “Les classes moyennes émergentes auraient les moyens de s’offrir des produits importés ou d’effectuer des achats en ligne, cependant, des contraintes propres au continent font obstacles au développement du e-commerce,” explique Baptiste. Problème de référencement des adresses, variations des droits de douane d’un état, d’une frontière ou d’un fonctionnaire à l’autre, mauvaise couverture internet… “C’est un souci sans nom”. Rois et Reines du shopping en ligne, c’est le moment de répondre à vos problèmes d’usage par l’innovation ! Et si l’important pour vous n’est pas de participer, sachez que les gagnants remporteront une learning expedition aux Etats-Unis. Ce prix sera remis au siège du MEDEF lors de la présentation d’un livre blanc sur la logistique en Afrique.

La startup Yellow Relay, lauréate du prix Digital Africa de l’Agence Française du Développement, tente de remédier à ces contraintes faisant obstacle au développement du e-commerce. Membre du classement P40 qui regroupe les quarante startups les plus actives en Afrique et label associé au MEDEF International, elle opère sur la logistique, dont le développement de réseaux de points relais en Afrique. Contactés pendant l’été par cette startup, les membres de Hackfrica se réjouissent de ce nouveau partenariat qui ne se limitera pas à l’organisation du Hackathon. En effet, ceux-ci ont été invités à participer à la rédaction du Livre Blanc de la startup et des idées présentées lors du Hackathon pourront également y être ajoutées.

Le top départ du Hackathon est donné.

Cap sur la Côte d’Ivoire et le Togo

Ce n’est pas tout. Diversification des activités sera le motto de cette deuxième année d’existence, tout en gardant en tête le but que les fondateurs avaient à coeur à la création de l’association : œuvrer pour une transition numérique inclusive ne laissant pas de côté une partie de la population n’ayant pas accès à ces outils. Aussi, un partenariat avec Voisins Solidaires Togo a été créé. Durant l’année, les étudiants tenteront de développer des micro-applications de comptabilité à destination des acteurs Africains du secteur informel, acteurs essentiels de l’économie du continent. Aussi, durant l’été, un groupe s’envolera pour la banlieue de Lomé afin de dispenser des cours de comptabilité à ces acteurs à raison de trois par semaine. L’objectif est de former des futurs formateurs (Si tu donnes du poisson à un homme, il mangera une fois. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toute sa vie) et de donner un aspect ludique aux leçons. 1As volontaires, ce projet sera reconnu par Sciences Po en tant que Projet Civique obligatoire. “Ce projet nous permet de rester connectés à la réalité et de transmettre l’apprentissage que nous avons nous-même reçus avec Hackfrica”. Toujours en Afrique de l’Ouest, l’association organisera son premier Hackathon sur le continent à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire, en février.

Fab Lab made in Reims

Fan ou Fada des Labos, le Fab Lab est fait pour toi. Drôle de nom mais projet sérieux pour un lieu de l’innovation numérique, de création, d’entreprenariat et d’entraide, où “ça marche ou ça marche pas”. Création de kits d’aéroponie (culture hors-sol) à l’aide d’imprimantes 3D, digital art ou création de musique électronique… L’idée est de varier les centres d’intérêt pour attirer un public plus large et montrer l’apport quotidien du numérique. Vous avez toujours rêvé de devenir Hacker professionnel ? Le second rendez-vous est également fixé au 16 Novembre. Organisée en partenariat avec Junior Consulting, la Journée de l’Innovation sera l’occasion de rencontrer des lanceurs de start-ups ainsi que le lauréat du prix Orange de l’entreprenariat social – le plus grand prix entrepreneur en Afrique francophone, d’apprendre à rédiger un business plan auprès d’un intervenant d’Eurogroup Consulting et de découvrir les motivations d’une banque pour financer votre projet grâce à l’intervention de membres de la Société Générale.

Lauréat du concours Seedstars entouré de membres d’Hackfrica.

Générique

“Il est trop tôt pour faire un bilan de notre première année d’existence, tranche Baptiste. Nous sommes satisfaits de nos résultats mais restons humbles : tout va très vite, ce qui a été construit en douze mois peut très bien se défaire en encore moins de temps”. L’équipe voit les choses en grand et éprouve le sentiment de participer à quelque chose d’encore plus grand en coopérant avec divers professionnels du développement numérique. Ceux-ci sont encourageants et prompts à transmettre leur expérience aux jeunes entrepreneurs de la prochaine génération. Alors n’hésite plus et rejoins-les, contrairement aux startups, il n’y pas de barrières à l’entrée !

Leave a Reply